Résumons nous : les quatre points essentiels à retenir pour s’affranchir des jeux de pouvoir.

Jean-Louis Muller, publié le , mis à jour à

Ce septième billet clôt la série sur les jeux de pouvoir. Pour celles et ceux qui sont sensibles aux synthèses récapitulatives, voici quatre points clés à retenir.

1- Percevez les signes annonciateurs d’un jeu de pouvoir.

Vous pouvez faire confiance à vos sensations et votre corps. Avant que votre pensée ne prenne conscience de l’amorce d’un jeu de pouvoir vous ressentez un signe psychosomatique vous alertant. Ce signe vous est familier. Il se manifeste sous plusieurs formes : frissons dans les tempes, enrouement, gorge sèche, petite douleur au ventre, coup de chaleur, mains ou jambes tremblantes, rougeurs sur le cou, etc. C’est à ces moments là que vous êtes en mesure de suspecter le jeu de pouvoir. Accueillez ces sensations comme des indicateurs et non des faiblesses.

2- Ralentissez vous pour prendre de la distance.

Celle ou celui qui amorce un jeu de pouvoir avec vous cherche à vous mettre en état de panique comme s’il s’agissait d’une urgence à traiter toutes affaires cessantes. Au lieu de répondre immédiatement, prenez votre temps. Ralentissez votre respiration, profitez du silence pour définir votre stratégie et échafauder des réponses. Cette lenteur confère un sentiment de puissance là où vous seriez fébrile en vous précipitant.

3- Décidez de maintenir, ou pas, des relations de coopération.

La plupart des personnes qui amorcent des jeux de pouvoir est toxique. Si vous rompez, au moins mentalement avec le joueur, il ne vous déstabilise plus. Le joueur, en effet, se délecte du maintient et de la répétition des séquences dramatiques avec vous.
Vous pouvez aussi décider de maintenir les relations avec une visée pédagogique et coopérative. Dans cette optique, considérez que l’autre est maladroit sans être obligatoirement méchant ou pervers.

4- Choisissez une intervention avec laquelle vous êtes à l’aise dans la liste des options suivantes.

Il existe plusieurs options pour traiter l’amorce d’un jeu de pouvoir. Commencez avec lesquelles vous vous sentez le plus à l’aise, puis après avoir engrangé plusieurs réussites, testez les autres.
– Ignorer le jeu : « merci de me dire cela. »
– Dévoiler le jeu : «  quel est votre objectif? » «  quelle est votre intention ? »
– Refuser le jeu : «  je ne veux pas vivre ce type de relations. »
– Confronter le jeu : «  stop ! Trouvez quelqu’un d’autre. »
– Exagérer : «  si je comprends bien vous voulez me rendre malade. » «  auriez vous l’intention de me déstabiliser ? »
– Positiver l’intention : «  lorsque vous me dites ceci, quelle est votre intention positive? »
– Jouer la comédie : faire comme si vous étiez touché, sans pour autant vous impliquer émotionnellement.
– Et d’autres options à inventer à votre guise….
Un jeu se joue par définition à plusieurs. L’amorce est de la responsabilité de l’autre. La votre est de ne pas l’avaler.

Je reste bien sûr à votre disposition dans les commentaires pour vous apporter des précisions.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos de l’auteur


Jean-Louis Muller

Expert auprès de Cegos, leader européen du conseil et de la formation au management , Jean-Louis Muller intervient sur les offres internationales « Leadership » , « Change » et « Time » ainsi que du développement de la multimodalité. Il accompagne des équipes dirigeantes lors des transformations de leurs entreprises ou de leurs organisations publiques. Il contribue à la diffusion des démarches sytémiques auprès des managers et chefs de projets.

En parallèle, il est chargé de cours à l’université Paris 9 Dauphine où il conçoit et anime deux modules du Master Management Global.

Auteur de nombreux ouvrages, il dirige également depuis sa création en 1998, la collection « guides pratiques Cegos » chez ESF éditeur.

Il a coordonné le « guide du management et du leadership » paru récemment chez RETZ.

A propos de l'auteur

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Retour vers le haut de page