Fiat 124 Spider : « meravigliosa »

Philippe Flamand, publié le

075 (2)

Novembre 1966, Fiat présente l’une de ses plus belles voitures au salon de Turin : la Fiat 124 Spider dessinée par Pininfarina. C’est l’aboutissement d’une série entamée en 1956 avec la 110 Spider. Suivront la 1200 cabriolet, le 850 Spider, et le Dino Spider fruit de la collaboration avec Ferrari. La 124 Spider sera produite jusqu’en 1985 et vendue principalement aux Etats Unis. Cinquante ans plus tard la 124 Spider renaît grâce à la collaboration avec Mazda. La belle italienne n’est en effet que la réinterprétation transalpine du MX-5 japonais, le roadster le plus vendu monde. Le tour de force des deux constructeurs est d’être parvenus, à partir d’une même voiture, à faire deux véhicules esthétiquement très différents, mais aussi beaux l’un que l’autre. Si Mazda a su réinterpréter la partition originelle du MX-5 pour faire de cette quatrième génération un condensé de modernité, Fiat a retrouvé l’élégance et la classe de ses modèles des années cinquante. Un poil plus longue que la nippone (4,055 mètres contre 3,915 mètres), à peine plus large (1,740 m contre 1,735 m), la 124 Spider  semble pourtant plus cossue. Là où la MX5 bombe ses ailes avant et gonfle ses ailes arrière dans une attitude paradoxalement très italienne, la Fiat, avec son capot nervuré et sa silhouette longiligne, emprunte plus volontiers à la grande tradition britannique. Jaguar, Triumph, Aston Martin…. L’inspiration est patente. La face avant, avec sa calandre en nid d’abeille et ses phares en amande, est d’une fulgurante beauté teintée de nostalgie. L’arrière très statutaire.

Dans l’habitacle le constructeur italien laisse parler ses origines en proposant trois couleurs de cuir dont un gris et un splendide cuir Tabac, quand le noir est de rigueur chez Mazda. Pour le reste les commandes et les équipements sont japonais, les deux voitures étant livrées en trois niveaux de finition. Seuls les moteurs diffèrent : un unique bloc essence turbo de 1,4 litre pour 140 chevaux est installé sous le capot de la Fiat, d’origine italienne, quand la Mazda propose deux moteurs essence atmosphériques  (1,5 litre de 131 ch et 2 litres de 160 ch), la boite manuelle à 6 rapports est elle japonaise. Ce petit moteur apparaît un peu juste pour donner de véritables sensations en dessous de 2000 tours. Pour en avoir plus il faut opter pour la 124 Spider Abarth, plus agressive, plus puissante (170 ch avec le même bloc) mais aussi beaucoup plus chère.

Modèle essayé : Fiat 124 Spider Lusso Plus. Tarif : à partir de 29 990 euros. Tarifs gammes essence à partir de 25 990 euros.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Philippe Flamand

Philippe Flamand Le blog auto de Philippe Flamand, rédacteur en chef du magazine L'Entreprise.

Voir leurs profils

L'ENTREPRISE SUR LE WEB

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Catégories
Derniers commentaires
Archives

Retour vers le haut de page