Passer son temps à raconter la belle histoire de l’entreprise… et finir par la croire.

Stéphane DEGONDE, publié le

Image Fotolia

 

Il était une fois… un rêve d’entreprise…

Observez la journée d’un entrepreneur. Des heures entières à présenter, à vendre, à convaincre, à fédérer autour de lui, à se projeter ; en d’autres mots, à raconter une “belle histoire”. L’entrepreneur est un artiste qui fait du storytelling le sommet de son art, et de la prise de parole l’outil de sa future légende. Mais à trop se complaire dans la magie du Powerpoint en couleur, c’est peu à peu de la vraie réalité de l’entreprise qu’il s’éloigne : un tableur Excel en noir et blanc.

L’entrepreneur est donc un professionnel qui souffre de schizophrénie. Il montre ce qu’il ne vit pas et vit ce qu’il ne montre pas ! Il compose et négocie en permanence avec deux visions.

La première – qu’il délivre à tous ceux qu’il rencontre – présente l’entreprise sous son meilleur jour. Une histoire qui rallie les futurs collaborateurs et les partenaires, convainc les prospects, rassure les banquiers et séduit les investisseurs ; une histoire qui installe aussi celui qui la porte dans la posture du succès, et valide les sacrifices consentis et l’opportunité du risque pris ; une histoire qui force l’admiration aussi.

Et puis il y a le second volet du conte. Un côté plus obscur, que l’on partage dans le secret d’un bureau et qui anime les discussions entre associés. Cette face sombre faite de doutes, de craintes, d’interrogations, de peurs, de blocages, de remises en cause, et parfois de découragement. C’est l’histoire de la vérité des chiffres, des ambitions à revoir et des décisions douloureuses à prendre.

Mais si l’entrepreneur raconte une belle histoire, c’est évidemment pour de bonnes raisons ; et la meilleure d’entre elles n’a rien à voir avec lui. Il le fait dans le seul intérêt de son projet d’entreprise ! Etre choisi par un client, recruter de bons collaborateurs, obtenir un prêt, lever des fonds, négocier de bonnes conditions d’achat, intéresser les médias, entrer dans des réseaux privilégiés… C’est en présentant la future mariée sous son meilleur jour que l’on attire les princes. Et puis s’afficher de façon positive permet d’enclencher le cercle vertueux de la réussite. En se faisant désirer, on s’expose aux bonnes informations qui feront les bonnes opportunités.

Par ailleurs, le message positif a une seconde vertu. Il offre un voyage hors du réel pour oublier les difficultés, retrouver l’envie, se remotiver, être rassuré par les encouragements et par les regards admiratifs des tiers. L’entrepreneur est un super-héros ? Rien que l’entendre redonne des couleurs. Et puis quand on y réfléchit bien, la “belle histoire” n’est pas vraiment un mensonge. C’est juste une réalité que l’on a un peu déformée ; c’est juste une histoire que l’on a écrite un peu avant l’heure ; c’est la “méthode Coué” appliquée au monde de l’entreprise.

Mais l’excès de “belle histoire” n’est pas non plus sans conséquence pour l’entrepreneur. Car à force de répéter inlassablement une vision déformée – voire “marketée” – de sa réalité, il court le risque de se déconnecter ou de se détourner des vrais enjeux de son entreprise. C’est aussi le risque des promesses non tenues auxquelles il s’expose – auprès des investisseurs, partenaires et collaborateurs notamment – en prenant des engagements trompés par l’illusion. C’est enfin le risque d’une schizophrénie qui use et déstabilise car la posture n’est pas durable. Soit la réalité de l’entreprise rejoint le conte, ce qui est la meilleure des choses qui puisse arriver. Soit la réalité émerge parce que le mensonge devient trop lourd et pesant, et que l’envie de vérité et de partage finit par s’imposer.

Raconter une “belle histoire”, c’est donc, quoi qu’il arrive, devoir un jour raconter la “vraie histoire”.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

1 commentaire

Patricia Lane

Bonjour,

C’est à la deuxième lecture de votre billet, alors que mon commentaire se rédigeait en tache de fond dans ma tête, que j’ai pu déceler là où vous vouliez en venir (enfin, je l’espère!). Car, en effet, le storytelling, le bon, celui qui résonne, c’est « raconter la vraie histoire » – votre dernière phrase, moins les conditionnels.

Mais quand vous décrivez le storytelling comme « une présentation de l’entreprise sous son meilleur jour », une « belle histoire que l’on a un peu déformée », ou la mise en pratique de « la méthode Coué pour se remotiver » — pour moi, ce n’est pas du storytelling, mais de la comm’ positivante et bien orientée, des RP et le vernis peut s’écailler très vite.

Et c’est là où le storytelling / l’art narratif / raconter une histoire – termes maintenant si à la mode qu’ils deviennent galvaudés – a toute son importance et son utilité. Car à la mode aussi sont l’authenticité, l’intégrité, la crédibilité. Ce sont ces aspérités, aussi, surtout, qui résonnent auprès des cibles, mettant en exergue forces et faiblesses, qui ne sont qu’humaines et donc forcément compréhensibles.


Répondre

A propos du blog

Plus que jamais l'entrepreneuriat est dans l'air du temps. "Tous entrepreneurs !" semble être ainsi devenu le mot d'ordre partagé par tous les acteurs de l'économie, pour redonner du souffle à l'emploi, accompagner la croissance, mais aussi transformer les grandes organisations.

Car être entrepreneur, ça n'est plus seulement créer une entreprise ; c'est aussi adopter une nouvelle posture de salarié en développant de nouveaux réflexes, en s'autorisant de nouvelles audaces, en devenant "un entrepreneur dans l'entreprise". En d'autres mots, un intrapreneur !

Ce blog est donc un éclairage, une source de partage et de réflexion sur tous les sujets, mineurs ou majuscules, qui font la vie des audacieux. Il parle de la désobéissance dont il faut savoir faire preuve pour faire émerger les idées et les initiatives. Il évoque le risque inhérent à toute audace, et cette question de l'échec dont on ne sait pas trop bien quoi penser… Il donne des pistes aux organisations pour qu'elles amorcent leur "transformation entrepreneuriale". Il confirme enfin qu'être entreprenant, ce n'est ni une histoire de structure ou de moyens, mais une disposition, une capacité à mettre son potentiel et ses talents au service de l'innovation.

A propos de l’auteur 

Stephane Degonde

Stéphane Degonde intervient auprès de grandes entreprises sur la mise en œuvre de leur transformation entrepreneuriale. En parallèle, il donne des conférences sur les thématiques de l'intrapreneuriat, de l'audace et de la désobéissance responsable. Il accompagne et forme des dirigeants d'entreprise, en France et en Afrique, sur la compréhension et la bonne gestion de leur risque entrepreneurial.

Stéphane Degonde a créé et dirigé pendant 5 ans la société CincoSenso, spécialiste des solutions de paiement privatives en marque blanche. Il avait auparavant occupé, pendant plus de dix ans, diverses responsabilités en stratégie, business development, ingénierie financière et conseil, chez PwC et IBM Global Services, ainsi qu'au sein d'un groupe industriel spécialisé dans les médias optiques.

Il est l'auteur du livre "J'ose entreprendre !" (Le Passeur Editeur) paru en 2015, et enseigne le cours "Comment réaliser son potentiel" à The School of Life Paris.

Stéphane Degonde est diplômé du Magistère de Sciences de Gestion et de la MSG de l’Université Paris IX-Dauphine.

A propos de l’auteur

Dernière publication

Stephane Degonde

Quatre ans pour lancer une startup... Quatre minutes pour la liquider !

La création d’entreprise n’est pas toujours synonyme de succès : on dénombre chaque année près de 63 000 faillites d’entreprises. Confronté à la fin brutale et inattendue de son entreprise, Stéphane Degonde s’est interrogé sur sa propre responsabilité de dirigeant. Le résultat est sans appel : la fragilité de l’entreprise avait été cultivée sans même en prendre conscience. Une conclusion s’est imposée à lui : l’entrepreneur, par ses excès, ses erreurs, ses croyances et ses émotions, constitue la première source de risque de son entreprise.

En rencontrant 51 entrepreneurs aux parcours singuliers, et en tirant profit de sa propre expérience, Stéphane Degonde a imaginé le guide du créateur d’entreprise qu’il aurait aimé avoir : riche en analyses, concret, détaillé et pratique. Il y expose les cent risques que tout entrepreneur doit connaître pour mieux les éviter, les surmonter, voire parfois les accepter, afin de rendre son entreprise pérenne. Chaque risque est évalué, statistiques et témoignages à l’appui, et des solutions pleines de bon sens sont proposées.

Un livre qui poursuit un seul objectif : la réussite des entrepreneurs.

Stéphane Degonde sur le web

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Retour vers le haut de page