Nom de domaine : attention à la concurrence déloyale !

Sébastien Robineau, publié le

Une entreprise n’avait pas pris le soin de renouveler son nom de domaine.

Placé sous surveillance par un concurrent, le nom de domaine n’est pas resté vacant très longtemps ! Le concurrent s’est en effet empressé de l’enregistrer et de mettre en place une redirection depuis ce nom de domaine vers celui de son entreprise…

La clientèle de la première entreprise était donc redirigée, sur la toile, vers le site internet de son concurrent.

Forcément, cela ne pouvait pas plaire à l’entreprise négligente…

Ces deux entreprises se sont livrées à une joute judiciaire. La Cour de cassation (Cass. com. 2-2-2016 n° 14-20.486) a été conduite à trancher ce conflit, confirmant la décision rendue par la cour d’appel de Douai (CA Douai, 2e ch., 2e sect., arrêt, 13 févr. 2014, n°13/00351), elle-même confirmant le jugement du tribunal de commerce de Lille (TC Lille, 11 déc. 2012, n° 11/05956).

C’est tout dire de la valeur de cet arrêt de la Cour de cassation !

La solution est simple et claire : l’entreprise concurrente s’est livrée à des actes de concurrence déloyale et elle doit être condamnée à verser des dommages et intérêts à l’entreprise dont le nom de domaine a été détourné.

En effet, la cour d’appel de Douai avait relevé que l’entreprise concurrencée exploitait un magasin sous un nom commercial identique au nom de domaine litigieux. Cette entreprise exploitait, depuis le mois de mai 2007 jusqu’à la fin du mois de décembre 2010, un site internet accessible depuis ce nom de domaine, lequel portait la mention « site en construction » sur lequel apparaissait son logo, son adresse, ses coordonnées téléphoniques, ses horaires et son activité. Cette même page en construction renvoyait à un contact pouvant être joint par email. Pire, l’url de ce site internet était insérée comme lien hypertexte dans d’autres sites internet. L’achat du nom de domaine permettait ainsi à son nouveau titulaire de bénéficier, sur son site, d’une redirection depuis ces autres sites internet.

La condamnation à 15.000 euros de dommages et intérêts, assortie d’une astreinte de 100 euros par jour de retard à compter de la signification de l’arrêt d’appel pour restituer le nom de domaine et cesser l’usage frauduleux, était donc justifiée.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Comprendre les enjeux juridiques de la vie des entreprises est devenu une nécessité pour tout entrepreneur. A l’appui de cas concrets dont ont eu à connaître les juridictions françaises ou à partir de situations particulières qui ont trouvé une réponse sans avoir à emprunter la voie du contentieux, ce blog sur le droit des affaires met à la portée de tous les subtilités d’un domaine aussi vaste que technique.

A propos de l’auteur

Sébastien Robineau

Philippe Flamand Sébastien Robineau est docteur en droit et avocat au barreau de Paris. Il est spécialiste de droit des sociétés, ce qui ne l'empêche pas de garder un regard critique sur les principaux domaines du droit des affaires ! Il est le fondateur du cabinet Homère. Il intervient en Corporate / M&A et en fiscalité. Il assiste des clients français et internationaux, parmi lesquels il compte des clients institutionnels comme l'Autorité des Marchés Financiers, l'UGAP, la société Destination Ile de Ré, la société Hérault Aménagement, la société Territoire 34, la CCI de Région Nord de France ou le Grand Port Maritime de Marseille.

Abonnez-vous à notre newsletter

Commentaires récents
Retour vers le haut de page