Elargissez votre zone d’influence.

Jean-Louis Muller, publié le , mis à jour à

0E02A1BF-2EC2-4118-8A2B-8C54E8228E38

Si vous pensez détenir assez de pouvoir pour changer la stratégie, l’organisation et le management de votre entreprise, j’ai le regret de vous annoncer que vous allez déployer beaucoup d’énergie pour rien. Vous risquez de répéter à l’envi : « il n’y a qu’a », « faut qu’on » , lassant ainsi vos interlocuteurs. Si vous estimez que vous n’avez aucun pouvoir et que votre rôle consiste exclusivement à faire passer les consignes. J’ai le regret de vous annoncer que vous intériorisez de nombreuses frustrations et que vos équipiers ne reconnaissent pas votre autorité. Entre le tout illusoire et le rien déprimant, je vous invite à vous concentrer sur votre zone d’influence.

Que vous soyez manager ou chef de projet votre zone d’influence comprend les équipiers, intervenants, clients, fournisseurs, partenaires et représentants du personnel avec lesquels vous êtes en relations professionnelles. Vous devez agir et penser de telle manière à ce que chacun de ces interlocuteurs estime que vous avez du pouvoir. Toute attitude de type : « c’est comme ça », « je n’y peux rien », « c’est la procédure », « je n’ai pas mot à dire sur les salaires, le primes et les promotions » , entache votre crédibilité. Même sans les exprimer verbalement, ces attitudes sont perceptibles par le biais de vos micro-comportements. 

Afin de clarifier quels sont vos pouvoirs pour animer vos équipes et mener à bien vos projets transversaux, prenez du temps avec votre propre manager. Pas la peine de lui demander ce à quoi vous êtes autorisé ; la liste peut être longue et floue. Vendez lui le principe de « l’empowerment » (mise en pouvoir) qui consiste à définir ce qui est interdit, sachant que ce qui ne l’est pas est permis.

Voici des exemples d’interdictions, qui loin de vous inhiber ouvrent de nombreux espaces d’initiatives.

  • Vous ne pouvez pas licencier un collaborateur sans en référer d’abord au service des ressources humaines.
  • Vous ne pouvez pas dépasser 7% de remise en cas de négociation. avec un client.
  • Il est interdit de répondre à un journaliste.
  • Vous ne pouvez pas engager une dépense de plus de 20 000 €.
  • Une pièce ne sort pas de l’atelier si l’une de ses faces est peinte en violet.
  • Vous ne pouvez pas envoyer des mails le week-end….

Cela peut paraitre répressif, mais au contraire, vous agrandissez votre espace de responsabilités et d’initiatives sachant que tout ce qui n’est pas interdit est autorisé.

Pendant que vous y êtes, transposez cette approche à vos équipiers et intervenants qui se révèle plus performante et motivante que les délégations classiques.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

5 commentaires

Laura Dore

Vous savez quoi ? Vos conseils m’étaient indispensable pour que je puisse progresser, je vous remercie du fond du coeur


Répondre

Annie Heller

Effectivement les points cités permettent de se recentrer . Merci pour les précisions du principe de « l’empowerment »


Répondre

Jade Live

Merci pour ces conseils même s’ils sont assez basiques


Répondre

Guillaume

Ayant changé de branche professionnelle il y a quelque mois, vos articles ont attirés mon attention et comportent de bons messages sur la management.


Répondre

John

Bonjour et merci pour ce super blog sur le management !
Je suis un lecteur régulier depuis de nombreuses semaines et j’apprécie la qualité des articles.
Pour moi ce qui a bien fonctionné c’est : bit.ly/TraficCiblé
Je me permet de le poster ici car elle aide des milliers de personnes au quotidien
Merci et à bientôt sur d’autres articles


Répondre

A propos de l’auteur


Jean-Louis Muller

Expert auprès de Cegos, leader européen du conseil et de la formation au management , Jean-Louis Muller intervient sur les offres internationales « Leadership » , « Change » et « Time » ainsi que du développement de la multimodalité. Il accompagne des équipes dirigeantes lors des transformations de leurs entreprises ou de leurs organisations publiques. Il contribue à la diffusion des démarches sytémiques auprès des managers et chefs de projets.

En parallèle, il est chargé de cours à l’université Paris 9 Dauphine où il conçoit et anime deux modules du Master Management Global.

Auteur de nombreux ouvrages, il dirige également depuis sa création en 1998, la collection « guides pratiques Cegos » chez ESF éditeur.

Il a coordonné le « guide du management et du leadership » paru récemment chez RETZ.

A propos de l'auteur

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Retour vers le haut de page