Distance, lenteur, tri

La situation tendue instaure, si l’on n’y prend garde, un état d’urgence. Au lieu de s’y précipiter, tel le chien de Pavlov, il convient d’amortir la tension, prendre son souffle pour l’aborder avec aisance et sérénité.

La distance consiste à prendre de la hauteur sur l’évènement impromptu. Il s’agit de dissocier l’évènement de soi. La première question à se poser avant de s’investir dans le problème est : « Est-ce que cela vaut la peine de répondre ou de faire quoique ce soit ? » ou « que se passerait-il si je ne faisais rien ? ». La distance permet de voir autrement le comportement de l’autre. Sa méchanceté apparente ou son agression sont peut être des manifestations de souffrance ou de la maladresse. La distance nourrit l’intelligence du système dans lequel la situation se tend. Nous pouvons ainsi repérer les enjeux, les intérêts des parties prenantes et les jeux de pouvoir hors de la conscience claire et raisonnée. La distance enfin est une orientation mentale vers le futur et l’anticipation des conséquences possibles du problème. La bonne question à se poser pour prendre de la distance est : « Maintenant que je sais que la situation est tendue : quel est mon objectif ? » Pas de stratégie possible sans distance.

 La situation tendue fait émerger un chaos d’émotions paroxystiques submergeant le raisonnement. Le réflexe le plus fréquent est de répondre du « tac au tac » à l’agression ou la manipulation. Plus la situation est tendue, plus il convient de se ralentir, pour garder son souffle, assurer son endurance et s’octroyer de la puissance. La lenteur s’applique à la respiration, le débit de la voix, les gestes et la posture. Le ralentissement des processus comportementaux facilite la plus grande agilité de la pensée.

 Le tri consiste à discerner l’essentiel, les priorités et les urgences et à analyser les risques potentiels de la situation. Le tri est très utile pour différencier les faits, les opinions, les jugements de valeurs et les émotions. Il est en effet plus judicieux de dire à l’autre : « je ne comprends pas quelle est votre intention à mon égard » plutôt que : « votre attitude est scandaleuse ».

Les trois méta- compétences distance lenteur et tri sont différenciées à des fins pédagogiques mais opèrent en boucles systémiques.

0 trackback

Voici la liste de liens se référant à cette note : Distance, lenteur, tri.

URL de trackback de cette note : http://blogs.lentreprise.com/le-management-dans-tous-ses-etats/2011/03/27/distance-lenteur-tri/trackback/

1 commentaire

Prendre du recul peut être souvent salutaire vis à vis d ‘un conflit : en effet , que penserons nous de ce conflit pénible dans 10 ans….. sans doute aura t il bien peu d ‘ importance à nos yeux à ce moment la .
Alors , n ‘ attendons pas pour prendre du recul , hâtons nous d ‘ agir avec lenteur ; une œuvre d ‘art aboutie demande souvent du temps , et il me semble en être de même dans le cadre des relations humaines et du management.
Dans l ‘ absolu , tout choix est acceptable , mais tout choix a ses conséquences ; ainsi , accepter les conséquences , c ‘ est assumer ses choix . C ‘est aussi pour cela, de mon point de vue, que la distance, la lenteur et le tri sont utiles : ces 3 points permettent de choisir en conscience et par la , d ‘exercer au mieux son libre arbitre ?

Bien Cordialement
Emmanuel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A propos de l’auteur


Jean-Louis Muller

Expert auprès de Cegos, leader européen du conseil et de la formation au management , Jean-Louis Muller intervient sur les offres internationales « Leadership » , « Change » et « Time » ainsi que du développement de la multimodalité. Il accompagne des équipes dirigeantes lors des transformations de leurs entreprises ou de leurs organisations publiques. Il contribue à la diffusion des démarches sytémiques auprès des managers et chefs de projets.

En parallèle, il est chargé de cours à l’université Paris 9 Dauphine où il conçoit et anime deux modules du Master Management Global.

Auteur de nombreux ouvrages, il dirige également depuis sa création en 1998, la collection « guides pratiques Cegos » chez ESF éditeur.

Il a coordonné le « guide du management et du leadership » paru récemment chez RETZ.

A propos de l'auteur

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]