Les 10 mots de l’entrepreneur.

Stéphane DEGONDE, publié le

 

nuage MOTS 3-Final

 

 

C’est par des mots, personnels et vrais, que j’ai souhaité entendre la vie d’entrepreneur ; des mots pour parler du quotidien de l’entreprise, des ressentis, des satisfactions, et parfois des illusions. J’ai donc posé une question toute simple à 51 entrepreneurs : « Comment pourriez-vous exprimer en seulement trois mots ce qu’est, pour vous, entreprendre ? »

Les réponses ont été riches d’enseignements, parfois surprenants. Elles disent ce qui se vit dans des journées gouvernées par l’urgence. Elles trahissent les excès d’une vie que l’on a certes choisie, mais dont on découvre, chaque jour un peu plus, les surprises qu’elle réserve. Elles donnent une idée de la foi et de la passion qui animent ces entrepreneurs-rêveurs, qu’ils soient bâtisseurs d’empires ou artisans de leur aventure solitaire.

Ce sont les dix mots les plus fréquemment évoqués que je vous livre ici. Avec à la clé une surprise. Un mot s’est nettement détaché des autres, caracolant très largement en tête des citations: la LIBERTÉ. Quel paradoxe, lorsque l’on connaît à quel point les contraintes pèsent sur le quotidien du dirigeant d’entreprise ! Clients, salariés, fournisseurs, partenaires, investisseurs, Etat… ils sont nombreux ceux envers lesquels l’entrepreneur s’engage. Et pourtant, obligé vis-à-vis de tiers, et responsable de ses choix et de ses décisions, le dirigeant d’entreprise conserve au plus profond de lui-même le sentiment d’être libre. Entreprendre, ce n’est pas atteindre LA liberté, mais UNE liberté: celle de choisir la configuration dans laquelle s’épanouir, les personnes avec lesquelles travailler, le rythme auquel avancer, les sujets sur lesquels investir son temps, son énergie et son argent. Entreprendre, c’est donc à la fois s’engager et se contraindre, tout en gardant à l’esprit que tout est possible…

Liberté, Courage, Engagement, Créativité, Risque, Persévérance, Passion, Innovation, Responsabilité, Travail

Liberté et Passion

Avouez qu’il y a des mots qui donneraient un peu moins envie de se lancer !

Liberté et Passion, on pourrait presque s’imaginer parler voyage… Mais finalement, n’est-ce pas un peu cela « créer une entreprise » ? Choisir une destination ; rêver l’exotisme et les chocs de culture ; imaginer un chemin dont on pourra dévier au gré des rencontres, des surprises et des opportunités ; parler d’autres langues, parfois très techniques ; découvrir des territoires inconnus ; commettre des erreurs ; improviser et apprendre à se sortir de situations souvent complexes, voire même embarrassantes… Tout dans le voyage itinérant renvoie à l’audace et à l’expérimentation.

On détache les amarres et on tourne le dos à la servitude lorsque l’on entreprend. On devient libre, non parce que l’on se libère de tout, mais parce que l’on se libère des décisions subies et des stratégies imposées, de la politique et des jeux de pouvoir. On devient libre de s’intéresser, d’être animé par sa propre curiosité, de chercher à découvrir plus loin encore celui ou celle que l’on est… et d’en assumer les conséquences, quelles qu’elles soient. Il en faut donc une bonne dose d’envie, d’énergie, d’enthousiasme et de conviction – en d’autres mots de passion – pour avancer sur ce chemin d’Homme libre.

Courage et Responsabilité

Il y a des expressions du passé dont on oublie l’usage lorsque l’on devient entrepreneur… « Passer la patate chaude au voisin », « Mettre la poussière sous le tapis » ou « laisser des cadavres dans le placard »… Terminé tout cela ! Pour une raison toute simple, vous êtes le destinataire final de tous les problèmes, surtout lorsque ceux-ci ressemblent à un avis de tempête. Et s’il y a bien un problème que l’on doit éviter dans la vie de l’entreprise, c’est le syndrome du sparadrap collé au doigt du capitaine Haddock. Ça colle, ça colle… et ça reste collé !

Il y a donc des évidences qui se formulent facilement : plus l’on se penche vite sur les difficultés à résoudre, moins les turbulences vont donner mal au cœur.

Innovation, Créativité et Risque

J’ai récemment animé un atelier sur l’initiative et le risque d’entreprendre pour un groupement de pharmaciens. Il s’agissait, entre autre, de les aider à intégrer l’idée qu’un pharmacien est un entrepreneur à part entière ; un chef d’entreprise aujourd’hui confronté à la nécessaire réinvention de son métier tant le paradigme de la rente et du profit garanti sont aujourd’hui remis en cause : perte du monopole pour la distribution de médicaments, forte pression de l’Etat sur les dépenses de santé, marges faibles sur les médicaments remboursés, pression concurrentielle accrue entretenue par l’arrivée d’une jeune génération commercialement plus agressive.

Les pharmaciens sont donc aujourd’hui obligés de revoir leur business model et tendre vers plus de service, d’intégrer le digital comme un nouveau vecteur de commercialisation, de se regrouper pour rééquilibrer le rapport de force dans les négociations commerciales avec les fournisseurs et prestataires, ou encore d’appliquer les pratiques des réseaux Retail traditionnels pour capter et fidéliser leur clientèle. Il faut donc imaginer, inventer, essayer, risquer, échouer, tirer profit de l’expérience, recommencer. Il s’agit tout simplement de continuer à entreprendre, et de sortir de l’immobilisme confortable. Mais se remettre régulièrement en question n’est pas si naturel ou aisé lorsque créer une pharmacie se dit encore, de nos jours, « s’installer »…

Engagement, Travail et Persévérance

On a beau le savoir avant de se lancer, et l’on a beau avoir observé d’autres entrepreneurs autour de soi, ce n’est qu’après s’être véritablement lancé qu’on réalise l’engagement et la persévérance dont il faut faire preuve ; la quantité de travail à fournir aussi.

S’engager à 100% sur son projet et éviter les occasions de dispersion, c’est créer une dynamique  et une motivation qui s’auto-entretiennent. C’est aussi accroître le rythme des premiers succès : rien de mieux pour se persuader que l’on est sur la bonne voie.

Si le travail n’est pas la garantie du succès, il en est quand même LA composante incontournable. Les journées de l’entrepreneur font le grand écart avec le temps ? C’est pour une raison toute simple: mettre son entreprise en disposition favorable pour bénéficier de ce tout petit coup du destin qui fera la différence. Ne faites rien et attendez ? Il y a de fortes chances que vous attendiez longtemps encore…

Enfin, il est fortement probable aussi que l’échec soit le compagnon de vos expériences. Mais c’est une chance : il aide à comprendre, à apprendre et à grandir. Il crée aussi cette intuition qui fera prendre les bonnes décisions sans peine et sans attendre demain. Donc, s’il ne fallait retenir qu’une chose : « Vous n’avez cessé d’essayer ? Vous n’avez cessé d’échouer ? Aucune importance ! Réessayez, échouez encore, échouez mieux. » (Samuel Beckett)

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

2 commentaires

Avatar de Mouëllo

Mouëllo

Excellent article, clair et plein de vérités


Répondre

Pascal

La dynamique d’auto-motivation est la clé!
Merci pour ce post encourageant.
P.


Répondre

A propos du blog

Plus que jamais l'entrepreneuriat est dans l'air du temps. "Tous entrepreneurs !" semble être ainsi devenu le mot d'ordre partagé par tous les acteurs de l'économie, pour redonner du souffle à l'emploi, accompagner la croissance, mais aussi transformer les grandes organisations.

Car être entrepreneur, ça n'est plus seulement créer une entreprise ; c'est aussi adopter une nouvelle posture de salarié en développant de nouveaux réflexes, en s'autorisant de nouvelles audaces, en devenant "un entrepreneur dans l'entreprise". En d'autres mots, un intrapreneur !

Ce blog est donc un éclairage, une source de partage et de réflexion sur tous les sujets, mineurs ou majuscules, qui font la vie des audacieux. Il parle de la désobéissance dont il faut savoir faire preuve pour faire émerger les idées et les initiatives. Il évoque le risque inhérent à toute audace, et cette question de l'échec dont on ne sait pas trop bien quoi penser… Il donne des pistes aux organisations pour qu'elles amorcent leur "transformation entrepreneuriale". Il confirme enfin qu'être entreprenant, ce n'est ni une histoire de structure ou de moyens, mais une disposition, une capacité à mettre son potentiel et ses talents au service de l'innovation.

A propos de l’auteur 

Stephane Degonde

Stéphane Degonde intervient auprès de grandes entreprises sur la mise en œuvre de leur transformation entrepreneuriale. En parallèle, il donne des conférences sur les thématiques de l'intrapreneuriat, de l'audace et de la désobéissance responsable. Il accompagne et forme des dirigeants d'entreprise, en France et en Afrique, sur la compréhension et la bonne gestion de leur risque entrepreneurial.

Stéphane Degonde a créé et dirigé pendant 5 ans la société CincoSenso, spécialiste des solutions de paiement privatives en marque blanche. Il avait auparavant occupé, pendant plus de dix ans, diverses responsabilités en stratégie, business development, ingénierie financière et conseil, chez PwC et IBM Global Services, ainsi qu'au sein d'un groupe industriel spécialisé dans les médias optiques.

Il est l'auteur du livre "J'ose entreprendre !" (Le Passeur Editeur) paru en 2015, et enseigne le cours "Comment réaliser son potentiel" à The School of Life Paris.

Stéphane Degonde est diplômé du Magistère de Sciences de Gestion et de la MSG de l’Université Paris IX-Dauphine.

A propos de l’auteur

Dernière publication

Stephane Degonde

Quatre ans pour lancer une startup... Quatre minutes pour la liquider !

La création d’entreprise n’est pas toujours synonyme de succès : on dénombre chaque année près de 63 000 faillites d’entreprises. Confronté à la fin brutale et inattendue de son entreprise, Stéphane Degonde s’est interrogé sur sa propre responsabilité de dirigeant. Le résultat est sans appel : la fragilité de l’entreprise avait été cultivée sans même en prendre conscience. Une conclusion s’est imposée à lui : l’entrepreneur, par ses excès, ses erreurs, ses croyances et ses émotions, constitue la première source de risque de son entreprise.

En rencontrant 51 entrepreneurs aux parcours singuliers, et en tirant profit de sa propre expérience, Stéphane Degonde a imaginé le guide du créateur d’entreprise qu’il aurait aimé avoir : riche en analyses, concret, détaillé et pratique. Il y expose les cent risques que tout entrepreneur doit connaître pour mieux les éviter, les surmonter, voire parfois les accepter, afin de rendre son entreprise pérenne. Chaque risque est évalué, statistiques et témoignages à l’appui, et des solutions pleines de bon sens sont proposées.

Un livre qui poursuit un seul objectif : la réussite des entrepreneurs.

Stéphane Degonde sur le web

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Retour vers le haut de page