Le manager et le volcan Eyjafjöll

Jean-Louis Muller, publié le

J’ai écouté le 20 avril dernier sur France inter, le philosophe Paul Virilio à propos de l’éruption du volcan Eyjafjöll. Pour lui, cette éruption éco systémique souligne la fragilité de nos systèmes complexes.

Citons l’un de ses passages : « Les sociétés anciennes vivaient de l’accumulation de la matière, du foncier, de la quantité, c’était la géopolitique, la géostratégie, c’étaient les sociétés territorialisées. Désormais, avec le cybermonde, nous vivons dans l’ère du flux. Les flux dominent désormais les stocks. »

Réfléchissant à cette lecture de la réalité, je me suis dit qu’elle avait sens dans le monde des organisations. J’avais jusqu’à aujourd’hui employé des métaphores telles que « tourmentes », « turbulences », « tempêtes », « ouragans » ; qui présupposent que le calme antérieur se réinstalle ensuite.

L’éruption, me semble un terme plus approprié aux crises contemporaines. Des phénomènes inattendus et surprenants émergent avec violence, là où nous ne les attendions pas. Qui aurait pu penser, hormis les vulcanologues et les historiens qu’une éruption volcanique aurait de tels effets ? Notons au passage que des entreprises telles que les loueurs de voiture, les hôtels, les transporteurs terrestres et maritimes tirent leur épingle du jeu.

J’ose établir un lien avec la thèse d’Edgard Morin sur l’émergence de l’ère damocléenne depuis Hiroshima.

Les éruptions possibles ou probables sont la prolifération des conflits locaux, les attaques contre les systèmes informatiques, des attentats, une catastrophe nucléaire ou chimique. La globalisation de l’économie est génératrice de croissance et d’amélioration des conditions de vie pour des milliards de personnes mais met en exergue la fragilité des systèmes complexes. La sécurité absolue des transports physiques et électroniques est le paramètre majeur de la mondialisation.

Tant que les accidents et les impondérables ne produisaient que des effets collatéraux de courte durée, dans une zone géographique restreinte et ignorés des journalistes ; il suffisait d’arbitrer entre « nous assumons ou nous nous assurons ».

Les entrepreneurs et les équipes de direction sont accoutumés au pilotage dans un univers incertain. Mais en ce moment, de nombreux paramètres sont au « rouge ». Les actionnaires trépignent et accentuent la pression sur les résultats immédiats. Le financement est plus difficile. Les concurrents, y compris dans les pays émergents font preuve de modernité et d’innovation. De nombreux cadres et managers adoptent des postures d’exécutants. Les plus jeunes gèrent leur trajectoire professionnelle sans s’attacher à leur employeur. Le pouvoir d’achat des clients stagne. Les états ré interviennent dans le jeu économique malgré les discours libéraux. Les règles environnementales se durcissent…

Pour faire face aux prochaines éruptions je préconise que les managers renforcent concomitamment leur paranoïa et  leur pro activité.

Paranoïa en imaginant les éruptions possibles au-delà de l’anticipation des risques potentiels. Cette posture paranoïaque bien gérée permet d’apprendre des catastrophes du passé et d’élaborer des scénarii de survie. Une bonne question à se poser et à poser à ses équipes est : « s’il arrivait ceci, ou cela, que ferions nous ensemble pour rebondir ? »

Pro activité en continuant à renforcer les compétences individuelles et collectives et d’innover pour prendre de l’avance sur ses concurrents. Il est tentant de faire comme les autres, prendre les mêmes mesures que tout le monde et d’adopter des attitudes défensives.

A cet effet, mon prochain billet abordera la résilience des managers.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

4 commentaires

c.oyarbide

renforcer la paranoîa des managers… voilà qui est dans la logique provocatrice, mais dans le bons sens, de votre blog. j’aime bien cette idée.

PS : je vais référencer votre blog dans les blogs amis du mien


Répondre

Not Acer

mes félicitations par votre blog du site . Vous êtes très bon désiré, avec beaucoup d`informations Nice et une mise en page Nice très bonne . Lorsque Météo voulez visite mon blog http://notebooksacer.blogspot.com


Répondre

annuaire

Thanks for this page. I’ve read it in the metro with my phone and found it very interesting.


Répondre

annuaire gratuit

Thank you for sharing this! I found a few interesting sites here


Répondre

A propos de l’auteur


Jean-Louis Muller

Expert auprès de Cegos, leader européen du conseil et de la formation au management , Jean-Louis Muller intervient sur les offres internationales « Leadership » , « Change » et « Time » ainsi que du développement de la multimodalité. Il accompagne des équipes dirigeantes lors des transformations de leurs entreprises ou de leurs organisations publiques. Il contribue à la diffusion des démarches sytémiques auprès des managers et chefs de projets.

En parallèle, il est chargé de cours à l’université Paris 9 Dauphine où il conçoit et anime deux modules du Master Management Global.

Auteur de nombreux ouvrages, il dirige également depuis sa création en 1998, la collection « guides pratiques Cegos » chez ESF éditeur.

Il a coordonné le « guide du management et du leadership » paru récemment chez RETZ.

A propos de l'auteur

Commentaires récents

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Retour vers le haut de page