Mazda MX-5 : la sportive du coeur… et de la raison

arnaud, publié le

 Histoire de commencer l’été en beauté, j’ai repris le volant d’une de mes autos fétiches : la Mazda MX-5, en version Roadster Coupe, autrement dit à toit rigide escamotable. Toujours aussi grisante. Comme en plus elle consomme peu et pollue bien moins que la moyenne des sportives, elle vous offre un plaisir écologiquement responsable. Que demande le peuple ? La garder !

 Je me souviens… La première fois que j’ai conduit une MX-5, alias Miata, c’était aux Etats-Unis, quelque temps après sa sortie, vers 1991. C’est le jour où j’ai laissé sur le bord de la route tous mes a-priori sur les routières japonaises, censées être aseptisées comparées aux européennes ou aux américaines en folie. Le roadster Mazda était ce que l’on fait de plus dynamique et euphorisant de ce côté-ci de la Lotus Elan. les générations ont passé — on en est à la troisième – mais la Miata n’a jamais abandonné son sceptre de reine du rapport prix/plaisir. 

Je l’ai de nouveau vécu lors d’une escapade vers ma chère Bretagne (un saut de puce de quelques centaines de kilomètres en un samedi, car mon défi du jour consistait à boucler l’aller-retour dans la journée, on est là pour bosser !… Il a fallu que je me retienne pour ne pas repartir sitôt revenu à Paris. Et pourtant, j’avais fait tout le trajet la capote (pardon, le toit) replié. On aime les roadsters ou on ne les aime pas. Du reste, capoté ou pas, en Miata, vous avez toujours le choix, puisqu’il suffit de 12 secondes pour rabattre ou redéployer le toit électrique.

L’expérience m’a rappelé une chose : derrière son apparente simplicité, la Miata est si finement mise au point qu’eelle reste l’un des raraes cabrios avec lesquels vous pouvez rouler sur autoroute les cheveux au vent sans penser que le vent va vous arracher la tête. Et même pas besoin de filet anti-remous pour cela.

La même efficacité se retrouve au chapitre mécanique, surtout avec le 2 litres de 160 chevaux qui équipait ma voiture d’essai, en configuration full options. Quant à la tenue de route, à la direction et à la suspension, elles semblent prêtes à vous emmener aussi bien dans une balade romantique que sur une spéciale de rallye.

 La cerise sur le gateau, désormais, est verte : en cette période de chasse au gaspi, la consommation de la MX-5 lui a valu récemment de figurer au top 10 des voitures les plus « fuel efficient », classées par le prestigieux hebdomadaire américain Newsweek.

Alors, vous en reprendrez bien un peu, non ? Moi, ce sera dès que possible !

A partir de 29 850 euros (motorisation 2.0, également disponible en 1.8)

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Philippe Flamand

Philippe Flamand Le blog auto de Philippe Flamand, rédacteur en chef du magazine L'Entreprise.

Voir leurs profils

L'ENTREPRISE SUR LE WEB

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Catégories
Derniers commentaires
Archives

Retour vers le haut de page