Apprendre pour devenir.

Jean-Louis Muller, publié le , mis à jour à

© Getty Images

© Getty Images

Il est de bon ton d’affirmer que nous devrions nous former tout le long de notre vie pour nous adapter, voire devancer et créer les évolutions du monde qui nous entoure. Et pourtant, cela ne va pas de soi.

Combien de fois ai-je été confronté en début de stage de formation à : « nous sommes trop vieux pour retourner à l’école » ou : « que voulez vous que nous apprenions à quinze ans de notre retraite » ou : « notre vie est faite, vous allez vous épuiser à vouloir nous former pour rien. »

Combien de fois ai-je glané au cours de conversations anodines des propos tels que : « on a toujours fait comme ça, pourquoi faire autrement ? » ou : « pourquoi me prendre la tête alors que je maîtrise l’expertise de mon métier ? »

Nos héros ci dessus ne savent pas que l’apprentissage permanent est un excellent vecteur de vitalité.

Il est vrai qu’apprendre peut remettre en cause les apprentissages antérieurs  et bousculer les gestes et les pensées acquis. De surcroît si vous apprenez alors que votre entourage familial ou professionnel stagne, vous induisez un déséquilibre relationnel. C’est pourquoi il convient de vider son stock de certitudes pour agir et penser autrement et intégrer de nouveaux savoir-faire. C’est pourquoi le manager que vous êtes, doit aider ses équipier à vider leurs stocks de certitudes. Nous ne pouvons pas apprendre en restant dans notre zone de confort.

Commençons par nous mêmes sachant que le prochain billet sera consacré à votre fonction pédagogique. 

L’un de vos collaborateurs , manifestement mécontent vous dit, en privé ou en public : « notre projet va droit dans le mur, il faudrait que nous changions de méthode si l’on veut s’en sortir ! » Cette critique est d’autant plus difficile à accepter lorsque vous êtes l’initiateur de cette méthode.

S’offre à vous une superbe opportunité d’apprentissage si en mode lent, en regardant votre interlocuteur, vous lui dites : « merci de faire cette critique, j’ai bien vu moi aussi que le projet patine ; que pourrions nous faire pour corriger cette situation? »

Vous faites alors d’une pierre deux coups. Cet équipier peut vous donner des nouvelles idées, et en l’invitant à les formuler, vous faites preuve de pédagogie à son égard. 

En revanche, si faute de distance nécessaire vous rétorquez : «  nos méthodes sont bonnes, elles sont mal appliquées!» ou : « on ne va pas changer en cours de route!» , vous n’apprenez rien, et lui non plus. 

Alors que la fonction routinière d’un manager consiste à traiter l’ICI et le MAINTENANT, regardez aussi AILLEURS et dans d’ AUTRES TEMPS. Il y a en effet beaucoup à apprendre des autres métiers dans des entreprises et des secteurs différents du votre. Il y a beaucoup à apprendre des artistes et des scientifiques. Il y a beaucoup à apprendre des rites, mythes, contes et légendes d’antan qui restent universels aujourdhui.

Fixez vous par exemple l’objectif d’apprendre au moins une chose nouvelle par jour. 

Il y a bien longtemps déjà, Socrate nous enseignait : « Je ne sais qu’une chose, c’est que je ne sais rien. »

 

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

2 commentaires

nathalie poma

Quand la philosophie rejoint la pédagogie !
Apprendre en faisant, c’est mieux et la pédagogie par les jeux, des mises en situation, rien de mieux pour ancrer les nouveaux comportements.
Pour ma part, j’ai choisi l’approche pédagogique théâtrale et quel outil puissant ! L’essayer , c’est l’adopter.


Répondre

    Avatar de Jean-Louis Muller

    Jean-Louis Muller

    @nathalie poma : oui, le théâtre et l’improvisation théâtrale sont très efficaces pour les team building et les formations à l’efficience Professionnelle.


    Répondre

A propos de l’auteur


Jean-Louis Muller

Expert auprès de Cegos, leader européen du conseil et de la formation au management , Jean-Louis Muller intervient sur les offres internationales « Leadership » , « Change » et « Time » ainsi que du développement de la multimodalité. Il accompagne des équipes dirigeantes lors des transformations de leurs entreprises ou de leurs organisations publiques. Il contribue à la diffusion des démarches sytémiques auprès des managers et chefs de projets.

En parallèle, il est chargé de cours à l’université Paris 9 Dauphine où il conçoit et anime deux modules du Master Management Global.

Auteur de nombreux ouvrages, il dirige également depuis sa création en 1998, la collection « guides pratiques Cegos » chez ESF éditeur.

Il a coordonné le « guide du management et du leadership » paru récemment chez RETZ.

A propos de l'auteur

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Retour vers le haut de page