BMW 118d : dromadaire… de course

arnaud, publié le

Si l’on veut réduire son budget carburant, il reste encore des choses à faire en dehors des biocarburants et des propulsions hybrides. Par exemple avec une berline compact doté d’un moteur turbodiesel high tech et d’un dispositif permettant que le moteur se coupe aux feux rouges ou dans les embouteillages, pour redémarrer illico quand la route se dégage.
La preuve avec la BMW 118 d, essayée par l’ami Philippe Flamand, rédacteur en chef de L’Entreprise. Il a roulé pas cher, et en plus s’est fait plaisir ! Que demande le peuple ?

En début d’essai, je trouvais ça plutôt pénible. Manque d’habitude, sans doute… Mais après quelques centaines de kilomètres, ça le restait tout autant. Pas franchement rédhibitoire mais casse pied, gênant, avec à chaque fois l’impression fugace – mais désagréable – d’avoir calé ou d’être en panne. Je l’avoue, j’ai été tenté plusieurs fois de désactiver le système par simple pression sur un bouton. Jusqu’au premier arrêt à la pompe. Là, la fonction « Auto-Start-Stop » (disponible uniquement avec la boite mécanique) est remontée dans mon estime.

Imaginez : après un long trajet sur autoroute à des vitesses parfois prohibées, et plusieurs heures d’embouteillages urbains je stoppe pour faire le plein. Et —ô miracle- , ma Béhème de course se transforme en bête de somme de la famille des camélidés. Consommation : zéro… ou presque. Environ 6 litres aux 100. Bien sûr me direz-vous, l’animal est mazouté. Certes, mais son brio mécanique pouvait légitimement laisser augurer plus de gourmandise . Le nouveau moteur quatre cylindres seize soupapes de la 118d développe en effet 143 chevaux, soit le 100 km/h atteint en moins de 9 secondes, avec la version 3 portes.

En outr, la sobriété n’est pas le seul attrait de cette compacte à la sauce bavaroise. Il y aussi – d’abord ? – sa ligne, son équipement digne de ses grandes sœurs, son plaisir de conduite (tenue de route parfaite même dans des conditions météo extrêmes) et son prix : à partir de 25 400 euros.

Ajoutez 2000 euros et vous aurez en option un GPS d’une prodigieuse efficacité pour vous sortir des embouteillages, et qui fait montre, en outre, d’une politesse peu commune . Aux habituels « faites demi tour » au ton d’adjudants chefs des systèmes de guidage traditionnels, BMW oppose ses « voulez-vous tourner à droite s’il vous plaît ?» d’une suave féminité. Et ça, ça fait toute la différence.

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

1 commentaire

AUTOACBC

Je crois que vous êtes vraiment tombé amoureux…de la voix du GPS !


Répondre

A propos du blog

Philippe Flamand

Philippe Flamand Le blog auto de Philippe Flamand, rédacteur en chef du magazine L'Entreprise.

Voir leurs profils

L'ENTREPRISE SUR LE WEB

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Catégories
Derniers commentaires
Archives

Retour vers le haut de page