Refusez de répondre aux questions interronégatives.

Jean-Louis Muller, publié le , mis à jour à

Commençons par une expérience de visualisation. Faites là si possible à plusieurs pour que vous puissiez faire des statistiques.
1-Voyez un arbre debout.
2-Voyez un arbre couché.
3-Voyez un arbre qui tombe.
4-Voyez maintenant un arbre qui ne tombe pas.

Question : quelle est l’image que vous avez eu plus de mal à visualiser ?…………………………..

J’ai répété avec 100 groupes de 10 personnes cette expérience et il appert que la grande majorité répond 4
Explication. Les récentes recherches sur le fonctionnement du cerveau et les apports des neurosciences s’accordent sur le fait que la négation est une construction intellectuelle secondaire. En d’autres termes, le cerveau sait ce « qui est », mais pas ce « qui n’est pas »
Par exemple si vous pensez : « je ne veux plus me mettre en colère » le cerveau enregistre colère. Idem si vous pensez : « je ne veux pas revivre de problème », il enregistre problème. C’est pourquoi il vaut mieux penser : je veux rester calme ou je veux trouver une solution. D’une manière plus globale il est préférable de penser en termes de « aller vers » plutôt qu’en « éviter de.»
Certains de vos interlocuteurs jouent avec ce phénomène pour vous influencer en posant des questions interronégatives : « ne pensez vos pas ? » ou « ne penses-tu pas ?». Ils expriment de fait, en la masquent, leur opinion pour vous piéger. Ils posent une question alors qu’ils assènent une opinion ou une demande cachée. L’usage des questions interronégatives permet d’influencer les réponses en vous faisant croire que votre réponse est bien la votre.
Quelquefois, la pratique des questions interronégatives traduit la propre hésitation ou la timidité de celui qui les pose.

Voici cinq exemples de ce stratagème assortis entre parenthèse des messages cachés et d’une parade.

«Ne pensez-vous pas, mon cher ami, que vous devriez sursoir à plus tard cette décision ? » (Vous devez retarder cette décision). Parade : «Manifestement, vous préférez que je retarde cette décision. »
– «N’estimes tu pas que tu viens de dire une bêtise ? » (Tu viens de dire une bêtise) . Parade : « Quelle bêtise ai-je dit à tes yeux? »
– « Ne voudrais-tu pas m’aider immédiatement ? » (Aides moi tout de suite). Parade : «Dis moi carrément que tu à besoin d’aide.»
– « Cela ne te plairais pas que l’on annule la réunion de ce soir ?» ( Annulons la réunion). Parade: «Si j’ai bien compris, tu veux que j’annule la réunion de ce soir.»
«Vous ne m’en voudrez pas si je tais mon opinion, n’est-ce pas ?» ( Je ne veux pas dévoiler mon opinion). Parade : «Je ne vous le dirais pas.»

Au delà de ces exemples, si vous êtes confrontés à des interlocuteurs s’adonnant aux questions interronégatives, vous disposez de trois principales stratégies d’évitement
– Poser une question : « et vous, quelle est votre opinion ? »
– Dire : « j’ai l’impression que vous pensez ceci »
– Transformer la question interronégative en question directe : en fin de compte, ta question est « veux-tu.. ? » 

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

5 commentaires

politique ressources humaines

Bonjour, je trouve votre blog très intéressant .Merci pour les informations.


Répondre

Pierre

Une fois de plus vous nous régalez avec un article utile. Votre expérience est un atout et la partager représente une opportunité pour nous tous. J’aime votre idée de retourner la question interronégative. Faut-il le faire avant d’y répondre ?


Répondre

Avatar de Jean-Louis Muller

Jean-Louis Muller

La méthode consiste à effectuer une intervention sur le processus sans répondre directement à ce type de question. Prenons un exemple.
Quelqu’un vous pose la question :  » ne pensez vous pas qu’il conviendrait d’être plus intelligent pour traiter ce probléme ? »
Voici quelques exemples -au choix- d’interventions sur le processus :
– si j’ai bien compris, vous ne me trouvez pas assez intelligent
– quel est votre message ?
– vous faites allusion à qui ?
– cherchez vous a me manipuler ?
– merci d’exprimer votre opinion…..


Répondre

Avatar de Stephane

Stephane

Les sondages pullulent de questions interronégatives.


Répondre

    Avatar de Jean-Louis Muller

    Jean-Louis Muller

    Oui, c’est pour influencée les sondés. Voir mon livre  » déjouer les pièges de la manipulation pour les nuls  »
    Cordialement


    Répondre

A propos de l’auteur


Jean-Louis Muller

Expert auprès de Cegos, leader européen du conseil et de la formation au management , Jean-Louis Muller intervient sur les offres internationales « Leadership » , « Change » et « Time » ainsi que du développement de la multimodalité. Il accompagne des équipes dirigeantes lors des transformations de leurs entreprises ou de leurs organisations publiques. Il contribue à la diffusion des démarches sytémiques auprès des managers et chefs de projets.

En parallèle, il est chargé de cours à l’université Paris 9 Dauphine où il conçoit et anime deux modules du Master Management Global.

Auteur de nombreux ouvrages, il dirige également depuis sa création en 1998, la collection « guides pratiques Cegos » chez ESF éditeur.

Il a coordonné le « guide du management et du leadership » paru récemment chez RETZ.

A propos de l'auteur

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Retour vers le haut de page