VOLVO XC 90 D5 Toujours dans la course

Philippe Flamand, publié le

Dans le monde aujourd’hui bien encombré des SUV, crossover et autres 4X4 de luxe, le Volvo XC 90 fait figure d’aïeul.
Lancé en 2002, restylé en 2006 et devenu entre-temps en 2004 la meilleure vente de la marque autrefois suédoise, ce tout terrain n’a rien perdu de son charme.
Sa ligne sans fioritures a plutôt bien vieilli tandis que son confort et son niveau d’équipement restent en phase avec les standards du marché, même si l’ergonomie de certains dispositifs souffre de la comparaison avec celle de ses rivaux (Discovery, Mercedes Classe M et autres Volkswagen Touareg…).
Plus de 2500 kilomètres sur routes, autoroutes et petits chemins de villégiatures m’ont permis de mesurer les forces et faiblesses de l’ancêtre doté de son « nouveau » moteur turbo diesel de 200 chevaux (pour un couple maxi de 420 Nm) contre 185 chevaux auparavant.
D’emblée on peut dire que cette remise à niveau mécanique demeure largement insuffisante. Certes le cinq cylindres D5 recustomisé à la norme Euro 5, couplé à la transmission intégrale (AWD) et la boîte automatique (Geartronic 6) est peu gourmand en gazoil avec une consommation moyenne qui oscille entre 8 et 10 litres sur long parcours. Ce qui donne une autonomie flirtant avec les 800 kilomètres, appréciable pour les grandes migrations estivales. Dommage que cette économie de carburants ne se retrouve pas dans les rejets de Co2 (219 g/km, soit un malus de 1600 euros à acquitter au moment de l’achat). Par ailleurs cette mécanique reste plan-plan et le manque de réactivité de la boîte n’arrange pas les choses. Le XC 90 gagnerait peut être à disposer du nouveau moteur D5 bi-turbo de 205 chevaux qui équipe désormais les modèles V70, XC60 et XC70 de la marque.
Coté tenue de route pas grand chose à dire, on n’est pas à bord d’une Ferrari mais la prestation est bien suffisante, même si le freinage peut sembler parfois un peu juste.
Le confort est en revanche excellent tant par l’amortissement que la qualité des sièges, et les kilomètres s’enchaînent sans aucune fatigue, grâce à une très bonne position de conduite. Le XC 90 est donc sans conteste une excellente routière familiale, doté en outre en série de 7 places passager, la troisième rangée de sièges qui disparaît sans effort sous le plancher du coffre pouvant accueillir sans problème deux adultes. Le coffre propose quant à lui un volume de chargement appréciable de 530 litres, une fois les deux derniers sièges repliés, et de 249 litres avec sept passagers. Pas mal !
Coté équipement, on l’a dit, le niveau est plus que satisfaisant, y compris dans la finition d’entrée de gamme Premium Edition. Seuls regrets quelques oublis qui font tout le charme du constructeur désormais chinois. Ainsi mon véhicule d’essai en finition Xenium (le presque haut de gamme) disposait de phares directionnels (très bien) mais sans allumage automatique (inexistant chez Volvo même en option). La surveillance anti angle mort est, elle, optionnelle, tandis que le régulateur de vitesse adaptatif (disponible par exemple sur la XC60) n’est pas disponible sur ce modèle pas plus que le système anti-collision. En revanche Volvo propose une option amusante baptisée Homelink qui permet l’allumage de l’éclairage du domicile et l’ouverture de la porte du garage à distance.
Quant au GPS, remarquable d’efficacité, notamment pour éviter les embouteillages – le bonheur en période de chassés-croisés estivaux – il souffre d’une ergonomie très médiocre (pourquoi diable cette fichue télécommande ?) et d’un écran illisible.
Mais ce ne sont là finalement que de petits inconvénients au regard des grandes qualités du véhicule, qui procure plaisir de conduite et d’utilisation sans chichi. Un plaisir qui a malheureusement un prix élevé : à partir de 50 850 euros, lequel se situe toutefois au niveau de ses principaux concurrents.
VOLVO XC90
Tarifs : à partir de 50 850 euros
Note globale : 15/20

– Agrément de conduite : 16/20 (moteur, puissance, couple, commandes de boîte, ergonomie, direction, maniabilité…)
– Sécurité : 12/20 (freinage, tenue de route)
– Équipements de sécurité : 19/20 (ABS, esp, etc.… airbags, phares, régulateur/limiteur de vitesse…)
– Confort : 20/20 (sièges, suspension…)
– Équipements de confort : 14/20 (GPS, bluetooth, radar de stationnement, caméra de recul)
– Volume : 20/20 (espace habitacle, volume de chargement du coffre)
– Esthétique : 12/20
– Budget : 8/20 (consommation, bonus-malus, prix d’achat, options…)

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Philippe Flamand

Philippe Flamand Le blog auto de Philippe Flamand, rédacteur en chef du magazine L'Entreprise.

Voir leurs profils

L'ENTREPRISE SUR LE WEB

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Catégories
Derniers commentaires
Archives

Retour vers le haut de page