Respectez vous les modèles du monde de vos interlocuteurs ?

Jean-Louis Muller, publié le , mis à jour à

C3D35CA2-72D5-48CC-927E-824B776ECCD3

Vous avez probablement repéré que chacun de vos équipiers a adopté un modèle du monde qui lui est propre. C’est une sorte de mode d’emploi de la vie telle qu’ils se la représentent. Ce modèle du monde s’est structuré au fil des expériences, des évènements dont les leçons tirées déterminent une grande partie des choix et convictions.

Les sept modèles du monde les plus répandus dans la vie professionnelle.

Le combat

Pour ceux qui sont stimulés par le combat, la vie est une lutte, un rapport de force. Ils sont particulièrement motivés quand l’entreprise prône la défense de ses frontières face aux concurrents agresseurs. Le danger et les risques pigmentent leur existence professionnelle. La bataille contre les produits asiatiques décuple leur ardeur. avec des collaborateurs mus par cette conviction, il est judicieux d’argumenter en termes de : « mobilisation de tous face aux concurrents », « bataille pour la qualité », « nous sommes dans la guerre du temps ».

La compétition

Les personnes stimulées par ce ressort pensent qu’il est important de créer un esprit d’équipe, capable de les hisser à la première place sur le podium. Les concurrents sont des compétiteurs. Il convient de s’entraîner physiquement et mentalement pour vaincre. Les expressions : « gravir les marches du podium », « arriver en tête de la course », « remporter le challenge » conviennent bien à ces personnes mues par ce ressort psychologique. Nous pouvons être encore plus spécifiques, en disant : « Nous allons gravir les sommets » à une personne qui pratique la randonnée alpine, ou « il convient de maintenir le cap » pour un collaborateur qui pratique la voile.

Le sacré

Le collaborateur concerné par le sacré estime que sa tâche est une mission. Il aime répéter à qui veut l’entendre que le travail est dans l’ordre naturel des choses. Il se sent investi de devoirs envers l’organisation : devoir de bien faire et de satisfaire les clients. Les personnes sensibles au sacré sont motivées par les intérêts supérieurs de l’entreprise. Elles se réfèrent à une éthique et à une déontologie professionnelle. Les formulations telles que « avoir la foi dans nos produits », « notre religion c’est la qualité et le service client », « notre mission est de contribuer au progrès de la société » apportent une dimension sacrée à leur vie professionnelle.

Le jeu

Pour ces collaborateurs, l’entreprise est un terrain de jeu. Ils s’en remettent, des fois, au hasard en faisant des paris. Le jeu peut prendre des dimensions perverses et manipulatoires : prêcher le faux pour savoir le vrai, pratiquer le jeu de la vérité ou des insinuations, des rumeurs… Les arguments du type : « vous avez tous le même jeu de cartes au départ, à vous de tirer les meilleures », « nous avons plus d’un atout dans notre jeu », « nous avons perdu un pion mais la partie n’est pas finie », « il y a des gagnants et des perdants » les stimulent.

La terre

Pour ces collaborateurs, chaque acte de la vie quotidienne s’inscrit dans la continuité. Ces personnes n’aiment pas se presser, « chaque chose en son temps » semblent-elles nous répéter. Elles sont très attachées à leur entreprise, à l’image du paysan et de sa terre. Les expressions « gardons les pieds sur terre », « faisons fructifier nos idées », « nous semons aujourd’hui ce que nous récolterons demain », alimentent leurs motivations profondes.

La découverte

Les nouvelles technologies, l’informatique, une mission délicate sont autant de stimulants pour les personnes mues par le besoin de découvrir. Elles s’investissent plus pour le produit ou le service que pour leur entreprise. Les expressions : « Nous allons explorer une nouvelle méthode », « à nous de découvrir comment accélérer notre réactivité », anticipent leur quête.

L’œuvre commune

Pour ces collaborateurs, l’entreprise est une famille, résultat d’une œuvre commune. Pour eux, comptent avant tout les bonnes relations humaines. Ils se sentent solidaires des autres et prêts à les aider en cas de besoin. Ils sont fiers de leur production comme s’il s’agissait d’une œuvre d’art. L’amour du travail bien fait est pour eux une valeur fondamentale. Les expressions « allons tous dans le même sens », « œuvrons ensemble pour rendre le meilleur service à nos clients » les poussent à poursuivre l’action.

Pour un manager, respecter le modèle du monde de ses interlocuteurs n’est pas l’adopter. Tout l’art consiste à repérer ce qui les meut et de présenter les projets, expliquer, convaincre en résonance avec leurs modèles du monde. Vous le savez sûrement par expérience, le manager ne peut pas donner de la motivation aux autres, il stimule en eux ce qui les motive.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

1 commentaire

Florence

Entièrement d’accord avec cet article. Chaque collaborateur a un « moteur » qui le pousse. Quand on a trouvé de quel moteur ou mode de fonctionnement il s’agit, la collaboration est simplifiée. Merci


Répondre

A propos de l’auteur


Jean-Louis Muller

Expert auprès de Cegos, leader européen du conseil et de la formation au management , Jean-Louis Muller intervient sur les offres internationales « Leadership » , « Change » et « Time » ainsi que du développement de la multimodalité. Il accompagne des équipes dirigeantes lors des transformations de leurs entreprises ou de leurs organisations publiques. Il contribue à la diffusion des démarches sytémiques auprès des managers et chefs de projets.

En parallèle, il est chargé de cours à l’université Paris 9 Dauphine où il conçoit et anime deux modules du Master Management Global.

Auteur de nombreux ouvrages, il dirige également depuis sa création en 1998, la collection « guides pratiques Cegos » chez ESF éditeur.

Il a coordonné le « guide du management et du leadership » paru récemment chez RETZ.

A propos de l'auteur

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Retour vers le haut de page