Entrepreneurs, le cochon-tirelire est votre assurance-vie.

Stéphane DEGONDE, publié le , mis à jour à

Il faut avoir été entrepreneur pour mesurer à quel point la trésorerie occupe les journées et, bien souvent, les pensées nocturnes d’un dirigeant d’entreprise. Et lorsque les crises comme celle que nous traversons actuellement s’éternisent, ce sujet d’attention devient pour certains une préoccupation permanente, voire pour les plus exposés un cauchemar sans solution réelle.

Pourtant, on a beau l’avoir entendu à maintes reprises, avoir représenté des courbes et modélisé des projections à 3 ans, s’être persuadé des risques du laxisme ou de la négligence, avoir soi-même communiqué sur l’importance d’y prêter attention, ou même avoir convaincu entourage et partenaires de ses propres qualités de bon gestionnaire, cette trésorerie qui donne le “la” du futur de l’entreprise ne bénéficie pas toujours d’une vigilance de tous les instants… Et en matière de naufrage entrepreneurial, les euros à la dérive occupent une bonne place sur le podium.

Si la nécessité de surveiller sa tirelire parait une évidence, les occasions de préparer son défaut de paiement futur ne manquent pas. Elles se cachent parfois dans ces mauvaises habitudes qui créent le déséquilibre durable, ou dans une mauvaise perception des conséquences de la mauvaise gestion. Quatre d’entre elles sont ainsi couramment observées chez les entrepreneurs qui se lancent.

1/ Faire preuve de laxisme sur le recouvrement des créances.

Avoir peur de tendre ou fragiliser la relation-client en réclamant ce qui est dû ; perdre de vue qu’un contrat est un accord conjoint portant sur deux obligations, l’une de délivrer un produit ou un service dans des conditions fixées, l’autre d’honorer un règlement dans des conditions elles aussi convenues ; ne pas se sentir à l’aise avec ce mot argent dont notre société française à tant de mal à se défaire du tabou qui l’entoure, et donc refuser d’en parler ouvertement à son client ; ne pas avoir une vraie “culture-trésorerie”, car un ancien salarié en entreprise n’a que très rarement eu l’occasion d’être confronté aux exigences de recouvrement, sauf à avoir travaillé dans une direction financière ; se dévaloriser en tant que petite entreprise et subir les abus des grandes organisations dont la tendance à payer en retard malheureusement se généralise ; ou encore considérer que son client, par sa taille, le profil de ses actionnaires et les marchés sur lesquels il opère, offre toutes les garanties de bon règlement, même tardif… Les occasions de devenir le banquier de ses clients, et donc d’endosser une responsabilité qui n’est pas la sienne, sont nombreuses…

Mais accepter cette dérive, c’est créer un précédent dans l’esprit du client et faire de l’écart exceptionnel une habitude sur laquelle il sera ensuite difficile de revenir. C’est aussi s’exposer au risque de trésorerie de son client et devoir trouver, à sa place, des solutions de financement tout en supportant seul leur coût. C’est enfin courir le risque d’être entraîné dans la chute en cas de défaillance majeure, les créances impayées devenant bien souvent irrécouvrables en cas de liquidation judiciaire.

2/ Accepter des conditions de paiement défavorables : des délais de paiement clients supérieurs aux délais de paiement fournisseurs.

Il est si facile pour une jeune entreprise, obnubilée par sa croissance et l’acquisition de références, de se laisser entraîner dans des combats déséquilibrés. Etre petit, c’est s’exposer à la tentation : celle de vouloir signer à tout prix pour ne pas perdre un marché, et d’accepter des délais de règlement qui dégradent le BFR (besoin en fonds de roulement). Des délais clients supérieurs aux délais fournisseurs garantissent, avec la croissance de l’activité, des trous de trésorerie de plus en plus profonds, et l’exigence de devoir apporter des solutions financières incertaines et forcément coûteuses. Le non-paiement par un client d’une ou plusieurs factures peut rapidement créer les conditions du danger : on a payé à un fournisseur une prestation, pour laquelle il n’y a en contrepartie aucun règlement client.

3/ Négliger les vertus de la réserve de trésorerie.

Distribuer systématiquement 100% des dividendes, ne pas placer un « trésor de guerre » – sous forme de SICAV ou DAT par exemple – ou encore ne pas aller chercher des fonds ou négocier des dispositifs de financement court terme (découvert, affacturage) lorsque l’entreprise est en situation favorable pour le faire – bref, quand elle se développe et que tous les indicateurs sont au vert – c’est méconnaître ou refuser les cycles. En d’autres mots, refuser l’idée que le succès ne dure pas et, qu’un jour ou l’autre, des difficultés – perte d’un client majeur, responsabilité engagée sur une malfaçon, etc. – pourront fortement exposer ou fragiliser la trésorerie de l’entreprise.

4/ Naviguer à vue sans anticipation ni contrôle.

L’excès de confiance, le manque d’intérêt ou de temps pour assurer un suivi de trésorerie rigoureux, ou encore l’effet anxiogène qu’une surveillance régulière des comptes peut avoir sur certains entrepreneurs, sont autant de raisons pour négliger la seconde des priorités matinales…juste après celle d’avoir dit bonjour à chacun de ses collaborateurs : ouvrir son tableur Excel et son plan de trésorerie ! Le risque est alors celui de la surprise, et en général la mauvaise ; cet imprévu qui nécessite de trouver les solutions d’urgence, et que le seul mot urgence rend difficiles, voire impossibles, à trouver. Peu nombreux sont en effet ceux qui courront le risque de vous aider quand tout va mal…

Prenez donc plus que jamais soin de votre cochon-tirelire, il est votre meilleure assurance-vie !

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Plus que jamais l'entrepreneuriat est dans l'air du temps. "Tous entrepreneurs !" semble être ainsi devenu le mot d'ordre partagé par tous les acteurs de l'économie, pour redonner du souffle à l'emploi, accompagner la croissance, mais aussi transformer les grandes organisations.

Car être entrepreneur, ça n'est plus seulement créer une entreprise ; c'est aussi adopter une nouvelle posture de salarié en développant de nouveaux réflexes, en s'autorisant de nouvelles audaces, en devenant "un entrepreneur dans l'entreprise". En d'autres mots, un intrapreneur !

Ce blog est donc un éclairage, une source de partage et de réflexion sur tous les sujets, mineurs ou majuscules, qui font la vie des audacieux. Il parle de la désobéissance dont il faut savoir faire preuve pour faire émerger les idées et les initiatives. Il évoque le risque inhérent à toute audace, et cette question de l'échec dont on ne sait pas trop bien quoi penser… Il donne des pistes aux organisations pour qu'elles amorcent leur "transformation entrepreneuriale". Il confirme enfin qu'être entreprenant, ce n'est ni une histoire de structure ou de moyens, mais une disposition, une capacité à mettre son potentiel et ses talents au service de l'innovation.

A propos de l’auteur 

Stephane Degonde

Stéphane Degonde intervient auprès de grandes entreprises sur la mise en œuvre de leur transformation entrepreneuriale. En parallèle, il donne des conférences sur les thématiques de l'intrapreneuriat, de l'audace et de la désobéissance responsable. Il accompagne et forme des dirigeants d'entreprise, en France et en Afrique, sur la compréhension et la bonne gestion de leur risque entrepreneurial.

Stéphane Degonde a créé et dirigé pendant 5 ans la société CincoSenso, spécialiste des solutions de paiement privatives en marque blanche. Il avait auparavant occupé, pendant plus de dix ans, diverses responsabilités en stratégie, business development, ingénierie financière et conseil, chez PwC et IBM Global Services, ainsi qu'au sein d'un groupe industriel spécialisé dans les médias optiques.

Il est l'auteur du livre "J'ose entreprendre !" (Le Passeur Editeur) paru en 2015, et enseigne le cours "Comment réaliser son potentiel" à The School of Life Paris.

Stéphane Degonde est diplômé du Magistère de Sciences de Gestion et de la MSG de l’Université Paris IX-Dauphine.

A propos de l’auteur

Dernière publication

Stephane Degonde

Quatre ans pour lancer une startup... Quatre minutes pour la liquider !

La création d’entreprise n’est pas toujours synonyme de succès : on dénombre chaque année près de 63 000 faillites d’entreprises. Confronté à la fin brutale et inattendue de son entreprise, Stéphane Degonde s’est interrogé sur sa propre responsabilité de dirigeant. Le résultat est sans appel : la fragilité de l’entreprise avait été cultivée sans même en prendre conscience. Une conclusion s’est imposée à lui : l’entrepreneur, par ses excès, ses erreurs, ses croyances et ses émotions, constitue la première source de risque de son entreprise.

En rencontrant 51 entrepreneurs aux parcours singuliers, et en tirant profit de sa propre expérience, Stéphane Degonde a imaginé le guide du créateur d’entreprise qu’il aurait aimé avoir : riche en analyses, concret, détaillé et pratique. Il y expose les cent risques que tout entrepreneur doit connaître pour mieux les éviter, les surmonter, voire parfois les accepter, afin de rendre son entreprise pérenne. Chaque risque est évalué, statistiques et témoignages à l’appui, et des solutions pleines de bon sens sont proposées.

Un livre qui poursuit un seul objectif : la réussite des entrepreneurs.

Stéphane Degonde sur le web

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Retour vers le haut de page