Devenir intrapreneur #2 : désobéir à la seule raison

Stéphane DEGONDE, publié le

Nature girl

Réfléchissez bien : à quand remonte votre dernière fois ?

Vous savez, cette chose que vous avez faite et qui n’était pas, mais alors pas raisonnable du tout ?

Saut en parachute, table étoilée, voiture de sport, escapade lointaine, sac ou escarpins bien trop chers, les petites folies et grandes transgressions d’aujourd’hui ont remplacé les chemins de traverse et l’école buissonnière d’hier. Et dans ce domaine, chacun son style et sa déraison singulière.

Pourtant, nos réponses ont toutes un point commun… ou plutôt deux : si être déraisonnable nous rend tous terriblement vivants, c’est une attitude que l’on se refuse pourtant tous dans l’entreprise. Comme si “être vivant” et “travailler” ne pouvaient faire bon ménage.

Car dans l’entreprise, on analyse, on rationalise, on audite, on “reporte” (au sens reporting), on projette, on formalise, on maximise, on écoute ce que la raison nous dicte. Tout cela en oubliant une évidence : le raisonnement est une intelligence qui sait aussi déraisonner !

La preuve ? Réfléchissez à vos dernières erreurs de jugement et à celles de vos collaborateurs. Vous avez là la meilleure des réponses.

Il existe pourtant une autre intelligence à laquelle on ne fait pas suffisamment confiance : l’intelligence des sensations. En d’autres mots, écouter en soi ce qui résonne, et non seulement ce qui raisonne ; et redonner le pouvoir au corps pour entendre ce que les sens nous racontent. Pas simple tant notre modèle éducatif a tout fait pour façonner des êtres qui raisonnent plus qu’ils ne ressentent.

Mais pourquoi donc serait-elle digne de confiance cette intelligence des sensations ?

Pour deux raisons :

– Le corps parle et il a un langage inné.

– Les sens nous éclairent sur les choses justes que souvent la raison ne veut pas ou ne peut pas voir.

Le corps aurait donc un langage inné.

C’est ce qu’ont cherché à montrer Jessica Tracy et David Matsumoto, deux chercheurs en psychologie, originaires de Vancouver et de San Francisco. Ils ont publié, en 2008, les résultats surprenants d’une étude portant sur « l’expression spontanée de la fierté et de la honte ». En analysant des images prises lors des jeux paralympiques de Sydney, en 2004, ils ont tout d’abord observé que les athlètes levaient tous les bras au ciel en franchissant la ligne d’arrivée. Mais, plus inattendu sans doute, les athlètes nés aveugles faisaient exactement la même chose, alors même qu’ils n’ont jamais vu personne le faire…

Le corps exprime donc des choses que la raison ne contrôle pas.

Peut-être avez-vous déjà couru un 10km, un semi-marathon, un marathon, voire plus pour les plus endurants. Si c’est le cas, vous avez sans doute affirmé, au moins une fois, que c’est le seul mental qui aide à aller jusqu’au bout de l’effort et de la souffrance. Je l’ai dit exactement de la même façon, sans me douter qu’il y avait une catégorie de coureurs pour lesquels les résonances et les dissonances du corps ont une importance plus grande encore. Malek Boukerchi est de ceux-là. Malek est un coureur d’ultra-distance en milieu hostile. Pour faire concret, il court des distances de 500 à 2.000 km en plein désert et en autonomie totale, avec pour seuls bagages, une boussole, de l’eau et un sac à dos. Rassurez-vous, ils ne sont que 200 dans le monde !

Et comme Malek n’est décidément pas un homme comme vous et moi, il s’est offert, pour ses 40 ans, l’Antartic Ice Marathon : 55 coureurs venus de 25 pays pour une “petite foulée” de 42,195 km sur les glaces de l’Antarctique, par des températures inférieures à -30°C. J’en vois qui frissonnent déjà !

2013 Antarctic Ice Marathon, Union Glacier, Antarctica.

Mais Malek ne s’est pas contenté de cela. Le lendemain, il se présentait sur la ligne de départ d’un nouveau défi : une course de 100 km, dans des conditions dantesques ; la tempête s’était levée pendant la nuit, la température s’étaient effondrée en dessous des -50°C, et la visibilité n’était plus que d’un mètre. Il furent cinq à prendre le départ, et cinq à franchir la ligne d’arrivée, victorieux d’une exploration au plus près de leurs limites.

Il faut évidemment un mental à tout épreuve pour réussir un tel exploit. Mais il faut aussi autre chose, plus importante encore. Et c’est à cela que Malek s’est entrainé des mois durant : non pas courir, mais écouter son corps courir.

Quand on entend Malek conter son histoire, on se demande combien d’entre nous se donnent le droit d’écouter leur corps agir, dans le quotidien de leur entreprise ?

– Combien d’entre nous s’autorisent à exprimer véritablement leurs émotions, pour créer d’autres liens relationnels ?

– Combien d’entre nous décident en fonction de leurs intuitions ?

– Combien d’entre nous laissent parler leurs sensations pour remettre du plaisir dans l’action et les obligations ?

Bien peu sans doute. Les laisser transparaître est souvent perçu comme de la faiblesse, de l’immaturité, voire même de l’inconséquence. Elles sont pourtant les ressorts, parfois les fulgurances, des artistes, des sportifs mais aussi des entrepreneurs. Bref de tous ceux qui ont à créer, à inventer, à éclairer différemment.

Soyons donc convaincus de leur importance, et pour une seule raison.

« Les idées perdront toujours leur procès contre les sensations. » (De Rivarol)

 

Malek Boukerchi est conférencier en intelligences relationnelles et en dynamiques coopératives, animateur expert en pédagogies ludo-coopératives et ultra-marathonien de l’extrême (courses dans les déserts chauds et polaires). Il a publié deux ouvrages en 2015 : « Il était une fois en Antarctique », éditions First ; « Contes à gratter pour découvrir la richesse de la vie », éditions Jouvence.

 

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Plus que jamais l'entrepreneuriat est dans l'air du temps. "Tous entrepreneurs !" semble être ainsi devenu le mot d'ordre partagé par tous les acteurs de l'économie, pour redonner du souffle à l'emploi, accompagner la croissance, mais aussi transformer les grandes organisations.

Car être entrepreneur, ça n'est plus seulement créer une entreprise ; c'est aussi adopter une nouvelle posture de salarié en développant de nouveaux réflexes, en s'autorisant de nouvelles audaces, en devenant "un entrepreneur dans l'entreprise". En d'autres mots, un intrapreneur !

Ce blog est donc un éclairage, une source de partage et de réflexion sur tous les sujets, mineurs ou majuscules, qui font la vie des audacieux. Il parle de la désobéissance dont il faut savoir faire preuve pour faire émerger les idées et les initiatives. Il évoque le risque inhérent à toute audace, et cette question de l'échec dont on ne sait pas trop bien quoi penser… Il donne des pistes aux organisations pour qu'elles amorcent leur "transformation entrepreneuriale". Il confirme enfin qu'être entreprenant, ce n'est ni une histoire de structure ou de moyens, mais une disposition, une capacité à mettre son potentiel et ses talents au service de l'innovation.

A propos de l’auteur 

Stephane Degonde

Stéphane Degonde intervient auprès de grandes entreprises sur la mise en œuvre de leur transformation entrepreneuriale. En parallèle, il donne des conférences sur les thématiques de l'intrapreneuriat, de l'audace et de la désobéissance responsable. Il accompagne et forme des dirigeants d'entreprise, en France et en Afrique, sur la compréhension et la bonne gestion de leur risque entrepreneurial.

Stéphane Degonde a créé et dirigé pendant 5 ans la société CincoSenso, spécialiste des solutions de paiement privatives en marque blanche. Il avait auparavant occupé, pendant plus de dix ans, diverses responsabilités en stratégie, business development, ingénierie financière et conseil, chez PwC et IBM Global Services, ainsi qu'au sein d'un groupe industriel spécialisé dans les médias optiques.

Il est l'auteur du livre "J'ose entreprendre !" (Le Passeur Editeur) paru en 2015, et enseigne le cours "Comment réaliser son potentiel" à The School of Life Paris.

Stéphane Degonde est diplômé du Magistère de Sciences de Gestion et de la MSG de l’Université Paris IX-Dauphine.

A propos de l’auteur

Dernière publication

Stephane Degonde

Quatre ans pour lancer une startup... Quatre minutes pour la liquider !

La création d’entreprise n’est pas toujours synonyme de succès : on dénombre chaque année près de 63 000 faillites d’entreprises. Confronté à la fin brutale et inattendue de son entreprise, Stéphane Degonde s’est interrogé sur sa propre responsabilité de dirigeant. Le résultat est sans appel : la fragilité de l’entreprise avait été cultivée sans même en prendre conscience. Une conclusion s’est imposée à lui : l’entrepreneur, par ses excès, ses erreurs, ses croyances et ses émotions, constitue la première source de risque de son entreprise.

En rencontrant 51 entrepreneurs aux parcours singuliers, et en tirant profit de sa propre expérience, Stéphane Degonde a imaginé le guide du créateur d’entreprise qu’il aurait aimé avoir : riche en analyses, concret, détaillé et pratique. Il y expose les cent risques que tout entrepreneur doit connaître pour mieux les éviter, les surmonter, voire parfois les accepter, afin de rendre son entreprise pérenne. Chaque risque est évalué, statistiques et témoignages à l’appui, et des solutions pleines de bon sens sont proposées.

Un livre qui poursuit un seul objectif : la réussite des entrepreneurs.

Stéphane Degonde sur le web

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Retour vers le haut de page