Asseoir votre autorité sans autoritarisme

Jean-Louis Muller, publié le

Piloter des projets innovants, accompagner les évolutions des organisations et des équipes exposent les managers à gérer des situations parfois tendues. Comment être écouté, quelle attitude adopter pour faire reconnaitre son autorité? Cinq conseils pour vous aider à exercer votre autorité avec efficacité et diplomatie.

Faites-vous reconnaitre

Penser que parce que vous êtes manager, vous allez faire autorité est une illusion ! Lao Tseu* disait : « Gouverner le peuple, ce n’est pas forcer le peuple ». Il en va de même en entreprise : faire autorité, c’est être reconnu dans son autorité de manager. Il s’agit donc pour vous de donner des repères, de fixer des règles claires et des objectifs précis qui vont donner du sens au travail de votre équipe et aux performances que vous attendez de chacun de vos collaborateurs. En étant à l’écoute de leurs idées, en les impliquant  dans vos projets, en partageant votre vision, vous les rendrez acteurs de leur réussite et de la vôtre. Vous gagnerez ainsi leur confiance tout en asseyant votre autorité.

Prenez de la distance 

Votre rôle en tant que manager est de voir plus loin, en temps et en espace, que vos collaborateurs. C’est votre capacité à prendre de la distance par rapport aux évènements qui va vous conférer de l’autorité. Par exemple, si quelqu’un vous agresse, ne répondez pas sur le vif. Et pour garder le contrôle, adoptez la lenteur : respiration, voix, gestes doivent être mesurés. Faites asseoir votre collaborateur et dites-lui que vous souhaitez faire le point, trouver une solution. Ne le jugez pas, parlez-lui à la première personne du singulier afin de laisser la discussion ouverte, écoutez-le et reconnaissez éventuellement vos propres erreurs. Cette attitude désamorcera le conflit et donnera de vous une image positive.

Evitez le piège de la soumission stratégique

Fuyez l’excès d’autorité ! Face à un manager qui semble autoritaire ou dont les méthodes sont vécues comme oppressantes ou infantilisantes, certains collaborateurs peuvent adopter une conduite de soumission stratégique. S’ils sont en apparence obéissants et respectueux des règles, en réalité ils ne s’impliquent pas. Pour désamorcer un tel comportement, parlez en privé avec le collaborateur concerné, en toute franchise. « Je pense que tu as des talents, des qualités, et j’ai l’impression que depuis quelques mois, tu ne les mets pas en avant. Peut être est-ce lié à moi-même, mais je souhaite qu’on en parle tous les deux. Je veux que nous soyons performants et que tu continues à développer tes compétences ». Ne tournez pas autour du pot ! Soyez direct et sincère.

Traitez les problèmes immédiatement

Certains comportements vous gênent, vous avez détecté un problème ? Ne restez pas passif, n’attendez pas pour agir sinon vous risquez d’accumuler les frustrations et de vous exposer au stress. Assumer votre rôle et vos responsabilités de manager, c’est prendre des décisions parfois difficiles, c’est oser dire clairement les choses, même quand elles ne sont pas agréables à entendre. Exprimer son désaccord sans entrer dans les jeux de pouvoir, sans être offensif ni culpabilisant, en ayant comme objectif d’entrer dans une dynamique de progrès est une méthode simple. Elle peut être appliquée avec vos collaborateurs comme avec vos clients.

Pratiquez les feedback

Préoccupez-vous de vos collaborateurs ! Idéalement, vous devriez leur consacrer 51% de votre temps ! Vos paroles, votre attitude, vos silences, tout est important pour eux. Chacun a besoin de retours sur son travail, sur l’atteinte de ses objectifs. Grâce à ces échanges réguliers, vos collaborateurs vont  pouvoir améliorer leurs performances, comprendre leurs erreurs et savoir qu’ils peuvent compter sur votre soutien, sur votre reconnaissance. Dans votre rôle de manager, les feedback sont un outil incontournable qui contribue au développement des compétences de votre équipe et conforte naturellement votre autorité.

*Sage chinois, contemporain de Confucius et de Bouddha (milieu VIème – milieu Vème siècle av JC), considéré comme le père fondateur du taoïsme.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

1 commentaire

Georges HAINAUX

Bien sûr je suis complétement en accord avec les propositions ci-dessus.
Le travail avec la personne se situe à un niveau plus profond: le sentiment de sécurité interne.
Tant que cet état psychologique n’est pas installé, tous les conseils aussi pertinent soient-ils ne pourront que très difficilement être mis en œuvre.
Et en occurrence les conseils donnés sont pertinents!


Répondre

A propos de l’auteur


Jean-Louis Muller

Expert auprès de Cegos, leader européen du conseil et de la formation au management , Jean-Louis Muller intervient sur les offres internationales « Leadership » , « Change » et « Time » ainsi que du développement de la multimodalité. Il accompagne des équipes dirigeantes lors des transformations de leurs entreprises ou de leurs organisations publiques. Il contribue à la diffusion des démarches sytémiques auprès des managers et chefs de projets.

En parallèle, il est chargé de cours à l’université Paris 9 Dauphine où il conçoit et anime deux modules du Master Management Global.

Auteur de nombreux ouvrages, il dirige également depuis sa création en 1998, la collection « guides pratiques Cegos » chez ESF éditeur.

Il a coordonné le « guide du management et du leadership » paru récemment chez RETZ.

A propos de l'auteur

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Retour vers le haut de page