Si dans les organisations, tout fonctionnait comme prévu, il n’y aurait pas besoin de managers.

Jean-Louis Muller, publié le

Que ce soit dans le public ou le privé, la fonction principale des managers est de faire obtenir les meilleurs résultats aux personnes et aux équipes; mais pas à n’importe quel prix. Les dirigeants exigent  que les couts économiques soient optimisés, que les risques psychosociaux soient atténués, que les collaborateurs soient motivés et impliqués, que les procédures soient appliquées, et que la nature soit respectée. Vous avez l’impression de vivre au cœur de contradictions et que votre hiérarchie vous demande le beurre, l’argent du beurre et la crémière. Si vous recherchez la perfection et la cohérence, vous risquez de vous lamenter, et en fin de compte être déconsidéré par votre entourage professionnel. Le traitement de ces contradictions et paradoxes est consubstantiel à votre fonction managériale. Vous êtes payés pour faire au mieux avec toutes ces données. Assumant mon vocabulaire sociologique, votre  rôle consiste justement à ajuster en permanence les zones interstitielles d’incertitude des organisations. Ce qui apparait anormal aux yeux des perfectionnistes et en réalité normal. En quoi êtes-vous donc précieux ?

Raisonnons par l’absurde, vous seriez inutiles :

  • Si les dirigeants étaient certains que leur stratégie serait comprise, admise et appliquée par tous
  • Si les collaborateurs faisaient vite et bien spontanément les taches pour lesquelles ils sont affectés
  • Si les valeurs, telles qu’engagement, conscience professionnelle, respect des autres étaient partagées et incarnées par tous
  • Si les fiches de fonctions théoriques étaient conformes au travail réel sur le terrain
  • S’il ne surgissait pas des incidents et imprévus de « dernière minute »
  • Si les griefs et conflits se traitaient naturellement
  • Si les différences culturelles étaient perçues par tous comme des richesses
  • Si les changements étaient acceptés dans la joie et la bonne humeur
  • Si la confiance insufflait toute l’organisation
  • S’il n’y avait pas de moments critiques et de crise
  • Si les ressources et moyens étaient illimités…

Bref, vous avez encore un bel avenir professionnel en perspective.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

4 commentaires

Emmanuel

Le management est aujourd’hui bien plus complexe qu’il y a 40 ans…… et c’est dans les contextes de crise que les Vrais Talents se révèlent !
Hauts les Coeurs, la crise continue, l’entreprise cherche de Nouveaux Héros.
Churchill disait : « Il y a quelque chose de pire que de ne pas avoir réussi, c’est de ne pas avoir essayé », alors allons y Maintenant !

Bonne journée à tous
Emmanuel


Répondre

Avatar de GEUZE

GEUZE

Une intéressante définition en creux de qu’est-ce qu’un manager …
Merci


Répondre

Avatar de MOI

MOI

S’il n’y avait pas de managers tout fonctionnerait mieux….


Répondre

    Avatar de Jean-Louis Muller

    Jean-Louis Muller

    Oui, on peut interpréter le titre dans les deux sens. Les managers compensent les imperfections inhérentes aux organisations et dans le même temps les entretiennent. Depuis que j’ai rédigé ce billet, une tendance qui consiste à se passer de managers émerge. En effet,les managers sont des freins à l’agilité des organisations. Ils ont tendance à nourrir la structure et délaisser l’activité. Là où les gens savent quoi faire et comment le faire, les managers opérationnels sont inutiles.
    Bonne année


    Répondre

A propos de l’auteur


Jean-Louis Muller

Expert auprès de Cegos, leader européen du conseil et de la formation au management , Jean-Louis Muller intervient sur les offres internationales « Leadership » , « Change » et « Time » ainsi que du développement de la multimodalité. Il accompagne des équipes dirigeantes lors des transformations de leurs entreprises ou de leurs organisations publiques. Il contribue à la diffusion des démarches sytémiques auprès des managers et chefs de projets.

En parallèle, il est chargé de cours à l’université Paris 9 Dauphine où il conçoit et anime deux modules du Master Management Global.

Auteur de nombreux ouvrages, il dirige également depuis sa création en 1998, la collection « guides pratiques Cegos » chez ESF éditeur.

Il a coordonné le « guide du management et du leadership » paru récemment chez RETZ.

A propos de l'auteur

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Retour vers le haut de page