Appliquez vous le tableau des finalités pour produire du sens ?

Jean-Louis Muller, publié le

J’anime depuis de nombreuses années des séminaires de direction et je pose toujours au groupe une question à la cantonade : « quelle est la raison d’être de votre organisation ?» Certains me répondent : « fabriquer des roulements à billes », « imprimer des documents officiels », « vendre des produits électroniques »… D’autres répondent : « contribuer à la réussite des lancements des fusées Ariane », « assurer l’hygiène et la propreté chez nos clients », « développer les compétences des personnes et des entreprises »… Je dis aux cadres qui répondent conformément à la première catégorie de réponses formulées en « fait de », qu’ils ont du souci à se faire pour l’avenir. Ils se programment pour être soumis à de très fortes turbulences en cas de bifurcation technologique ou l’irruption d’un nouvel entrant plus compétitif sur leurs marchés. Ceux qui se réclament du « fait pour » s’assurent une plus forte viabilité. Leurs vocations transcendent les technologies et la banalisation de leurs produits et services.

Aujourd’hui, les orientations stratégiques des entreprises et des organisations publiques doivent être exprimées en « fait pour. » C’est pourquoi, j’ai mis au point avec des collègues de Cegos un outil fort simple qui décline les valeurs ajoutées projetées chez les différentes parties prenantes de l’organisation. Nous nommons cet outil le tableau des finalités. En voici  la matrice simplifiée :

 

Parties prenantes

Ce que nous sommes

Ce que nous voulons être

Que faire pour passer de l’actuel au souhaité

Clients ou usagers      
Actionnaires ou autorités de tutelle      
Personnel      
Partenaires      
Collectivités territoriale ou bassin d’emploi      
Universités et centres de recherches      
La nature      

 

Il s’agit en fait de se poser collectivement trois questions par partie prenante : « comment sommes-nous perçus aujourd’hui ? » ,« ce que nous voulons être pour satisfaire chaque partie prenante ? », « que faire pour passer des perceptions actuelles aux perceptions souhaitées ? » Bien entendu, en fonction des métiers et du marché, vous pouvez ajouter ou supprimer des parties prenantes de la liste donnée en exemple.

Je sais que de nombreux lecteurs de mon blog ne sont pas des cadres dirigeants et qu’ils managent une équipe ou une unité. Néanmoins cette démarche peut être appliquée pour déterminer quelles  sont les valeurs ajoutées de l’équipe ou de l’unité au sein même de l’entreprise ; par exemple, que voulons-nous être pour les autres services de l’entreprise, nos clients et fournisseurs internes ? Indépendamment des résultats du tableau des finalités, vous aurez compris que le processus collectif d’élaboration des réponses est générateur de sens pour vous et vos équipes.

Appliquez-vous une méthode approchante ? Comptez-vous la transposer à votre contexte professionnel ?

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos de l’auteur


Jean-Louis Muller

Expert auprès de Cegos, leader européen du conseil et de la formation au management , Jean-Louis Muller intervient sur les offres internationales « Leadership » , « Change » et « Time » ainsi que du développement de la multimodalité. Il accompagne des équipes dirigeantes lors des transformations de leurs entreprises ou de leurs organisations publiques. Il contribue à la diffusion des démarches sytémiques auprès des managers et chefs de projets.

En parallèle, il est chargé de cours à l’université Paris 9 Dauphine où il conçoit et anime deux modules du Master Management Global.

Auteur de nombreux ouvrages, il dirige également depuis sa création en 1998, la collection « guides pratiques Cegos » chez ESF éditeur.

Il a coordonné le « guide du management et du leadership » paru récemment chez RETZ.

A propos de l'auteur

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Retour vers le haut de page