Aller ! Hop ! Abordons le cinquième paradoxe avec sérénité et efficience !

Jean-Louis Muller, publié le

Le billet précédent vous décrivait quel est le cinquième paradoxe vécu par les managers aujourd’hui. Donnons nous des clés pour l’absorber et le traiter sans stress.

Ce paradoxe, comme les précédents est consubstantiel au management, acceptez le comme tel. Plus vous êtes à l’aise avec les paradoxes plus vous êtes visibles et éligibles à des fonctions importantes d’encadrement. Évitez les deux attitudes basiques : inhibition de l’action et critiques intempestives des contradictions qui pèsent sur vous. Il est vrai que le paradoxe peut rendre fou. Des supérieurs toxiques jouent avec vous : si vous prenez une initiative agile, on vous reproche de ne pas suivre les procédures. Si vous suivez les procédures , on vous reproche de manquer de flexibilité. Montrez que vous n’êtes pas dupes. Signifiez qu’il en a toujours été ainsi en vous référant aux quatre autres paradoxes cités dans l’article précédent.
Montrez vous heureux de vivre des paradoxes, dans une atmosphère morose, cela vous distingue par rapport aux frileux et obéissants. Dites à qui veut l’entendre que ce sont les paradoxes qui rendent « fun » le management. Trouvez un langage imagé pour exagérer les contradictions : « nourrir la bête plutôt que servir les clients », « vendre derrière mon ordinateur plutôt que de rendre visite aux clients », « avoir de très bons indicateurs tout en produisant une qualité médiocre »…Vendez autour de vous l’idée que le système doit être avant tout au service des talents.
Refusez les dilemmes exprimés en « ou » en proposant une démarche en « et ». Par exemple : « la question, n’est pas de choisir entre rigueur ou agilité, mais d’arriver à être agiles tout en assurant un niveau acceptable de sécurité ».
Profitez en pour demander des séminaires de formation tels que « appliquer les démarches systémiques » et « manager dans la complexité ». Portez vous volontaire pour des projets expérimentaux non encore codifiés et choisissez des projets d’innovation plutôt que de logistique et de gestion. Travaillez en direct avec les clients et partenaires. Sachez aussi que le cinquième paradoxe n’est pas le dernier et que d’autres surgiront.
Et bien sur, obtenez avec vos équipes de bons résultats que vous mettrez en balance si votre manager vous reproche de ne pas être conforme et obéissant.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos de l’auteur


Jean-Louis Muller

Expert auprès de Cegos, leader européen du conseil et de la formation au management , Jean-Louis Muller intervient sur les offres internationales « Leadership » , « Change » et « Time » ainsi que du développement de la multimodalité. Il accompagne des équipes dirigeantes lors des transformations de leurs entreprises ou de leurs organisations publiques. Il contribue à la diffusion des démarches sytémiques auprès des managers et chefs de projets.

En parallèle, il est chargé de cours à l’université Paris 9 Dauphine où il conçoit et anime deux modules du Master Management Global.

Auteur de nombreux ouvrages, il dirige également depuis sa création en 1998, la collection « guides pratiques Cegos » chez ESF éditeur.

Il a coordonné le « guide du management et du leadership » paru récemment chez RETZ.

A propos de l'auteur

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Retour vers le haut de page