Etes vous centré sur les autres ?

Jean-Louis Muller, publié le , mis à jour à

images

Les deux billets précédents vous donnent des clés pour observer et interpréter les « non dits » de vos interlocuteurs lors de relations interindividuelles. Examinons maintenant  quels sont les signes non verbaux collectifs. 

J’anime des séminaires de présentation efficace des idées destinés aux managers, fondés sur des entrainements intensifs. Pour commencer, chacun des participants est invité à préparer pendant trente minutes une intervention de dix minutes sur un sujet de son choix. L’objectif que je leur assigne est : « les auditeurs doivent à la fois être intéressés et avoir compris votre intervention. » A la fin de chaque prestation, je demande au présentateur s’il estime avoir été compris et interessant. Puis je demande à chacun des membres du groupe quel est son degré d’intérêt et de compréhension et ensuite, de donner des conseils personnalisés au présentateur. 

Animant ces séminaires depuis plusieurs années, je constate qu’émergent trois attitudes de la part des présentateurs, la troisième étant  la plus efficiente.

1- La centration sur soi 

Les premières interrogations de celle ou celui qui adopte cette attitude sont : « vais-je être à la hauteur ? », « vais-je bien m’exprimer ? », « vais-je maitriser mon trac ? », « vais-je bafouiller ? », « vais-je adopter les bons gestes ? »…

Comme si les craintes devaient se réaliser, leurs prestations sont médiocres. La voix n’est pas assurée, des tics de langage se répètent, des gestes parasites détournent l’attention des auditeurs. L’intérêt chute rapidement et le degré de compréhension est faible.

2- La centration sur le sujet

Ces managers cherchent la perfection sur le contenu de leur sujet. Ils préparent avec sérieux leur présentation à l’aide d’exemples, de données chiffrées, de schémas et courbes. Le plus souvent ils élaborent, pour les projeter sur écran, de belles planches type Power Point ou Keynote. 

Mais sur le temps total de présentation, ils parlent en regardant leurs tableaux ou leurs notes. Le groupe est le plus souvent silencieux. Certains baillent, d’autres arborent des regards interrogatifs. Mais le présentateur ne perçoit pas ces signes tant il est imprégné par son sujet.

3- la centration sur les autres

Tout en choisissant un sujet qu’ils connaissent bien, ces managers se posent deux questions : « comment intéresser l’auditoire ? » et « comment m’assurer qu’ils comprennent ? »

Pendant plus de 80% du temps imparti ces présentateurs regardent le groupe et repèrent les signes comportementaux émanant de l’auditoire. Ils s’y ajustent en permanence, quitte à s’interrompre et faire des interventions de type : « voulez vous un exemple ? », « je peux vous l’expliquer autrement », « je pense qu’il y a des questions dans l’air »… En bref, des marques de reconnaissance envers son groupe.

C’est ceux là qui obtiennent les meilleurs scores d’intérêt et de compréhension de la part des participants.

Il est notable que plus le manager est centré sur les autres, tout en connaissant son sujet, il est jugé par son auditoire comme étant à l’aise, fluide et compétent. Personne ne relève les quelques tics de langage et les gestes parasites alors que les observations sont plus sévères avec les managers centrés sur eux ou sur le sujet.

 

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

2 commentaires

Florian

Excellent article, très intéressant. Se centrer sur les autres est en effet la clé.

L’empathie, la bienveillance et le partage ne sont pas des valeurs du passé, preuve en est.


Répondre

Jean-luc Javelaud

Totalement vrai.
S’interesser aux autres est l’essentiel.


Répondre

A propos de l’auteur


Jean-Louis Muller

Expert auprès de Cegos, leader européen du conseil et de la formation au management , Jean-Louis Muller intervient sur les offres internationales « Leadership » , « Change » et « Time » ainsi que du développement de la multimodalité. Il accompagne des équipes dirigeantes lors des transformations de leurs entreprises ou de leurs organisations publiques. Il contribue à la diffusion des démarches sytémiques auprès des managers et chefs de projets.

En parallèle, il est chargé de cours à l’université Paris 9 Dauphine où il conçoit et anime deux modules du Master Management Global.

Auteur de nombreux ouvrages, il dirige également depuis sa création en 1998, la collection « guides pratiques Cegos » chez ESF éditeur.

Il a coordonné le « guide du management et du leadership » paru récemment chez RETZ.

A propos de l'auteur

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Retour vers le haut de page