La compliance : s’adapter en restant soi-même

Jean-Louis Muller, publié le

En période économique stabilisée, vous aviez en tant que manager une vision du temps et de l’espace plus large que celle de vos collaborateurs. La majorité d’entre vous s’organisait en fonction de budgets annuels, d’autres étaient invités à concevoir des plans à 3 ans, plus rares étaient ceux qui élaboraient les orientations stratégiques.

Déjà, alors, vous aviez à traiter de nombreuses contradictions « comment faire faire aux personnes et aux équipes ce qu’ils ne feraient pas spontanément ? », « comment faire converger des logiques et des intérêts divergents vers la performance ? ».

Aujourd’hui, ces contradictions perdurent, mais d’autres surgissent. Vous devez incarner des changements que vous n’avez pas choisis, faire évoluer très rapidement les organisations et les pratiques professionnelles au gré des alliances, absorber de nouvelles technologies et satisfaire les demandes fluctuantes des clients.

Parfois il s’agit de virages à 180 degrés : contredire ce que vous annonciez hier.

Pour faire face à ces « séismes », vous pouvez développer votre compliance.

Définition managériale de la compliance

A nouveaux maux, nouveaux remèdes. Un concept médical, la compliance, s’infiltre dans l’univers managérial, après un détour par la robotique. Il s’agit de s’adapter aux évolutions de l’environnement tout en restant soi même. D’un côté l’adaptation à outrance vous transforme en manager hyper réactif, s’épuisant à courir derrière les évènements, de l’autre la volonté de rester vous- même, sans bouger peut vous conduire à la rigidité.

La compliance c’est la capacité à vivre en même temps les deux pôles de la contradiction : vous adapter et rester vous-même avec votre éthique et vos valeurs.

Il existe pléthore de méthodes et d’outils favorisant la compliance, néanmoins retenez trois de ses composantes essentielles.

La pro activité

Tout d’abord il convient de faire le diagnostic de la nouvelle situation. Quelles sont les situations où vous « avez la main » et qui déterminent votre zone de pro activité et celles où vous « n’avez pas la main » et où il convient de se créer un réseau d’alliés pour avancer.

La volonté et la lucidité

Une fois que vous avez déterminé votre potentiel de pro activité, vous choisissez la meilleure combinaison entre volonté et lucidité.

Par exemple, vous annoncez un déménagement très mal pris par votre équipe et imposé par votre direction. Vous vous débrouillez pour obtenir un budget de décoration que vous laissez gérer à votre équipe. Dans cet exemple précis, la lucidité c’est d’accepter que vous ne pouvez pas changer la décision et la volonté c’est de trouver un budget décoration pour adoucir la contrainte.

Usez de votre volonté lorsque vous avez la main et conservez une part de lucidité pour ne pas faire n’importe quoi. Faites preuve de lucidité lorsque vous n’avez pas la main et gardez une réserve de volonté pour la déployer si une occasion favorable émerge.

Vous l’avez compris, c’est en développant votre compliance que vous développerez votre courage managérial.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

14 commentaires

Avatar de duca

duca

Jean Louis Muller aborde, avec la compliance, une question extrêmement importante lorsqu’il s’agit des relations humaines et du management d’une équipe.
La compliance n’est ni la souplesse, ni la flexibilité.
Il faut être conscient qu’appliquée au management, elle demande à être parfaitement comprise pour établir les meilleures relations entre individus d’une même équipe.

La compliance, en robotique, est la faculté que possède un effecteur (extrémité du robot) de se positionner parfaitement dans l’axe d’un assemblage de deux pièces mécaniques. La compliance d’un effecteur nécessite des capteurs et des micro- moteurs permettant de compenser l’erreur de repositionnement du robot. Il y a donc a tout instant une réactivité avec l’environnement de contact.
En management le processus intellectuel est le même. Mais l’Homme n’est pas un robot. Ses facultés sensorielles sont infiniment plus développées que la machine la plus performante. C’est là que se joue la partie pour le manager : il doit développer ses facultés d’adaptation et de réactivité face à un évènement difficile ou impromptu. La compliance est le degré ultime de l’efficacité. Les pistes tracées par JL Muller y conduisent tout droit.


Répondre

Avatar de jlmuller

jlmuller

Je remercie Monsieur Duca pour ses précisions quant à la compliance en robotique. Pour l’instant , les robots sont créés et programmés par les hommes. Il épousent leurs capacités à s’adapter et à réagir face à des èvènements impromptus. La prochaine phase sera t’elle la proactivité?

Je souhaite que des lecteurs du blog, spécialistes en médecine et en finances nous apportent des regards sur la compliance dans ces deux domaines.

Les liens entre les matières , les expertises et les sciences contribuent à l’intelligence des managers..


Répondre

Avatar de nathalie

nathalie

belle explication qui m’éclaire et affine le concept. cette richesse de l’humain par rapport au robot nourrie sa capacité d’avoir une réflexion sur sa réflexion (éthique et déontologie), et plus encore d’avoir la capacité d’avoir conscience de ses états (et d’avoir des états d’alerte telles que les émotions).l’humain a la capacité de transcender tout cela pour orienter son action. il aurait la capacité, et de continuer de produire, et de préserver ses pairs.
maintenant en aura-t-il la volonté, c’est la question que je me pose ?


Répondre

Avatar de jlmuller

jlmuller

Nahalie
J’ai la chance de voyager et de travailler dans de nombreuses cultures. Partout, les mythes, légendes, récits et croyances suggèrent un affrontement entre la création et la destruction. Les versions occidentales de cette dialectique sont représentées par le couple Eros et Thanatos, les anges et les démons, le bon et le mauvais coté de la force…Les arts réflètent cette lutte.
Pourquoi l’économie et le management des entreprises y échapperaient-ils?


Répondre

Emmanuel Portanéry

Belle idée réaliste que de  » s’adapter tout en restant soi même » , avec « lucidité et volonté » , comme le dit l’auteur ; en effet , il serait illusoire et dangereux , de mon point de vue de souhaiter garder tous nos comportements habituels identiques face à un monde qui change.
L’entreprise traduit très vite ces changements environnementaux et sociaux dans les pratiques managériales ;
Et si nous adoptions la posture du caméléon ? il sait s’ adapter , changer de couleur selon la branche ou il est posé sans pour autant changer d ‘identité !
Dans les questions de compliance pourrait on rajouter celle ci :
 » qu ‘ est ce qui rendrait cela possible ? « 


Répondre

Avatar de Nicolas Degas

Nicolas Degas

Je suis assez perplexe voir perdu après lecture de cet article.
Compliance fait référence en anglais à la conformité, département classique de tout entité financière d’une taille importante.

En vérifiant sur le net, le terme français existe et est défini comme : « Aptitude d’une cavité organique à changer de volume sous l’influence d’une variation de pression. »

Par conséquent je me pose la question, serait-ce un nouveau mot à la mode avec une signification bien particulière dans un domaine particulier, un nouveau concept ?

J’avoue ne pas très bien comprendre d’ou vient le terme…


Répondre

    Avatar de jlmuller

    jlmuller

    Bonjour
    La première fois que j’entendis le mot compliance, ce fut lors d’une randonnée glaciaire, Chamonix Zermatt. Une tempête de neige s’annonçait et le guide nous dit : « faisons preuve de compliance, passons par une vallée plus basse ». Ne connaissant pas ce terme, je requis un éclaircissement. Il me répondait qu’il fallait s’adapter rapidement et ne pas vouloir à tout prix passer par la voie prévue initialement au risque de notre vie.
    De retour, je m’empressai de vérifier sur des dictionnaires. En Anglais, dans le domaine financier, la compliance est proche de la conformité.
    Je m’aperçus qu’il existait de nombreuses extensions à ce terme. Je l’ai retrouvé en médecine et robotique. La conformité est prise dans le sens : se conformer aux changements et évènements du monde extérieur.
    Les sciences humaines s’emparent souvent de termes issus d’autres matières. La compliance est un processus d’adaptation aux évolutions de l’environnement et à l’abandon d’une stratégie prévue se révélant obsolète ou dangereuse.
    D’autres termes issus d’autres champs ont été englobés par les sciences humaines et en particulier le management. Par exemple, la résilience empruntée à la métallurgie ou la congruence en mathématiques.
    En sociologie, on nomme ces glissements de termes : « disponibilité sémantique des concepts »
    L’irruption de ce vocabulaire fait effet de mode, c’est vrai. Ceci étant dit ces concepts sont fort utiles pour les managers, les chefs de projets, les techniciens et toutes les personnes ayant à s’adapter avec souplesse et agilité tout en restant proactifs.


    Répondre

registry cleaner

Good job. I agree with you.


Répondre

Annuaire généraliste

Hey, merci pour cet article instructif , continue comme ça, c’est un ravissement de vous lire!


Répondre

Avatar de Gomez

Gomez

bonjour
je suis étudiante en management et administration des entreprises et je souhaiterais recevoir des cours de votre part je veux être un vrai manager
merci


Répondre

    Avatar de jlmuller

    jlmuller

    Bonjour
    Malgré ses contradictions, ses incertitudes, ses situations tendues, sa solitude, son empiètement sur la vie privée….le management est un fabuleux métier.
    Cordialement


    Répondre

Grady Ill

Merci avoir posté cet article , c’est tres intéressant pour moi. J’espere qu’il y aura des articles comme ça dans prochain post.


Répondre

website worth

Hi there I like your post


Répondre

IMIS LYON

Rester soi meme, ceci est loin d’etre évident pour un manager, toutefois les conseils que vous donnez dans cet article sont plutot pertinents.La compliance est effectivement une bonne manière de s’adapter à son environnement, de faire évoluer son équipe tout en conservant les bases d’un management efficace.


Répondre

A propos de l’auteur


Jean-Louis Muller

Expert auprès de Cegos, leader européen du conseil et de la formation au management , Jean-Louis Muller intervient sur les offres internationales « Leadership » , « Change » et « Time » ainsi que du développement de la multimodalité. Il accompagne des équipes dirigeantes lors des transformations de leurs entreprises ou de leurs organisations publiques. Il contribue à la diffusion des démarches sytémiques auprès des managers et chefs de projets.

En parallèle, il est chargé de cours à l’université Paris 9 Dauphine où il conçoit et anime deux modules du Master Management Global.

Auteur de nombreux ouvrages, il dirige également depuis sa création en 1998, la collection « guides pratiques Cegos » chez ESF éditeur.

Il a coordonné le « guide du management et du leadership » paru récemment chez RETZ.

A propos de l'auteur

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Retour vers le haut de page