Sixt surfe vite fait sur le « Vallsgate »

l-entreprise-et-les-medias, publié le , mis à jour à

sixt-valls

Ca n’a pas traîné. Le loueur de véhicules Sixt s’est empressé d’exploiter la polémique provoquée par le déplacement de Manuel Valls à Berlin. Dans sa toute dernière campagne, la compagnie allemande conseille au Premier Ministre de louer plutôt une voiture pour voyager en famille discrètement. C’est devenu un réflexe, un rituel qui confine à la marque de fabrique : le loueur s’inspire de l’actualité (et notamment des mésaventures) des grands de ce monde pour promouvoir son activité.

Nous l’avions vu ici lorsque Sixt a raillé le déplacement en scooter de François Hollande pour rejoindre Julie Gayet, la marque a systémisé «l’actu-pub» et les nombreux avantages qu’offre le procédé : une visibilité assurée dans les médias, coller à l’air du temps, jouer la carte de l’humour et donc de la proximité, puiser dans un filon d’inspiration inépuisable…

Au risque de devenir prévisible et de lasser ? La question se pose toujours, mais ne semble pas inquiéter la direction du groupe. D’autant plus qu’elle donne à ses dirigeants une opportunité supplémentaire de s’exprimer dans la presse et de commenter, expliquer, la stratégie de l’entreprise. Ce dont Jean-Philippe Doyen, le président de Sixt France, ne se prive pas, comme dans les colonnes du Figaro. Il précise ainsi: «il n’y pas d’engouement particulier le lendemain de la sortie d’une publicité. Ces campagnes visent à faire la démonstration de notre différence, à installer la notoriété de la marque au long cours». Occasion aussi pour le dirigeant d’assurer que la pratique est indolore pur les principaux intéressés, qui ont un sens de l’humour et de l’autodérision beaucoup plus important qu’on le croit. Il le garantit : «les hommes et les femmes politiques ont tellement l’habitude de faire la une des médias qu’ils sont ceux qui ont le plus d’humour et qui réagissent le mieux lorsqu’on les met en scène dans nos publicités».

Le loueur a sorti tellement de visuels du même tonneau, avec la même rhétorique et les mêmes ressorts humoristiques, que les lecteurs en ont forcément raté quelques uns. Ne serait-ce que la précédente pub, qui date de quelques jours seulement et s’inspire du scandale qui secoue la FIFA. Vous avez loupé celle sur Dominique Strauss-Kahn ? Angela Merkel ? Jean-François Coppé et François Fillon ? Nicolas Sarkozy ? Carla Bruni ? Nikola Karabatic ? Qu’importe. Chaque nouvelle publicité offre l’occasion de rappeler les précédentes, voire d’en publier un best-of. Au final, chaque nouvelle publicité est une brique dans l’édifice marketing dont Sixt entend bien faire un repère. Le rituel de ces campagnes express à l’humour acéré apporte ainsi un autre avantage à la marque. Le procédé lui permet de se forger non seulement une ligne éditoriale, mais aussi une légende dans l’histoire de la publicité.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

1 commentaire

Avatar de Barzaz

Barzaz

Nul… Sixt est habituée de ces publicités « charognardes »surfant sur l’actualité. Il y a d’autres loueurs, heureusement…


Répondre

A propos du blog

Jean-Michel Boissière

Jean-Michel Boissière Comprendre le fonctionnement des médias représente un atout stratégique. Une entreprise ne communique pas malgré mais avec les journalistes. A travers de multiples conseils et illustrations puisés dans l’actualité, ce blog sur les relations entreprises-médias pourra vous éclairer sur la manière de rendre votre communication plus efficace et dynamique.

Voir leurs profils

Derniers commentaires
Archives

Retour vers le haut de page