Faut-il avoir peur d’Elise Lucet ?

l-entreprise-et-les-medias, publié le , mis à jour à

Au fil des numéros de « Cash Investigation », elle est devenue la bête noire des patrons, le cauchemar des dirigeants d’entreprises, petites ou grandes. Epingler des PDG face caméra, les surprendre, les pousser dans leurs retranchements, Elise Lucet en a fait sa marque de fabrique, assurant au magazine de France 2 des séquences d’anthologie et un beau succès d’audience.

Comment éviter le piège de Cash Investigation ?

Il y a de quoi redouter d’être sollicité par l’équipe d’Elise Lucet et le mot piège n’est pas trop fort. Car les rôles sont clairement distribués à l’avance pour assurer le spectacle. Les journalistes du magazine fouillent, appuient où ça fait mal, posent les questions qui dérangent, dans une quête où tous les coups ou presque sont permis puisque la vérité le vaut bien. Elise Lucet et son équipe se placent du côté des « gentils ». Et ce, d’autant plus subtilement que le ton est toujours poli, courtois en toute circonstance, même quand l’interviewé rageur sort de ses gonds et jette la caméra à terre. Elise Lucet, dans la forme, reste gentille jusqu’au bout. Les dirigeants interviewés, eux, sont placés du côté des « méchants ». Sommés de s’expliquer sur un thème polémique, ils endossent d’entrée de jeu le rôle du bad guy présumé coupable. En quelque sorte, le scenario est écrit d’avance. Alors tant mieux s’ils adoptent un comportement que, finalement, on attend d’eux. Un dirigeant qui refuse de répondre aux questions, qui s’emporte, qui se prend les pieds dans le tapis ou s’enfuit par un escalier, c’est une séquence précieuse. Un bout d’émission qui fera le buzz, une vidéo de quelques minutes qui va tourner en boucle sur le web au détriment des 80 ou 110 autres minutes du magazine. Et dont on se souviendra.

Autre raison de redouter l’arrivée des journalistes de « Cash Investigation » dans ses locaux : la forme de l’émission. L’objectif n’est pas seulement de révéler au grand public des pratiques contestables. Il faut aussi divertir, et donc aménager des moments forts, des rebondissements, des coups d’éclats, de l’action. Avec un montage final au service du récit à relater et une bonne dose de mise en scène.

La question est moins d’éviter le piège que de le neutraliser autant que possible. La première recommandation est de ne pas prendre la fuite. Rappelons-le à nouveau ici : il faut répondre aux demandes d’interview. Il peut paraître plus simple de ne pas dire un mot, en pensant assécher la matière recueillie par les journalistes. Le premier réflexe peut être de refuser de répondre à Elise Lucet pour ne pas « entrer dans son jeu ». Pour signifier tout le mal que l’on peut penser de sa manière de procéder. Mais c’est oublier deux choses :

– L’absence de réponse est une réponse. Qui sera interprétée au mieux comme un embarras, au pire comme un aveu. La petite phrase dans un reportage « nous avons plusieurs fois demandé un entretien avec le patron de l’entreprise, qui n’a jamais accepté de nous répondre » fait toujours mauvaise impression. Elle peut contrarier un temps les journalistes qui ont besoin de recueillir l’opinion de toutes les parties. Mais elle cantonne surtout le patron dans le rôle du méchant qui entrave la marche vers la vérité.

– Tout journaliste d’investigation trouvera de quoi nourrir son enquête. Tout enquêteur à qui on ferme la porte d’entrée passera par la fenêtre. Quitte à casser un carreau. Il trouvera d’autres témoignages. Et s’il le faut, Elise Lucet déboulera en pleine réunion, au détour d’un couloir pour tendre son micro face caméra. Le PDG de Huawei France ou plus récemment l’ex-patron d’Apple Europe en ont fait la pénible expérience.

Il vaut toujours mieux faire partie de la boucle d’information. S’en exclure revient à se priver d’un droit de réponse qu’il sera plus difficile de faire valoir par la suite. Se plaindre du rendu final une fois l’émission diffusée est vain et peu audible si on a refusé toute exposition médiatique dans un premier temps. A ce titre, la réaction de Danone, après le numéro consacré ce mardi aux pratiques brutales du marketing direct, est tout sauf convaincante. En grande partie parce que l’émission a bien souligné que le groupe a refusé obstinément toute demande d’interview.

En revanche, une fois la demande d’interview acceptée, il est impératif de se préparer, et sérieusement. En face du dirigeant filmé se trouvera une journaliste aguerrie, qui a pris, avec son équipe, le temps d’enquêter et qui détient sans doute des documents potentiellement embarrassants, voire compromettants. Autant dire qu’il est indispensable d’être et paraître au moins aussi informé qu’Elise Lucet. Sous peine d’un résultat désastreux pour l’image du PDG et de son entreprise. Ce média-training passe par 4 étapes indispensables :

– décortiquer l’émission, ses ressorts et son mode de fonctionnement ;

– établir les règles du jeu et le cadre de l’entretien avec l’équipe de tournage ;

– anticiper toutes les questions possibles, et notamment les plus embarrassantes ;

– préparer des réponses claires, concises et percutantes, dans le style de l’émission.

 

 

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

2 commentaires

Avatar de camax

camax

Ben , la meilleure méthode, c’est d’essayer d’être vertueux et de ne pas s’en foutre plein les poches, de ne pas essayer de corrompre ou se laisser corrompre, appelons ça lobbying si vous voulez, bref d’être honnête. Quant aux journalistes qui trouvent son attitude un peu déplacée…no comment


Répondre

Avatar de Joanna

Joanna

Ou bien il s’agit d’être honnête et de répondre en toute franchise, sortir de la communication de crise pour embrasser la communication authentique. Je suis pleine de gratitude envers Elise Lucet et son équipe d’oser s’exposer ainsi et de perturber les secrets d’affaire. Nous avons le nez dans les chiffres et le profit, il serait temps de s’interroger sur le sens de ce que nous faisons. Au service de qui sont toute ces personnes à qui vous conseillez de décortiquer, anticiper, préparer ?


Répondre

A propos du blog

Jean-Michel Boissière

Jean-Michel Boissière Comprendre le fonctionnement des médias représente un atout stratégique. Une entreprise ne communique pas malgré mais avec les journalistes. A travers de multiples conseils et illustrations puisés dans l’actualité, ce blog sur les relations entreprises-médias pourra vous éclairer sur la manière de rendre votre communication plus efficace et dynamique.

Voir leurs profils

Derniers commentaires
Archives

Retour vers le haut de page