Le patron de Publicis surfe sur le « tsunami numérique »

l-entreprise-et-les-medias, publié le

Maurice Lévy aime les médias. Et les nouvelles technologies. Logique, lorsqu’on est le président du directoire d’un géant de la communication comme Publicis Groupe. Mais Maurice Lévy décline cette passion en apparaissant partout ces derniers jours, dans une opération de communication offrant à son groupe une exposition bien orchestrée.

Il y a d’abord ses traditionnels vœux. C’est un rituel à tendance buzz que le grand patron alimente depuis 2008. Maurice Lévy publie une vidéo sur YouTube dans laquelle il souhaite de manière singulière et décalée, avec un zeste de folie douce, ses meilleurs voeux pour l’année qui arrive, à ses salariés, ses clients… en fait à tout le monde en général et aux amateurs de publicité en particulier. Cette fois, l’objectif est d’enterrer joyeusement 2014, année difficile pour le groupe et marquée par l’échec de la fusion avec le géant américain Omnicom. Mais pas seulement. La cuvée des voeux 2015 conjugue humour, créativité et se veut au cœur de l’innovation puisqu’elle permet au spectateur d’interagir. En synchronisant son téléphone mobile ou sa tablette avec la vidéo « The Very Good Wishes » sur YouTube, le spectateur peut contrôler une pince de fête foraine et attraper divers objets dans le bureau de Maurice Lévy, et notamment une pluie de lions en peluche, pendant que ce dernier présente ses vœux. Pour ne pas oublier le concept de générosité, central durant ces fêtes de fin d’année, la vidéo s’inscrit dans un partenariat avec une association caritative, Make a Wish, qui permet de réaliser les voeux d’enfants gravement malades, dans près de 50 pays du monde.

Innovation, créativité, solidarité : les cyber-vœux de Maurice Lévy permettent de promouvoir l’esprit de l’entreprise à travers 3 valeurs fortement positives.

Mais ce n’est pas tout. Le numéro un de Publicis Groupe intervient aussi de manière plus « traditionnelle » dans les médias, à travers deux apparitions quasi-simultanées. La première, une tribune dans Le Figaro, prend la forme d’un réquisitoire contre le French bashing à outrance et d’un plaidoyer en faveur du rebond et du volontarisme. La deuxième, une interview dans le Financial Times, analyse les préoccupations de notre époque à travers les craintes générées par le trublion Uber. Les pratiques d’Uber (notamment le développement d’applications mobiles permettant aux clients de se mettre directement en contact avec divers services), symbolisent le « tsunami numérique » qui bouleverse tous les secteurs économiques, du commerce aux transports, en passant par les médias. Cette révolution affole nombre de dirigeants, « désorientés ou inquiets au sujet de leur marque et de leur modèle économique », et qui redoutent de voir brutalement leur activité traditionnelle péricliter.

En présentant ses cyber-vœux interactifs en même temps que sa vision et son analyse de l’économie à l’orée de 2015, Maurice Lévy peaufine dans les médias son image de dirigeant moderne au service d’un groupe de communication qui a dû négocier au mieux le virage de la révolution numérique.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Jean-Michel Boissière

Jean-Michel Boissière Comprendre le fonctionnement des médias représente un atout stratégique. Une entreprise ne communique pas malgré mais avec les journalistes. A travers de multiples conseils et illustrations puisés dans l’actualité, ce blog sur les relations entreprises-médias pourra vous éclairer sur la manière de rendre votre communication plus efficace et dynamique.

Voir leurs profils

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Derniers commentaires
Archives

Retour vers le haut de page