Quand le patron d’Auchan vient gronder les Jeunes communistes

l-entreprise-et-les-medias, publié le , mis à jour à

Gérard Mulliez aime la communication directe. Le patron fondateur d’Auchan n’a pas hésité à débouler à l’improviste chez les Jeunes Communistes pour les sermonner. La scène, racontée par la Voix du Nord, ne manque pas de sel et s’est déroulée ce samedi après-midi. Gérard Mulliez a débarqué dans un local de jeunes militants en pleine réunion pour dire tout le mal qu’il pense d’une affiche du Parti communiste qui le dépeint comme un «actionnaire, milliardaire et profiteur de la crise».

L’initiative de Gérard Mulliez est intéressante à plus d’un titre. Dans cette petite histoire, nul doute que l’homme d’affaires a marqué les esprits, les médias… et donc des points.

1)    La démarche paraît courageuse. Et ce, de l’aveu même des militants communistes éberlués qui ont vu débouler le fondateur d’Auchan dans leur local, sans le reconnaître tout de suite.

2)    Gérard Mulliez, bien que très remonté contre la manière dont il est traité par la communication du Parti Communiste, apparaît comme un homme de dialogue. Même si l’échange a tourné court, il a bien eu lieu, et est resté ferme mais courtois. Les militants ne s’y sont pas trompés en l’invitant à débattre une prochaine fois sur le coût du travail et du capital.

3)    Il ne s’agit pas uniquement d’un mouvement d’humeur. Le fondateur d’Auchan est venu directement, un samedi, défendre son honneur. La démarche ne manque pas d’un certain panache, mais surtout, en quelques minutes, Gérard Mulliez a mis à mal l’image du patron inaccessible et éloigné des réalités du terrain.

4)    Il est venu aussi défendre l’image de son entreprise. Il apparaît donc soucieux de cette image, ce qui est toujours un pré-requis en matière de communication. Ainsi, il n’a pas manqué de rappeler les fondamentaux qui lui tiennent à coeur, et notamment le fait que son groupe crée des emplois.

5)    Il endosse le rôle un peu paternaliste du vieux sage qui fait la leçon aux plus jeunes. Une rhétorique intéressante car difficile à contrer. En précisant qu’à leur âge, il avait déjà ouvert son premier magasin, il impose une certaine autorité et place l’expérience au centre du débat.

6)    Médiatiquement parlant, c’est forcément bien joué. La démarche est singulière, voire insolite et intéresse forcément les journalistes, qui plus est en plein week-end où l’information économique est atone. C’est donc tout naturellement que la petite histoire est reprise par bon nombre de médias, ici ou .

Bien sûr, Gérard Mulliez n’a pas vraiment convaincu son auditoire, mais ce n’était sans doute pas son objectif. Enfin, il a commis une petite erreur en débarquant rue d’Artois dans une Range Rover garée en double-file. Un petit détail que ses détracteurs se sont empressés de relever. Pour un homme qui aime raconter qu’il est économe et roule volontiers en modèle modeste, voire ancien, l’idée est plutôt malvenue.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

A propos du blog

Jean-Michel Boissière

Jean-Michel Boissière Comprendre le fonctionnement des médias représente un atout stratégique. Une entreprise ne communique pas malgré mais avec les journalistes. A travers de multiples conseils et illustrations puisés dans l’actualité, ce blog sur les relations entreprises-médias pourra vous éclairer sur la manière de rendre votre communication plus efficace et dynamique.

Voir leurs profils

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Derniers commentaires
Archives

Retour vers le haut de page