Redressement fiscal : transparence toute !

Sébastien Robineau, publié le , mis à jour à

Fotolia_38870916_XSL’administration fiscale dispose d’un véritable pouvoir d’investigation dans le cadre d’une procédure de contrôle fiscal. Et lorsque le fruit de ces investigations lui permet de procéder à un redressement des bases d’imposition d’un contribuable, elle doit informer le contribuable sur l’origine et la teneur des renseignements obtenus.

Mais attention, cette obligation d’information ne se limite pas aux seuls renseignements et documents obtenus  dans le cadre de l’exercice du droit de communication. Rappelons que le droit de communication résulte des dispositions de l’article 85 du livre des procédures fiscales (LPF) et qu’il permet non seulement de prendre connaissance des documents comptables d’un contribuable, mais également de recueillir auprès de tiers (employeur, banque, CPAM, etc.) tous renseignements permettant de recouper, et ainsi de vérifier, les déclarations fiscales déposées par le contribuable lui-même.

Cette obligation s’impose également à l’administration lorsqu’elle procède à un redressement d’un contribuable en se fondant sur des éléments issus des déclarations fiscales faites par des tiers pour leur propre compte. Elle est, dans ce cas, tenue d’informer le contribuable de l’origine et de la teneur des renseignements sur lesquels elle se fonde pour établir un redressement lorsque ces renseignements sont issus des déclarations de revenus souscrites auprès d’elle par des tiers. Cette obligation porte également sur les pièces justificatives dont ces déclarations doivent, le cas échéant, être assorties.

La nuance est tenue, mais les conséquences sont importantes !

Dans le premier cas, l’administration peut interroger un tiers sur le dossier du contribuable faisant l’objet d’un contrôle et décider un redressement au vu des éléments de réponse du tiers.

Dans le second cas, l’administration peut utiliser des éléments issus des déclarations fiscales d’un tiers faites pour son propre compte pour redresser un autre contribuable.

Dans les deux cas, les éléments obtenus par l’administration doivent être portés à la connaissance du contribuable si l’administration ne veut pas entacher d’irrégularité la procédure de redressement fiscal  (CE, 3ème, 8ème, 9ème et 10ème sous-sections réunies, 9 mars 2016, n°364586) !

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Comprendre les enjeux juridiques de la vie des entreprises est devenu une nécessité pour tout entrepreneur. A l’appui de cas concrets dont ont eu à connaître les juridictions françaises ou à partir de situations particulières qui ont trouvé une réponse sans avoir à emprunter la voie du contentieux, ce blog sur le droit des affaires met à la portée de tous les subtilités d’un domaine aussi vaste que technique.

A propos de l’auteur

Sébastien Robineau

Philippe Flamand Sébastien Robineau est docteur en droit et avocat au barreau de Paris. Il est spécialiste de droit des sociétés, ce qui ne l'empêche pas de garder un regard critique sur les principaux domaines du droit des affaires ! Il est le fondateur du cabinet Homère. Il intervient en Corporate / M&A et en fiscalité. Il assiste des clients français et internationaux, parmi lesquels il compte des clients institutionnels comme l'Autorité des Marchés Financiers, l'UGAP, la société Destination Ile de Ré, la société Hérault Aménagement, la société Territoire 34, la CCI de Région Nord de France ou le Grand Port Maritime de Marseille.

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents
Retour vers le haut de page