ALFA ROMÉO GIULIETTA Loin de ses racines

Philippe Flamand, publié le

Elle plaît… Aux spectateurs urbains en tout cas, à en juger par le nombre de têtes qui se retournent sur son passage en ville. Il faut dire qu’elle a fière allure dans sa livrée rouge Alfa. La ligne est séduisante mais la face a quelque chose des voitures dessinées par Hergé dans les aventures de Tintin. À l’intérieur, les choses se gâtent. Les plastiques sont cheap et l’impression générale n’est pas orientée luxe. L’ambiance est plutôt typée sud-asiatique bas de gamme. Les compteurs sont illisibles et, par tradition, inversés, même si en l’occurrence le compte-tours semble pour le moins présomptueux. Spacieuse, la Giulietta troisième du nom l’est autant pour ses passagers que pour leurs bagages. Confortable, même si les sièges sont un peu trop fermes, elle offre un degré de finition certes en hausse mais encore insuffisant. Avec en prime quelques erreurs de conception et d’ergonomie comme l’accoudoir central aux places avant, qui gêne la conduite (heureusement il peut être relevé), les commandes de feux anti-brouillards positionnés au tableau de bord et non pas au volant, ou encore les commandes extrêmement compliquées du système bluetooth pour le téléphone. Lequel se déconnecte régulièrement…. Autres bugs technologiques le système stop and start, imprécis, qui fait souvent caler la voiture au moment de redémarrer. Un défaut rencontré sur d’autres véhicules d’autres marques à moteurs diesel. Très vite on prend l’habitude de déconnecter le dispositif pour gagner en tranquillité. Enfin d’un point de vue mécanique la Giulieta est loin d’être une reine. Ce petit moteur 4 cylindres turbo diesel 16 soupapes de 1,6 litre de cylindrée (105 ch) est un peu juste. Et si le dispositif DNA permet de sélectionner le mode Dynamic (qui agit sur différents paramètres comme l’accélération, le couple, l’assistance de la direction) il n’est véritablement efficace que sur les premiers rapports de la boîte qui souffre par ailleurs d’une grande imprécision pour enclencher la 1ère. Et au final le bilan est pour le moins décevant.

Alfa Roméo Giulieta, 1.6 JTDm Distinctive
Tarifs : à partir de 23 750 euros avec 500 euros de bonus
Note globale : 12/20

– Agrément de conduite : 11/20 moteur, puissance, couple, commandes de boîte, ergonomie, direction, maniabilité…
– Sécurité : 14/20 (freinage, tenue de route)
– Equipements de sécurité : 16/20 Abs, esp, etc… airbags, phares, régulateur/limiteur de vitessse…
– Confort : 12/20 sièges, suspension…
– Equipements de confort : 1/20 (GPS, bluetooth, radar de stationnement, caméra de recul)
– Volume : 16/20 (espace habitacle, volume de chargement du coffre)
– Esthétique : 12/20
– Budget : 12/20 (consommation, bonus-malus, prix d’achat, options…

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Philippe Flamand

Philippe Flamand Le blog auto de Philippe Flamand, rédacteur en chef du magazine L'Entreprise.

Voir leurs profils

L'ENTREPRISE SUR LE WEB

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Catégories
Derniers commentaires
Archives

Retour vers le haut de page