Mazda-Subaru : deux sportives japonaises pas comme les autres

arnaud, publié le

Japon, terre de contrastes. Ce pourrait être le titre d’un documentaire « Connaissance du monde » sur les sportives nippones. On connaissait les roadsters d’anthologie (Mazda MX-5, Honda S 2000, Toyota MR), les coupés survoltés (dynastie des Nissan Z jusqu’à la dernière 350 Z, Mazda RX-8, feue la Toyota Supra). Deux des marques japonaises les plus créatives ont récemment dégainé de nouveaux modèles singuliers.

Dans la famille Mazda, l’une des plus dynamiques de la production actuelle, je voudrais les sportives. Jusqu’ici, le choix se limitait ensuite à deux modèles quasi mythiques : la MX-5, le roadster le plus vendu dans l’histoire de l’automobile, et la RX 8, dernier moteur rotatif produit en série, et l’une des GT les plus passionnantes à conduire aujourd’hui, de surcroît à un prix canon. La filiale de Ford lance sa troisième voiture passion, avec la Mazda 6 MPS.

– Extérieurement, on dirait une version à peine haut de gamme de la familiale symbole de la renaissance de la marque, avec juste quelques ajouts aérodynamiques et des pneus généreux. Méfiez vous de l’eau qui dort. Sous le capot, le 4 cylindres 2 litres a été suralimenté et délivre maintenant 260 chevaux. Associé à une transmission intégrale, ce groupe motopropulseur place la Mazda 6 en challenger naturel, bien qu’inattendu, d’une Audi A4 Quattro 3.2 FSI, par exemple.

– Point faible de la japonaise, son moteur ne tient pas tout à fait la comparaison : vigoureux, mais manquant du tempérament noble , voire rageur, des références allemandes. En plus, il est accouplé à une boîte 6 à l’étagement imparfait, notamment en 3e-4e.

– Dommage, car côté châssis, les ingénieurs de Mazda ont une fois de plus réalisé; des prouesses. Vivacité, précision, le tout dans la sécurité. Même sur une départementale au bitume « gramouillé », la Mazda 6 va fort, sans imposer trop d’efforts à son conducteur, ni générer trop d’inconfort pour ses passagers. Résultat : une alternative intéressante pour ceux qui veulent une sportive tout-temps, pas trop chère, avec la discrétion en série.
A partir de 35 7000 euros
http://www.mazda6mps.com/fr/?flash=1

Quand on parlait de Subaru Impreza sportives, jusqu’à maintenant, on pensait immédiatement aux versions « rallye replica » de la berline nippone. Avec leurs 230 à 280 chevaux et leur look d’enfer, elles font les beaux jours de ceux qui souhaitent se prendre pour le rallyman Petter Solberg, et accessoirement le bonheur, depuis peu, de certaines gendarmes d’autouroute. Subaru a choisi de diversifier son offre, en lançant une déclinaison sport low cost de son modèle fétiche, équipée d’une version « double arbre à cames en tête » de son célèbre quatre cylindres à plat offrant tout de même 165 chevaux.

– Un cocktail étonnant. Si vous etes un fan des gadgets, passez votre chemin. L’aménagement intérieur est du genre spartiate et le moteur réclame d’être poussé à des régimes élevés, bien au-delà de 4 000 tours/minutes pour révéler son tempérament. Mais alors, la voiture se métamorphose. La janséniste se fait furieuse, et elle ravive des saveurs que l’on croyait perdues : celles des Alfa Romeo milieur de gamme d’antan, de la Giulia à l’Alfasud Ti, toujourss prêtes à offirir des sensations au conducteur aimant appuyer sur l’accélérateur et jouer du levier de vitesses (au passage, oubliez la boîte auto, inadaptée à un moteur aussi pointu…), même si, en définitive, il ne s’attire pas les foudres de la maréchaussée pour délit de grand excès de vitesse. Le plaisir se mesure au compte-tours, mais forcément au tachymètre.

– Atout supplémentaire de la japonaise : un châssis obéissant au doigt et à l’œil, grâce aux quatres roues motrices qui sont la signature traditionnelle de Subaru.En berline ou break, l’Impreza 2.0 R fait penser à une athlète qui ferait tout pour passer incognito dans la vie de tous les jours, mais n’attendrait qu’une occasion pour aller piquer un sprint. A moins de 25 000 euros, c’est une offre décalée qui mérite amplement qu’on y réfléchisse.
A partir de 21 800 euros (23 300 en Sport Wagon)
http://www.subaru.fr/lineup/impreza/model/20r.asp

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

3 commentaires

Avatar de duterte

duterte

ne connaissent pratiquement rien en automobiles,je suis alle voir l’impreza2r en conssecion, bilan pour ma part exterieur sympa mais il est vrai interieur un peu decevant,mais habitant dans un region ou la neige est assez frequente(en hiver)et possedant un petit 4×4,dont je commence a me lassé ma question est la suivante:avec l’impreza je passerais comment par rapport a une autre berline en traction.merci et bonne journee a tous sinon un grand merci pour vos commentaires


Répondre

Avatar de weber

weber

Pas de soucis en traction. C’est un plaisir de monter en station de ski avec les pneus standards sans avoir à mettre les chaînes; Attention en revanche au freinage. L’ABS entre en action très tôt, ce qui m’a valu une sacrée frousse. Mieux vaut les pneus neiges…


Répondre

Avatar de flo du 13

flo du 13

je recherche une toyota supra ou une mazda mx5 toutes deux de 1992


Répondre

A propos du blog

Philippe Flamand

Philippe Flamand Le blog auto de Philippe Flamand, rédacteur en chef du magazine L'Entreprise.

Voir leurs profils

L'ENTREPRISE SUR LE WEB

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Catégories
Derniers commentaires
Archives

Retour vers le haut de page