VW contre Toyota : match décalé chez les superdiesels

arnaud, publié le

Quand on pense au superdiesels de 2 litres ou 2,2 litres et plus de 170 chevaux qui font désormais la loi en milieu de gamme, on imagine d’abord les berlines ou breaks best sellers du marché. Or il ne sont pas les seuls à en proposer. Volkswagen propose ainsi son Tdi 170 chevaux, associé à l’ultra-sportive boîte robotisée DSG, sur son monospace Touran, si placide en apparence. Quant à la Toyota Avensis break, à la diffusion plutôt confidentielle en France, n’oublions pas qu’elle fut l’une des premières à proposer le fameux D-4D Clean Power de 177 chevaux créé par le géant japonais.
Et si on les (re)découvrait, en parallèle ?

Si vous êtes un fan du monospace, ou si votre conjoint et vos enfants le sont, vous ne jurerez que par le Touran.
Si au contraire vous êtes allergiques aux boîtes à chaussures, comme les appellent leurs contempteurs, vous n’aurez d’yeux que pour le Toyota.
Mais si vous êtes juste un père de famille souhaitant pouvoir transmposer quatre ou cinq personnes et leurs lots de bagages avec suffisamment de réserve de puissance pour vous amuser au volant, notre comparatif peut vous offfrir ce plaisir subtilement relevé : l’embarras du choix.

Le Touran et l’Avensis break ont en commun un défaut : une esthétique trop sage, presque banale. le récent lifting de la calandre du VW lui apportant une touche de lunimosité en plus, mais sans faire de miracle. Mais si vus n’êtes pas une fashionista de l’auto, c’est derrière le volant que cela se passe. Et dans ce domaine, nos deux discrètes sont d’une belle efficacité.

La Toyota offre l’un des tempéraments mécaniques les plus énergiques parmi ces routières de milieu de gamme. Sans être un modèle de vivacité, son châssis absorbe bien les vagues de puissance produites sous le capot. Reste que le registre convenant le mieux à cette force tranquille nippone est celui de la conduite coulée, avec l’assurance de pouvoir à tout moment accélérer ou reprendre pour dépasser bien plus vite que la moyenne.

La Touran, malgré un gabarit plus volumineux et un centre de gravité plus haut (générateur d’un peu plus de roulis) laisse le mêmegenre d’impression très favorable. Ce qui lui permet de faire la différence est sa boîte, à la vvacité si bluffante qu’on se surprend à l’utliser systématiquement en mode manuel dès que l’on sort des villes, le fonctionnement en tout automatique demeurant le plus reposant en circulation urbaine.
L’absence de boîte automatique en diesel est un choix de Toyota qui s’avère désormais handicapant, la conrcurrence, elle, proposant de plus en plus des transmissions « intelligentes » sur ses véhicules destinés aux gros rouleurs.

Mais impossible de terminer ce post par une question qui ne va pas forcément réjouir nos amis constructeurs, mais qui s’installe dans l’esprit du conducteur, une fois passée l’euphorie de l’essai : à quoi bon de telles puissances, sachant que dans la France de 2008, chacun de nous, bon gré mal gré, roule de plus en plus paisiblement.
L’Avensis est proposé non seulement avec le D-4D de 126 chevaux qui a bâti la réptation de la firme, mais aussi avec une puissance intermédiaire de 150 chevaux qui doivent suffire amplement pour une bonne utilisation quotidienne.
Quant au Touran, la boîte DSG étant également proposée avec le Tdi 140 chevaux dont la réputation est établie depuis longtemps, on ne voit guère de raison de payer le « plein pot » les 30 chevaux supplémentaires.

Bref, misez sur les bonnes formules de ces deux modèles, mais au moment de choisir une motorisation, essayez peut-être d’optimiser votre investissement…

Toyota Avensis break D-4D Clean Power
A partir de 32 400 euros
• Bilan 15/20
– Agrément de conduite : ***
– Sécurité : *****
– Confort-équipement : ****
– Budget : ***

Volkswagen Touran Tdi 170 DSG
A partir de 30 640 euros
• Bilan 15/20
– Agrément de conduite : ****
– Sécurité : *****
– Confort-équipement : ****
– Budget : ***

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

Aucun commentaire

A propos du blog

Philippe Flamand

Philippe Flamand Le blog auto de Philippe Flamand, rédacteur en chef du magazine L'Entreprise.

Voir leurs profils

L'ENTREPRISE SUR LE WEB

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Catégories
Derniers commentaires
Archives

Retour vers le haut de page