Mazdaphilie et Mitsushow

arnaud, publié le

Alors que se profile sur nos routes la nouvelle Mazda 3 (bientôt en essai sur ce blog) il était tentant de faire un point sur la gamme actuelle du constructeur japonais en ne retenant finalement que nos coups de cœur. L’ami Philippe Flamand s’est attelé à la tâche, sur le front des berlines et des pick-ups. Avec pour ces derniers un petit comparatif avec un autre costaud japonais, Mitsubishi.

 

 Commençons logiquement par le plus petit format avec la Mazda 2 essayée cette fois-ci en version 3 portes dotée du moteur essence 1,5 L. C’est indéniablement l’un des véhicules urbains les plus performants du marché. Très agréable à conduire, extrêmement confortable, cette petite citadine bluffe par le silence de sa mécanique quasiment inaudible à l’arrêt. Spacieuse, super équipée (ici en version kaori dérivée de la version sport avec radar de recul, allumage automatique des feux, essuie-glaces à détecteur de pluie, antibrouillards avant, rétroviseurs extérieur dégivrants et rabattables électriquement, jantes alliage de 16 pouces, climatisation, régulateur de vitesse, lecteur CD MP3 avec commandes au volant….) elle fait preuve d’une bonne nervosité sans nuire pour autant à sa sobriété. Avec, ce qui ne gâche rien, un prix canon à partir de 11 700 euros et du bonus (700 euros pour le moteur 1,4 L diesel avec 114 g de CO2, 200 euros avec le 1,3 L essence et 129 g de CO2, aucune pénalité avec le 1,5 L essence rejetant 140 g de CO2).

Vient ensuite la Mazda 6 avec deux moteurs essence : 1,8 L boite mécanique 5 vitesses, et 2 litres boite auto 5 rapports. Total bonheur. Une berline spacieuse, confortable, là aussi super équipée, et d’un point de vue mécanique irréprochable. Précise, tonique (avec un net avantage en la matière pour le moteur 1,8 L en boite mécanique), rigoureuse, aussi à l’aise sur de longs trajets autoroutiers que sur de petites routes sinueuses. Cerise sur le gâteau la japonaise cultive une rare élégance tant intérieure qu’extérieure qui flirte avec les standards germaniques. Mais là aussi à petit prix : à partir de 22 400 euros pour le moteur 1,8L MZR plus 200 euros de malus ( 162 g de CO2).

Enfin par goût de la provoc et pour le fun le nouveau pick-up BT 50 en version « alerte à Malibu » : carrosserie bi-colore bleu turquoise et gris, arceau arrière chromé, barres de protection latérales et bouclier arrière en alu, la totale….De quoi ne pas passer inaperçu. Surprise, les piétons aiment, surtout les jeunes. Confort spartiate évidemment, équipement ric et rac, tenue de route chavirante en deux roues motrices, mais quel moteur ! Un régal à budget serré (26 800 euros en version grand public freestyle fighter). Néanmoins face à lui la concurrence est rude. Prenez notamment le nouveau Mitsubishi L200 au look ravageur façon Mad Max. Coté esthétique ça passe ou ça casse. Coté conduite rien à voir avec le Mazda : la direction est lourde et la tenue de route en 4X2 là aussi approximative sans parler du freinage très limite. Gênant d’autant que le moteur au contraire fait preuve d’une belle énergie (en version 136 ou 170 ch contre 140 pour le Mazda). Mais l’équipement est en revanche beaucoup plus étoffé, façon berline, même si le confort demeure (très) viril. Reste que Mitsubishi a fait de gros efforts côté prix avec une gamme qui démarre à 22.300 euros (contre 23.500 euros chez Mazda avec une version utilitaire réservée aux chantiers).

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Philippe Flamand

Philippe Flamand Le blog auto de Philippe Flamand, rédacteur en chef du magazine L'Entreprise.

Voir leurs profils

L'ENTREPRISE SUR LE WEB

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Catégories
Derniers commentaires
Archives

Retour vers le haut de page