Free, orfèvre du coup de communication

l-entreprise-et-les-medias, publié le , mis à jour à

Free vient de frapper un grand coup. Encore, a-t-on envie de dire, tant le dernier arrivé dans le monde des opérateurs mobiles est coutumier des annonces fracassantes qui bousculent les pratiques du secteur tant sur le plan commercial que celui de la communication. Free vient d’annoncer ce mardi qu’il met la technologie 4G au prix de la 3G, « offrant » ainsi à ses clients un saut technologique sans bourse délier. L’annonce est spectaculaire car le développement de la 4G est devenu stratégique. Il permet aux trois autres opérateurs du marché de retoucher leurs offres, avec l’espoir de restaurer leurs marges. En proposant la 4G sans augmentation de prix, Free endosse une fois de plus le rôle d’agitateur de la téléphonie mobile. L’opérateur cherche à se démarquer encore davantage de ses trois concurrents, puisqu’Orange, SFR et Bouygues Télécom proposent des offres qui apparaissent équivalentes entre elles une fois décortiquées.

Free a soigneusement orchestré sa communication, notamment envers les médias. Tous les grands sites et portails d’infos reprennent ce mardi matin l’annonce de l’opérateur en une de leur rubrique « économie ». Les agences de presse (AFP, Reuters) ont relayé rapidement l’information, suivies par les grands médias généralistes (Le Monde, Le Figaro) ou spécialisés (L’Expansion, Les Echos). Sans surprise, un grand portail internet préfère passer l’info sous silence, et pour cause : Orange.fr.

Les réseaux sociaux n’ont pas été oubliés. Le fondateur et principal actionnaire de Free, Xavier Niel, a twitté l’annonce dès 8h47 ce mardi matin.

Mais surtout, l’annonce de ce matin est l’aboutissement d’une communication élaborée depuis plusieurs semaines, sur le mode du buzz et du teasing. En clair, Free fait jouer le suspense et l’agitation, là aussi par le truchement des médias. Depuis des semaines, Free distille l’incertitude sur son positionnement d’ici la fin de l’année. En septembre, le directeur général Maxime Lombardini avait même laissé entendre que Free allait prendre son temps. La 4G « ne va pas aller si vite que ça » et ce ne sera certainement pas « le combat de Noël », avait-il assuré. A l’époque, le message à faire passer était donc que la 4G n’a rien du Saint Graal.

Le brouillage de pistes a continué de plus belle sur France 2, dans l’émission Complément d’enquête le 21 novembre, où le fondateur de Free affirme que la 4G ne fonctionne pas si bien que ça, notamment à l’intérieur des bâtiments. Il assure même que « 90% des Français n’en ont rien à faire de la 4G ».

Grosse inflexion du discours il y a quelques jours : Xavier Niel fait brusquement monter la pression, annonçant que Free « était prêt à tirer, peut-être même avant la fin de l’année ». A ce moment là, tous les sites spécialisés en high-tech reprennent ses propos.

Nuancer, temporiser, puis mettre en haleine les médias en laissant planer la possibilité d’une grosse info à venir : Free a ainsi balisé le terrain pas à pas pour que l’annonce de ce mardi matin trouve la plus belle caisse de résonance médiatique possible.

En résumé, la stratégie a 3 avantages :

–        Conforter son rôle de trublion, image délibérément choisie et entretenue depuis l’arrivée de Free sur le marché de la téléphonie.

–        Bousculer la concurrence et rester imprévisible dans sa stratégie commerciale.

–        S’assurer un très large écho dans les médias, au moment opportun. Rappelons que Free s’offre ce mardi une publicité à l’échelle nationale. Tous ses nouveaux tarifs s’affichent dans les médias, de manière bien plus efficace qu’un stock de brochures à l’entrée d’une agence commerciale.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

4 commentaires

Avatar de Elsa

Elsa

Franchement celle là on l attendait.
Reste que :
1 : réseau 4g oui mais là ou il dispose d’antenne.
2 : si aucun autre opérateur ne propose 20go c est qu il y a une raison : saturer un réseau en cours de déploiement, Niel sait que les utilisateurs 4g sont peu nombreux.
3 : et le prix du tel????
4 : bravo mais c est comme tout, je suis peut être un peu trop proche de mon opérateur qui est aussi mon employeur mais je dis une chose : Niel ils sont payé combien tes ingénieurs?

Il a l’art de la maîtrise de la com, moi je vous dis chez nous on a l’art de mettre le client au cœur de la 4g.


Répondre

    Avatar de l-entreprise-et-les-medias

    l-entreprise-et-les-medias

    Pour rebondir sur votre réaction, à noter ce matin la réaction agacée du patron d’Orange. Stéphane Richard dénonce dans les médias un « coup de comm », du « vent » du fait de la moindre couverture territoriale assurée par Free en 4G. Selon lui, Free prend les consommateurs pour des « andouilles »…


    Répondre

Free4G

« Free fait jouer le suspense et l’agitation, là aussi par le truchement des médias ». Tout est dit. Merci pour cet éclairage.


Répondre

Avatar de Fred

Fred

Xavier Niel est certes très doués en communication, mais il base avant tout ses succès commerciales sur l’ignorance des consommateurs. Annoncer une 4G à un prix défiant la concurrence sans préciser son nombre ridicule d’antennes… Difficile d’applaudir.


Répondre

A propos du blog

Jean-Michel Boissière

Jean-Michel Boissière Comprendre le fonctionnement des médias représente un atout stratégique. Une entreprise ne communique pas malgré mais avec les journalistes. A travers de multiples conseils et illustrations puisés dans l’actualité, ce blog sur les relations entreprises-médias pourra vous éclairer sur la manière de rendre votre communication plus efficace et dynamique.

Voir leurs profils

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Derniers commentaires
Archives

Retour vers le haut de page