Suscitez-vous chez les autres l’envie de communiquer avec vous ?

Jean-Louis Muller, publié le , mis à jour à

dehors-copy

Commencez votre prochaine réunion en disant : « je ne sais pas si vous êtes aptes à comprendre ce que je vais vous annoncer, mais je dois le faire quand même. Et si vous avez des questions intelligentes à poser, n’hésitez pas. » 

Je vous laisse imaginer le résultat de cette introduction sur la suite de la réunion, et de vos relations ultérieures avec vos équipiers. 

Idem, si un intervenant vient vous voir face à une difficulté rencontrée sur un projet à qui vous rétorquez :  « pourtant je t’avais bien expliqué comment t’y prendre! » Et si de surcroît vous ajoutez : « j’ai commis une erreur en te confiant ce projet » , il est peu probable de le faire coopérer et progresser. 

Ces deux exemples, certes caricaturaux, signalent une carence d’intelligence relationnelle. Loin d’être de la méchanceté, ces maladresses sont souvent dues aux situations d’urgence et aux stress subis par les managers. 

Reprenons maintenant ces deux exemples dans un perspective coopérative.

Commencez ainsi la réunion : « je vais vous annoncer aujourd’hui des nouvelles procédures , qui en premier abord peuvent être perçues comme complexes. C’est justement le sens de cette réunion où je vous invite à poser toutes les questions qui vous passent par la tête. »

Et pour le deuxième cas : « décris moi quelle est la difficulté rencontrée, et dis moi ensuite quelles sont les solutions que tu préconises. »

Prenons une situation où vous seriez en désaccord avec une nouvelle organisation préconisée par votre dirigeant. Si vous lui assénez : «  cette nouvelle organisation est une erreur. On voit bien que vous ne tenez pas compte des réalités vécus sur le terrain ! » Je vous laisse deviner sa réaction.

En revanche, si vous commencez par : «  je vais vous dire des choses qui vont peut être vous déplaire , mais comme je suis mû par les intérêts du service, j’ose vous signaler que votre projet risque d’être perçu comme trop théorique par nos équipiers » , vous invitez votre dirigeant à dialoguer avec vous. 

Cette approche diplomatique , tant avec vos équipiers, collègues et supérieurs hiérarchiques met en œuvre trois talents. 

  • Tout en ayant des convictions, vous laissez un part au doute.
  • Vous êtes capable de vous installer en mode lent, même dans les situations d’urgences, tendues et conflictuelles.
  • Vous êtes à l’aise avec les silences invitant ainsi les autres à s’exprimer.

 

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

1 commentaire

Consultation voyance gratuite

Votre site est merveilleux ! Je vous souhaite une très bonne continuation.


Répondre

A propos de l’auteur


Jean-Louis Muller

Expert auprès de Cegos, leader européen du conseil et de la formation au management , Jean-Louis Muller intervient sur les offres internationales « Leadership » , « Change » et « Time » ainsi que du développement de la multimodalité. Il accompagne des équipes dirigeantes lors des transformations de leurs entreprises ou de leurs organisations publiques. Il contribue à la diffusion des démarches sytémiques auprès des managers et chefs de projets.

En parallèle, il est chargé de cours à l’université Paris 9 Dauphine où il conçoit et anime deux modules du Master Management Global.

Auteur de nombreux ouvrages, il dirige également depuis sa création en 1998, la collection « guides pratiques Cegos » chez ESF éditeur.

Il a coordonné le « guide du management et du leadership » paru récemment chez RETZ.

A propos de l'auteur

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Retour vers le haut de page