Savez-vous traiter vos fantasmes paranoïaques ?

Jean-Louis Muller, publié le , mis à jour à

Les fantasmes paranoïaques sont des impressions instinctuelles, non prouvées par de faits précis, mais qui alertent sur des tentatives de déstabilisation, et en particulier des intentions probablement malveillantes. Ces fantasmes s’accompagnent d’impressions telles que : « il m’en veut », « il ne m’apprécie plus », « je sens que je vais me faire licencier », et toute autre peur de cet acabit.

Une expression consacrée : « il n’y a pas de fumée sans feu » est une représentation populaire du fantasme paranoïaque. Ce type de signe avant-coureur n’a de sens que s’il est à la fois existant et rare. Si vous ne l’éprouvez jamais, c’est au mieux la preuve que personne ne cherche à vous manipuler, au pire un aveuglement sur les tentatives de manipulation. Si vous êtes en revanche en proie  permanente à ces fantasmes, vous n’êtes pas en mesure de trier le grain de l’ivraie. Ce ne sont plus alors des fantasmes paranoïaques utiles mais des peurs exacerbées.

Par exemple, l’un de vos interlocuteurs vous dit :

– « Vous qui êtes intelligent, vous avez surement que… »

– ou :  » Je ne vous force pas la main, mais il serait préférable, pour votre bien de… »

– ou :  » Vous êtes bien sûr libre de vos choix… »

– ou : « Mais si mais si, je vous apprécie… »

Vos fantasmes paranoïaques  pourraient être

– « J’ai l’impression qu’il me flatte et me prend en fin de compte pour un idiot »

– « Oh! il cherche à m’influencer »

–  » Il me fait croire que je peux user de mon libre arbitre, mais cherche à me coincer »

–  » En fin de compte, il ne m’aime pas »

Certes, personne ne peut être certain de la véracité du fantasme, mais puisqu’il émerge, faisons avec, comme les surfeurs sur les vagues.

Comment ?

Posture physique : debout – écarter légèrement les pieds pour  s’octroyer un bon polygone de sustentation. Assis – bien poser les fesses et son dos pour être en position de confort

Respiration et débit de la voix : plus lents que lors d’une conversation classique

Regard : être en contact avec le regard de l’autre

Atmosphère : adopter un ton et des expressions, comme si vous formuliez des hypothèses sans être sûr à 100% de ce que vous exprimez

Langage : des mots  exprimant des émotions et non des jugements

Sortie de secours : être prêt à dire « je me trompe peut être » si l’autre nie en bloc. Néanmoins votre interlocuteur percevra, sans vous l’avouer, que vous n’êtes pas dupe. Lui laisser aussi la possibilité de se servir de sa sortie de secours.

Ces préliminaires étant posées, voici des exemples de formulation des fantasmes paranoïaques sur les exemples précités.

– « J’ai l’impression que vous me flattez et que votre opinion sur moi est différente »

– « Pour mon bien, ou votre bien? »

– « Oh, vous savez, la liberté absolue de ses choix est un leurre »

– « J’ai l’impression que vous voulez éviter de me dire directement des choses qui fâchent »

Prenez ces exemples d’expression des fantasmes paranoïaques comme des repères et ajoutez-y vos propres grains de sel pour coller au mieux à votre authenticité.

L’expression du doute ou du fantasme paranoïaque offre un triple bénéfice. Le premier est de signifier à l’autre que vous n’êtes pas dupe de son jeu, et de ce fait pas une proie pour lui. Le second est d’atténuer vos craintes et vos peurs en les exprimant et surtout de ne pas les ressasser. Le troisième est d’instaurer, si l’autre l’accepte, un dialogue de vérité acceptable pour les parties prenantes.

Je m’engage à répondre à vos questions dans les commentaires de cet article.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos de l’auteur


Jean-Louis Muller

Expert auprès de Cegos, leader européen du conseil et de la formation au management , Jean-Louis Muller intervient sur les offres internationales « Leadership » , « Change » et « Time » ainsi que du développement de la multimodalité. Il accompagne des équipes dirigeantes lors des transformations de leurs entreprises ou de leurs organisations publiques. Il contribue à la diffusion des démarches sytémiques auprès des managers et chefs de projets.

En parallèle, il est chargé de cours à l’université Paris 9 Dauphine où il conçoit et anime deux modules du Master Management Global.

Auteur de nombreux ouvrages, il dirige également depuis sa création en 1998, la collection « guides pratiques Cegos » chez ESF éditeur.

Il a coordonné le « guide du management et du leadership » paru récemment chez RETZ.

A propos de l'auteur

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Retour vers le haut de page