Contrôler un buzz gênant : l’exemple de Mercedes

l-entreprise-et-les-medias, publié le , mis à jour à

Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures. Voilà ce qu’a dû penser le groupe Daimler-AG en découvrant le buzz opéré par une fausse pub de Mercedes réalisée par deux étudiants allemands. La vidéo, tournée dans le cadre d’un concours, montre Adolf Hitler enfant volontairement percuté par une voiture de la marque. Une voiture intelligente pratiquement dotée d’une âme, au système de sécurité redoutable, qui évite toutes les collisions…sauf si le bien-être de l’humanité est en jeu. Succès immédiat lors du festival où la pub a été dévoilée…et surtout sur la toile, où, sitôt postée, la vidéo est visionnée plus d’un million de fois en l’espace de quelques jours.

Face au déluge de réactions, le constructeur allemand a été contraint de réagir vite. En deux temps :

– Un communiqué largement diffusé au ton indigné : «Il est inapproprié d’utiliser la mort d’un enfant avec une référence au nazisme dans une publicité, même si cela relève de la fiction» ;

– Une action de pression pour faire rectifier le tir et modifier la présentation de la vidéo. Les auteurs du spot controversé ont été contraints de changer son titre et de faire apparaître en gros caractères que cette publicité est « non-autorisée ». Pour faire bonne mesure, une mention a été ajoutée au début et à la fin de la vidéo, précisant: « Ceci est un film d’étudiants, il n’ y a pas de lien avec Mercedes-benz ou Daimler AG ».

Il est intéressant de noter que le groupe automobile a voulu agir de manière rapide, ferme et efficace, sans pour autant apparaître comme un odieux censeur. Il n’a pas exigé le retrait du film, ni poursuivi en justice ses auteurs. Pas d’artillerie lourde, donc, mais des frappes ciblées pour préserver avant tout l’image de la société. L’action de Mercedes vise à se démarquer clairement de l’initiative des étudiants en cinéma, toute réussie soit-elle sur le plan créatif et artistique.

L’intérêt pour le constructeur est de se poser en gardien vigilant de la morale en général (on n’utilise pas la mort d’un enfant ou le nazisme à des fins publicitaires) et de sa réputation en particulier (Mercedes –Benz et Daimler-AG refusent absolument d’être associés à des concepts sombres et morbides). Il y avait doublement urgence : comme le rappellent les médias (qui ont largement fait écho eux aussi de ce buzz encombrant pour Mercedes), le constructeur allemand a toutes les raisons d’être chatouilleux avec le sujet. Il a été fournisseur officiel de véhicules du IIIe Reich, y compris la voiture personnelle d’Adolf Hitler.

 

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

1 commentaire

Avatar de G. Morel

G. Morel

Très amusant!!!


Répondre

A propos du blog

Jean-Michel Boissière

Jean-Michel Boissière Comprendre le fonctionnement des médias représente un atout stratégique. Une entreprise ne communique pas malgré mais avec les journalistes. A travers de multiples conseils et illustrations puisés dans l’actualité, ce blog sur les relations entreprises-médias pourra vous éclairer sur la manière de rendre votre communication plus efficace et dynamique.

Voir leurs profils

Derniers commentaires
Archives

Retour vers le haut de page