Spanghero : changer de nom pour renaître ?

l-entreprise-et-les-medias, publié le , mis à jour à

Les médias raffolent des histoires, des sagas, des rebondissements. Le destin de l’entreprise Spanghero n’a donc pas fini de susciter leur intérêt. L’entreprise, mise à genoux par le scandale européen de la viande de cheval que nous avions évoqué ici, doit renaître ce lundi 29 juillet. Elle reprend partiellement son activité, mais sous un autre nom : La Lauragaise.

Changer de nom pourrait permettre de surmonter une crise ? Non et oui. Non, car un nouveau baptême n’est pas une solution en soi. Lorsqu’une crise aussi grave frappe une entreprise, il ne suffit pas de changer son identité pour laver son honneur et regagner la confiance de ses clients. En revanche, un nouveau nom prend tout son sens s’il parachève un changement radical, une remise à plat de la société, de sa structure et de son mode de fonctionnement. C’est le cas ici pour Spanghero, dont le changement de nom est l’aboutissement de tout un processus, non son déclenchement. L’entreprise mise en redressement judiciaire a été finalement reprise par son fondateur lui-même, avec de nouveaux investisseurs. Son activité, en reprise progressive, n’emploiera qu’une petite centaine des 230 employés de l’usine de Castelnaudary. La production sera « régionalisée », tournée vers les plats du terroir (saucisses, cassoulet…). La marque « Saveurs occitanes » a même été un temps envisagée, pour bien ancrer le changement de projet.

Par ailleurs, pour réhabiliter son entreprise, Laurent Spanghero a donné de sa personne devant les médias pour expliquer sa décision, exposer sa motivation. Les journalistes n’ont pas manqué de rappeler le parcours hors-norme de cet ancien rugbyman devenu chef d’entreprise, au caractère bien trempé, disposant d’un certain charisme, ébranlé par le scandale, mais déterminé à en sortir. Le personnage aux multiples facettes se retrouve synthétisé par exemple dans cette vidéo de France TV info. Médiatiquement parlant, la renaissance de Spanghero se fonde sur l’image et la crédibilité de son nouveau dirigeant. Inévitable, puisque c’est le scandale qui a fait connaître au grand public le nom de Spanghero. Laurent Spanghero s’est donc attaché à laver son nom, avant d’en choisir un autre pour rebaptiser son entreprise.

Il faut forger un nouveau héros pour qu’une nouvelle aventure débute et garde une chance de retrouver un public. Le changement de nom s’impose alors comme une évidence, pour aider à faire oublier le désastre et tenter de repartir de nouvelles bases, sur le fond comme sur la forme. Il est bien sûr trop tôt pour dire si Spanghero II – La Lauragaise va vivre et se développer. Mais son fondateur aura fait ce qu’il a pu, et plutôt dans le bon ordre.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Jean-Michel Boissière

Jean-Michel Boissière Comprendre le fonctionnement des médias représente un atout stratégique. Une entreprise ne communique pas malgré mais avec les journalistes. A travers de multiples conseils et illustrations puisés dans l’actualité, ce blog sur les relations entreprises-médias pourra vous éclairer sur la manière de rendre votre communication plus efficace et dynamique.

Voir leurs profils

Derniers commentaires
Archives

Retour vers le haut de page