Pratiquez vous l’ingénierie concourante « mammifère » ?

Jean-Louis Muller, publié le

J’interviens en ce moment dans deux entreprises de secteurs différents, traitant des enjeux différents, et qui pourtant traversent des turbulences conflictuelles.

La première est un important site pharmaceutique qui implante depuis 6 mois un progiciel de gestion intégré de type SAP. Ce projet met à contribution 60 personnes ; ingénieurs informaticiens et gestionnaires. Le Directeur des Ressources Humaines m’appelle chez Cegos car des acteurs stratégiques pour la réussite du projet accumulent griefs et conflits. Certains menacent même de quitter le projet.

L’autre une nouvelle « business unit » de services informatiques issue de la fusion entre 5 entités qui s’ignoraient entre elles. La nouvelle équipe de direction est constituée des 5 directeurs des unités d’origine. Leur challenge est ambitieux, assurer les prestations informatiques pour un grand groupe tout en créant une nouvelle organisation. Là aussi, le Président du groupe me sollicite pour animer un « team building » car il constate des flottements dans cette nouvelle équipe de direction.

Dans les deux cas, je pose la question : « Avez-vous réalisé à l’origine du projet une phase d’ingénierie concourante ? » les deux réponses fusèrent : « oui bien sur ! »

Les groupes projets dans la première entreprise et les directeurs de la seconde avaient en effet pris le temps de définir les objectifs, de déterminer les critères de réussite, de se doter d’indicateurs de pilotage, d’anticiper les risques et de planifier des jalons.

Je pose une deuxième question : « Et, quid de l’ingénierie concourante mammifère ? » Mes interlocuteurs se figèrent dans un regard éberlué. Je me fais plus incisif : « les principaux acteurs sur le projet, ou les 5 directeurs, se sont ils donnés des informations sur leur fonctionnement humain et relationnel ? Ont-ils pris le temps de se dire posément, avant de s’engager dans l’action leurs craintes, leurs espoirs, leurs talents, leurs travers, les comportements des autres qui pourraient les irriter, comment pourraient-ils eux-mêmes irriter les autres ? » En bref adopter un langage de vérité sur soi et les autres.

Dans les deux cas, ils avaient bien anticipé les paramètres techniques et organisationnels du projet, mais pas les sources éventuelles de griefs et de conflits.

Je reviendrai dans un prochain billet sur les démarches et outils de l’ingénierie concourante mammifère, ainsi que sur les mesures correctives à prendre en cours de projet lorsque les problèmes humains et relationnels surgissent faute d’anticipation.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

2 commentaires

Avatar de France Guenaud

France Guenaud

L’ingénierie concourante mammifère est un concept interressant souvent oublié, Benoit avec son équipe de direction fait une démarche de « construction d’un dynamisme de groupe » pour harmoniser et donner une cohésion à leur équipe pour que celle-ci soit plus crédible auprès des managers premiere ligne et autres chefs de service, ils ont effectué des tests de personnalité pour déterminer leur profil mais ce concept n’a jamais ete evoqué , je suis persuadée que s’ils l’évoquent la construction de leur cohésion pourra débuter de manière fulgurante


Répondre

Emmanuel Portanéry

L ‘ ingénierie concourante « mammifère » souligne sans doute que l ‘ être humain , pour évolué qu ‘ il est , a gardé les traces bien réelles en Neurosciences , des évolutions d ‘un lointain passé :

Le cerveau Reptilien trace les contours des instincts, des pulsions et du territoire ; le cerveau Limbique des mammifères donne toute son importance aux relations , réseaux d ‘affinités , et à l ‘ organisation quotidienne ; puis le cerveau Cortical trace la voie de l ‘ analyse des données , de la synthèse et de la créativité ; enfin , nos Lobes Frontaux semblent nous attirer plutôt vers l ‘ altruisme, les aspects oblatifs de notre être, le développement durable.

Dans la phase fort délicate de la constitution d ‘une équipe, et les stress qui l ‘ accompagnent, le mammifère est bien présent en nous, et pour l ‘ apprivoiser , il peut s ‘avérer utile de parler de nos peurs , de nos joies , de nos espoirs, dans un langage de Vérité ; ce mode de fonctionnement qui apparaitra avec justesse comme très Humain rassurera sans doute des parties plus anciennes de nous même dont l ‘ assentiment est requis en pareille circonstance ?


Répondre

A propos de l’auteur


Jean-Louis Muller

Expert auprès de Cegos, leader européen du conseil et de la formation au management , Jean-Louis Muller intervient sur les offres internationales « Leadership » , « Change » et « Time » ainsi que du développement de la multimodalité. Il accompagne des équipes dirigeantes lors des transformations de leurs entreprises ou de leurs organisations publiques. Il contribue à la diffusion des démarches sytémiques auprès des managers et chefs de projets.

En parallèle, il est chargé de cours à l’université Paris 9 Dauphine où il conçoit et anime deux modules du Master Management Global.

Auteur de nombreux ouvrages, il dirige également depuis sa création en 1998, la collection « guides pratiques Cegos » chez ESF éditeur.

Il a coordonné le « guide du management et du leadership » paru récemment chez RETZ.

A propos de l'auteur

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Retour vers le haut de page