La méthode des « cinq vingt. »

Jean-Louis Muller, publié le , mis à jour à

reunion-copy

Au début d’une réunion, conférence, entretien et encore plus lors d’échanges par écrans vidéos interposés, vous avez intérêt à susciter l’envie de communiquer. La qualité ou la médiocrité des relations va s’instaurer très rapidement. Il existe à cette fin une méthode éprouvée datant des années 1980 que je partage avec vous ici : les « cinq vingt. »

Vingt premières secondes

Le ton est installé en vingt secondes. Non pas à partir de l’instant où vous parlez, mais dès votre apparition dans le lieu ou devant l’écran. Par exemple, si vous avez une mine triste avant de vous exprimer et que vous arborez un sourire artificiel au début de votre intervention, vos interlocuteurs retiendront votre tristesse.

Vous disposez donc de vingt secondes pour installer l’enthousiasme, la réflexion, l’inquiétude, le sérieux et autres atmosphères en accord avec votre objectif.

Vingt premiers mots

Suite à des incidents qualités répétés, ayant entrainé un retard sur un projet important, vous décidez d’organiser une réunion afin de trouver avec vos collaborateurs des solutions pour rattraper ce retard.

Cet exemple d’introduction va dans le sens de votre objectif : « Bonjour. Je vous réunis pour que nous trouvions ensemble des solutions pour combler le retard. Commençons par établir la liste de nos options que nous trierons ensuite. »

En deux phrases vous installez une ambiance de recherche collective de solutions. De surcroit si vous appuyez sur l’expression : « ensemble des solutions » en marquant un temps d’arrêt entre « trouvions » et « ensemble. »

Si vous vous exprimez en des termes flous, hésitants et approximatifs, vous gâchez votre effet . Exemple : « Ce serait bien, si vous aviez des idées intelligentes pour nous sortir de ce retard. Qui commence ? »

Vingt premiers gestes

Avant de commencer choisissez au moins deux gestes par univers que vous souhaitez créer lors de la rencontre. Par exemple :

  • Bras ouverts puis se refermant pour signifier ensemble et coopération.
  • Doigt pointé en avant pour attirer sur des points critiques.
  • Compter sur les doigts pour définir des étapes ou des phases.
  • Bras vers le haut pour faire partager des convictions.
  • Tête en arrière pour évoquer le passé et vers l’avant pour le futur.
  • Et tout autre geste qui vous semble approprié pour étayer vos propos.

Vingt premiers pas

Dès le moment ou vous pénétrez dans une salle ou un bureau , marchez avec un pas assuré. La relation commence avant les premiers mots employés.

Une technique pour assurer ces premiers pas consiste à s’approprier mentalement tout l’espace disponible. Cette « autorisation » vous aidera par la suite à créer une dynamique de vos gestes.

Celles et ceux qui ne s’approprient pas leur espace donnent une image figée et coincée d’eux mêmes.

Vingt centimètres carrés de votre visage

Vos interlocuteurs observent vos mimiques, micro-comportements, vos yeux, vos sourires, votre bouche , et autres signes révélant votre état mental et affectif.

Ces signes doivent être en cohérence avec vos messages.

Vous sabotez votre propos lorsque vous souriez en annonçant une mauvaise nouvelle ou une mise en garde et en faisant triste mine en voulant susciter de l’espoir.

Même lorsque vos interlocuteurs ne vous voient pas, par exemple au téléphone ou audio conférence, appliquez cette méthode car le ton et le rythme de votre voix sont dépendants de votre état interne.

Les vingt premières secondes d’une relation en donnent le ton. Il convient de la clore en beauté en soignant aussi les vingt dernières secondes. Ce serait dommage en effet de conclure par un banal : « voilà, c’est fini. »

Concluez par une métaphore, une invitation à agir, une note d’optimisme, et tout autre intervention en lien à ce que vous voulez que les autres fassent après la rencontre.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos de l’auteur


Jean-Louis Muller

Expert auprès de Cegos, leader européen du conseil et de la formation au management , Jean-Louis Muller intervient sur les offres internationales « Leadership » , « Change » et « Time » ainsi que du développement de la multimodalité. Il accompagne des équipes dirigeantes lors des transformations de leurs entreprises ou de leurs organisations publiques. Il contribue à la diffusion des démarches sytémiques auprès des managers et chefs de projets.

En parallèle, il est chargé de cours à l’université Paris 9 Dauphine où il conçoit et anime deux modules du Master Management Global.

Auteur de nombreux ouvrages, il dirige également depuis sa création en 1998, la collection « guides pratiques Cegos » chez ESF éditeur.

Il a coordonné le « guide du management et du leadership » paru récemment chez RETZ.

A propos de l'auteur

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Retour vers le haut de page