Faites-vous preuve de pluri-perspectivité ?

Jean-Louis Muller, publié le , mis à jour à

C3D35CA2-72D5-48CC-927E-824B776ECCD3

Samedi, il pleut. Le citadin se lamente : « mon week-end est fichu. » Dans le Loir-et-Cher, le paysan exulte : « après trois mois de sécheresse, il pleut enfin. » Les enfants du citadin sont contents. Papa va pouvoir jouer avec nous plutôt que d’aller au golf. Le fils du paysan est déçu. Il avait donné rendez-vous dans les bois à la petite Sophie. La même réalité, « il pleut » prend des sens complètement différents en fonction des préoccupations et des désirs de chacun.

Les techniques décrites lors du dernier billet vous permettent de passer aisément du « coq à l’âne » , aujourd’hui, je vous propose de voir en même temps « le coq et l’âne. »

Dans les entreprises managées par projets où il convient de faire coopérer des métiers et des cultures différents , la capacité à percevoir plusieurs points de vue est une compétence recherchée.

Par exemple, l’un de vos superviseurs se lamente auprès de vous : « j’ai annoncé à mon équipe les changements à venir concernant nos méthodes et  procédures. Et depuis, j’ai l’impression que tous trainent des pieds pour les appliquer. C’est vraiment un problème, les résistances au changement ! »

Les réponses classiques corroborant la plainte n’ont que peu d’effets sur l’état d’esprit de votre collaborateur. Par exemple : « c’est un mauvais moment à passer » ou « cela se tassera » ou « renforces ton argumentation pour les persuader » ou « sois plus directif » ou « écoutes leurs récriminations pour mieux les contrecarrer »…

Pour permettre à ce superviseur de prendre de la distance, de vivre mieux ce qui lui arrive, et trouver des options, sortez le de sa représentation actuelle. Dites lui par exemple : « ces résistances au changement sont la preuve que ce changement est en cours. » Regardez le bien lors de cette intervention. Si vous repérez des signes d’étonnement signifiant : « je n’avais pas envisagé le problème sous cet angle », vous pouvez faire l’hypothèse qu’il se sent moins démuni qu’au départ.

Vous lui offrez à voir son problème sous une autre perspective. Et vous développez ainsi votre propre agilité.

Cinq autres exemples.

  • Votre assistante vous avoue : « je me trouve trop timide pour accepter cette promotion. » Dites lui : « cela prouve que vous êtes sensibles aux autres » ou « cela tombe bien, ce poste requiert une grande discrétion. »
  • Un client se plaint au téléphone : « Vous êtes trop chers ! » Répondez : « Oui, nous pratiquons des prix supérieurs à nos concurrents. Nous voulons rester votre partenaire votre partenaire à long terme, en vous apportant toujours un service de qualité et en continuant à vous faire bénéficier d’innovations technologiques. »
  • Vous êtes chargé de développer les ventes de chaussures de votre entreprise en Afrique. Lors d’une réunion commerciale, l’un de vos vendeurs vous interpelle en public : « Il n’y a rien à faire là-bas, c’est tellement pauvre qu’ils ne portent pas de chaussures ». Et vous : « justement c’est un marché à fort potentiel ! »
  • Un technicien vous dit : « Je ne suis plus motivé dans mon boulot. » Lui répondre : « Je trouve déjà encourageant que tu te l’avoues et que tu m’en fasses part. C’est la première étape pour se motiver. » 
  • Un chef de projet vous dit : « Je me fatigue à aider mes intervenants pour qu’ils n’aient pas            d’échecs ! » Provoquez le en affirmant : « Bravo ! Ils seront de moins en moins capables d’en assumer un. »

Au risque de paraitre primaire la manifestation la plus simple de pluri-perspectivité consiste à voir la bouteille à moitié pleine lorsque d’autres pensent qu’elle est à moitié vide.

J’ai choisi aujourd’hui des exemples relationnels et j’aborderai lors du prochain billet des situations plus complexes.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

1 commentaire

Julie

Merci pour ce billet et ces exemples.
Il s’agit en effet d’accompagner les autres avec bienveillance et de garder en tête les points positifs. Pas toujours simple à mettre en application au quotidien ceci dit.


Répondre

A propos de l’auteur


Jean-Louis Muller

Expert auprès de Cegos, leader européen du conseil et de la formation au management , Jean-Louis Muller intervient sur les offres internationales « Leadership » , « Change » et « Time » ainsi que du développement de la multimodalité. Il accompagne des équipes dirigeantes lors des transformations de leurs entreprises ou de leurs organisations publiques. Il contribue à la diffusion des démarches sytémiques auprès des managers et chefs de projets.

En parallèle, il est chargé de cours à l’université Paris 9 Dauphine où il conçoit et anime deux modules du Master Management Global.

Auteur de nombreux ouvrages, il dirige également depuis sa création en 1998, la collection « guides pratiques Cegos » chez ESF éditeur.

Il a coordonné le « guide du management et du leadership » paru récemment chez RETZ.

A propos de l'auteur

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Retour vers le haut de page