Licenciements « injustes » : une exposition médiatique néfaste et évitable

l-entreprise-et-les-medias, publié le , mis à jour à

L’affaire du licenciement d’un lanceur d’alerte chez CTPO, une filiale du groupe Transdev, a fait grand bruit. Pour rappel, un informaticien de l’entreprise a été mis à pied. Sa faute lourde ? Avoir dénoncé un agent de maîtrise de la société qui avait entassé dans son disque dur de nombreuses photos pédopornographiques. Le salarié congédié a été rapidement réintégré sur décision de l’inspection du travail. L’histoire contient tous les ingrédients d’un bon sujet pour les médias : des « gentils » (l’informaticien lanceur d’alerte, les syndicats, l’inspection du travail), des « méchants » (l’agent de maîtrise amateur de photos pédopornographiques, les responsables de l’entreprise), une situation a priori injuste, un heureux dénouement. CTPO était assurée de voir l’affaire ébruitée et amplement relayée dans la presse. Voilà qui est fait.

Cette exposition médiatique, qui plombe immanquablement l’image du groupe, aurait pu être évitée. Il était impératif de régler l’affaire en interne, en évitant les décisions hâtives (mise à pied) et en consultant les parties concernées, notamment les représentants des salariés. D’autant que ce type de situation n’est pas nouveau, loin de là.

Inutile de remonter bien loin. Voilà qui rappelle le rocambolesque feuilleton de l’été (les épisodes s’étalent de début juillet à mi-août) en matière de licenciement polémique : l’histoire de la caissière d’Auchan. Une hôtesse de caisse d’un magasin Auchan City de Tourcoing avait été limogée pour un préjudice de 85 centimes (voire 2,80 euros selon les versions), ce qui a déclenché l’indignation générale. Après une médiatisation très poussée au cœur des vacances d’été, et à la faveur d’une montée au créneau (elle aussi très médiatique) des syndicats, la caissière mise à pied a finalement été réintégrée. Mais trop tard pour l’enseigne de distribution, qui a endossé durant 5 semaines le rôle de la méchante et implacable entreprise sans cœur qui a viré une employée pour quelques oboles.

Ce qu’il faut souligner ici, c’est que l’actualité, régulièrement, fait écho de caissières ou autres employés licenciés pour des motifs à première vue totalement dérisoires. En janvier dernier, une employée d’un supermarché Carrefour des Yvelines a été licenciée pour une erreur de caisse de 5 euros. Un pack de bières non scanné. Ici, c’est une vigile renvoyée pour avoir accepté de récupérer des sandwiches périmés. Là, c’est une caissière virée pour un pain au chocolat, pour des points de fidélité, ou pour quelques bons de réduction. Enfin (hasard du calendrier ?), on a appris ces jours-ci qu’une assistante de l’Office public de l’habitat de l’Ain, après 4 années de lutte, a obtenu de la Cour de Cassation que son licenciement soit qualifié « sans cause réelle et sérieuse ». En 2012, elle avait été renvoyée pour avoir osé récupérer le parapluie cassé d’une collègue de travail.

Dans tous ses exemples, l’histoire se termine mal pour l’entreprise. Soit elle se retrouve contrainte de réintégrer son employée sous la pression médiatique, soit elle se fait taper sur les doigts par la justice, avec à la clef une nouvelle salve d’articles peu valorisants.

Une entreprise peut décider de licencier pour quelques euros. Mais pour le même prix, elle est quasi-assurée de s’offrir en bonus un tombereau d’articles peu glorieux. Quelques euros, c’est bien moins que le coût final en terme d’image. Sans parler des retombées en interne sur le dialogue social ou l’ambiance de travail dans l’entreprise.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

3 commentaires

cathy

Sujet toujours délicat !


Répondre

richard

Hallucinant !!


Répondre

marie

Sympa la nouvelle ereputation du groupe ;-)


Répondre

A propos du blog

Jean-Michel Boissière

Jean-Michel Boissière Comprendre le fonctionnement des médias représente un atout stratégique. Une entreprise ne communique pas malgré mais avec les journalistes. A travers de multiples conseils et illustrations puisés dans l’actualité, ce blog sur les relations entreprises-médias pourra vous éclairer sur la manière de rendre votre communication plus efficace et dynamique.

Voir leurs profils

Derniers commentaires
Archives

Retour vers le haut de page