Le nouveau C4 Picasso démode ses concurrents

Philippe Flamand, publié le

Quand les constructeurs automobile offrent à leurs modèles ancien un relifting, la cure de jouvence est parfois très limitée.

Ce n’est pas le cas du nouveau Citroën C4 Picasso. Le modèle millésimé 2013 est en effet très différent de son ainé même si le véhicule conserve les gènes de la famille.

D’abord et c’est ce qui interpelle d’entrée de jeu, le Picasso nouveau style est beau : trapu mais élégant, moderne, novateur, il renouvelle en profondeur l’esthétique du monospace comme le fit en son temps L’Espace de Renault.

La face avant surtout est remarquable avec d’abord cette ligne chromée qui relie les feux diurnes à diodes effilés et les chevrons de la calandre au bas du capot et ensuite avec ses trois niveaux d’optiques superposés.

Le profil séduit également par ses emprunts chromés à la ligne DS qui encadrent les vitres latérales et par une grande custode vitrée.

L’arrière quant à lui se démarque par ses feux arrière à leds hérités des concept cars de la marque.

A l’intérieur les designers ont fait le pari de l’espace et de la luminosité grâce au toit en verre et au pare-brise panoramique.

Dessin épuré, mariage réussi des plastiques moussés, du cuir et du tissu (dans la version haut de gamme essayée), simplicité des formes : la planche de bord est sobre, discrète, entièrement centrée sur les deux écrans qui dominent au milieu.

L’un gigantesque, est un écran 12 pouces HD panoramique, extrêmement lisible, configurable par le conducteur, pour afficher les informations de conduite (vitesse, compte-tours, paramètres divers….). Même si le choix  de centraliser ainsi ces informations n’est toujours pas des plus ergonomiques pour la conduite.

L’autre est un écran tactile de 7 pouces qui commande toutes les fonctions de confort (climatisation, radio, téléphone, navigation, aides à la conduite, etc….). Malheureusement sa sensibilité n’est pas toujours évidente et l’obligation de revenir systématiquement à cet écran pour effectuer des réglages est un peu fastidieuse et in fine moins pratique que par exemple l’utilisation d’une grosse molette centrale.

A noter que cette tablette dispose d’un portail d’applications connectées – le Citroën Multicity Connect – comme c’est désormais la mode -qui donne accès via une clef USB  à des fonctionnalités internet.

Côté confort ce Picasso n’est pas des plus moelleux. La présence en option (pack lounge) côté passager d’un fauteuil relax (avec repose jambe déployable façon fauteuil d’avion en classe affaires) ne change rien à l’affaire pas plus que le massage intégré dans les sièges (conducteur ET passager).

A l’arrière les trois sièges sont coulissants (sur le haut de gamme), le coffre est géant, et partout les espaces de rangement facilitent la vie.

Grâce à des porte-à-faux réduits et à l’abaissement du bloc moteur et du plancher, la conduite du Picasso s’apparente à celle d’une berline.

Essayé avec sous son capot le bloc essence 155 THP qui fait merveille pour la DS3, le Picasso n’est pas un foudre de guerre, mais on ne demande pas une familiale bon teint de la jouer bolide. Plutôt balourd pour les manœuvres (heureusement il y a l’option park assist pour se garer automatiquement et le système de Vision 360 degrés avec quatre caméras permettant de disposer d’une vue « aérienne » de la voiture ou d’une vue panoramique avant ou arrière) le Picasso n’est pas très agile sur parcours urbain mais impérial sur long parcours. Mais n’est-ce pas là finalement sa vocation première.

J’aime bien : le verrouillage-déverrouillage mains libres accessibles sur toutes les portières (comme pour le nouveau Range Rover), le (très) grand pare-brise panoramique

 

J’aime pas : le système de ceintures actives qui se tend par à coup quand on franchit involontairement le centre de la chaussée et nous fait croire qu’un fantôme arrière nous rappelle à l’ordre. Flippant ! La qualité très médiocre de la sono et du système bluetooth.

 

 

Tarifs

Moteurs diesel à partir de 24 250 euros

Moteurs essence à partir de 23 050 euros

 

Modèle d’essai :

Citroën C4 Picasso THP 155 exclusive BVM6

Tarif : à partir de 31 150 euros

Bonus/Malus : 139 gr de CO2/km + 100 euros

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

1 commentaire

Avatar de Adrien

Adrien

Je trouve que Citroen fait vraiment de mieux en mieux ! Entre la C4 vraiment réussie, la C3 très sympa, la DS3 craquante et la nouvelle C5 en préparation, ils sont les meilleurs concurrents potentiels pour Audi, BMW et Volvo!


Répondre

A propos du blog

Philippe Flamand

Philippe Flamand Le blog auto de Philippe Flamand, rédacteur en chef du magazine L'Entreprise.

Voir leurs profils

L'ENTREPRISE SUR LE WEB

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Catégories
Derniers commentaires
Archives

Retour vers le haut de page