Vidéo: mode d’emploi de la colère

Jean-Louis Muller, publié le

 Souvent associée de nos jours à la tyrannie ou à la folie, la colère est marquée dans de nombreuses cultures, organisations et familles du sceau de l’interdit.  Pour vous approprier le mode d’emploi de la colère, Cliquez sur cette vidéo

Pour certains, se mettre en colère équivaut à perdre le contrôle de soi ; pour d’autres, il s’agit du seul moyen de se faire respecter, quitte à saborder ses liens affectifs et professionnels. Dans la plupart des cas, nous devons admettre que nous ne savons pas utiliser  notre colère. Pire, elle nous dessert.
La bonne entente à tout prix se transforme en prison dorée et en déroute annoncée ; mais la colère perpétuelle et injustifiée est invivable aussi.
 En fait, elle peut être « inhibée », « exacerbée », « déguisée » ou « saine ».Une saine colère, exprimée mais non exacerbée, utilisée à bon escient, voilà ce que ce livre nous propose de découvrir. Alors, quel est notre profil colérique et comment faire bon usage de cette émotion ?
 Au sein de la palette des émotions, la colère est la plus ambigüe et la plus complexe. Si la colère existe, c’est  qu’elle a son utilité, même si certaines de ses manifestations sont néfastes. Elle est avant tout une source d’énergie pour se lancer dans l’action et faire changer les choses comme poser des limites et se  faire respecter.
Test, méthodes et outils à l’appui, nous vous offrons un tour d’horizon des techniques pour transformer sa colère, qu’elle soit chronique, masquée ou refoulée, en énergie positive : analyse  transactionnelle, PNL, affirmation de soi, approche systémique,  Communication Non Violente, gestion du stress. Chacun pourra apprendre comment se mettre sainement en colère.

 

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

3 commentaires

Jean-Yves

Pas évident d’utiliser la colère sans « agresser ». Les anglo-saxons appellent cela l’assertivité.

La colère est un sujet passionnant. On la ressent chaque fois qu’un de nos besoins n’est pas rempli.
Elle arrive, et on en fait quoi ?

On peut la mettre dans un « pot intérieur » et l’enfouir, et répéter ainsi le processus jusqu’à ce que le pot explose (généralement ce qu’on appelle « la goutte d’eau qui fait déborder le vase »)

Certains n’ont pas ce « pot intérieur » et la retourne directement sur quelqu’un : l’agression.

L’assertivité consisterait à extérioriser cette colère, dans le respect de l’autre, de façon à remplir nos besoins non remplis.
Simple sur le papier. En pratique, nettement plus difficile.

Il est à noter une composante intéressante dans les manifestations de la colère : le temps

De la colère éprouvée sur une situation passée c’est la rancoeur, la rancune, etc.

Alors que la colère éprouvée sur une situation future (éventuelle !) c’est la jalousie : « il a quelque chose que moi j’ai pas et que je mérite » etc.


Répondre

    Avatar de jlmuller

    jlmuller

    Votre commentaire me permet de préciser une réalité incontournnable. La colère émerge en nous et nous ne pouvons rien y faire, elle est là, il faut « faire avec ». La phase initiale pour transformer cette colère en énergie positve est de l’accueillir et l’accepter en soi.


    Répondre

Refugio Roy

Les jeux vidéo déclenchent-ils la colère et la violence chez leurs utilisateurs ? La question mérite d’être posée, car les conséquences peuvent être dangereuses sur le plan social. En 2011, Yang Wang de l’université de l’Indiana aux États-Unis a pu répondre à cette question importante ; il a visualisé par imageries les modifications cérébrales induites par la pratique des jeux vidéo violents sur de jeunes adultes : « Au bout d’une semaine de jeux, ils montrent une moindre activation de certaines zones du cortex frontal impliqué dans le contrôle des émotions et de l’agressivité que ceux n’ayant pas joué. Une semaine plus tard, la différence s’estompe. » (La Recherche, septembre 2012).


Répondre

A propos de l’auteur


Jean-Louis Muller

Expert auprès de Cegos, leader européen du conseil et de la formation au management , Jean-Louis Muller intervient sur les offres internationales « Leadership » , « Change » et « Time » ainsi que du développement de la multimodalité. Il accompagne des équipes dirigeantes lors des transformations de leurs entreprises ou de leurs organisations publiques. Il contribue à la diffusion des démarches sytémiques auprès des managers et chefs de projets.

En parallèle, il est chargé de cours à l’université Paris 9 Dauphine où il conçoit et anime deux modules du Master Management Global.

Auteur de nombreux ouvrages, il dirige également depuis sa création en 1998, la collection « guides pratiques Cegos » chez ESF éditeur.

Il a coordonné le « guide du management et du leadership » paru récemment chez RETZ.

A propos de l'auteur

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Retour vers le haut de page