Chrysler- Jeep : le plaisir à l’américaine

arnaud, publié le , mis à jour à

Comme promis avant mes escapades routières de la semaine passée, quelques impressions de conduite sur mes essais au long cours de la Chrysler 300 C Touring et de la Jeep Wrangler. La branche américaine de DaimlerChrysler a décidément compris une chose. Il faut vendre du plaisir pour réussir. Rouler en américaine, et pas simplement le week-end, y avez-vous déjà songé ? Vous devriez…

Les mois d’hiver sont chargés, pour l’équipe de L’Entreprise. J’ai donc profité de quelques jours de « break » entre deux bouclages pour concentrer plusieurs essais. Comme vous le savez, j’ai un faible pour les américaines… En tout cas celles qui proposent un vrai plaisir de conduite et pas simplement un grand méchant look. J’ai été gâté avec deux modèles de DaimlerChrysler : une nouveauté et un grand classique qui s’offre un baroud d’honneur pour sa dernière année de commercialisation.

Chrysler 300 C : encore mieux en break !
La déclinaison break de la Chrysler 300 C (www.chrysler.fr/la_gamme/300c/exterieur/design.asp) est, mine de rien, l’une des nouveautés vedettes de ce début 2006. La berline a immédiatement trouvé son public, comme le prouve le « coup de cœur » que lui a attribué le jury de notre dernier Prix de la voiture de PDG de l’année. La version Touring enfonce le clou, et même en rajoute. Un break de gangster, a affectueusement titré l’un de nos confrères. Pas tout à fait quand même. Plutôt une habile variation sur l’idée du break-coupé, popularisée par le Chevrolet Nomad des années 1954-1955 (un – rare ! – fac similé de la brochure d’époque ? (storm.tocmp.com/chevroletnomad1955.htm) : un break avec une gueule d’enfer, à la fois massif et sportif.

Au volant, on retrouve toutes les qualités de la berline, devenue un best seller, surtout avec la motorisation turbodiesel de 215 chevaux, propice aux grandes randonnées à bonne allure sur les autoroutes et nationales, mais aussi à la conduite en souplesse dans les encombrements parisiens. Mais tout cela dans une caisse particulièrement habitable et confortable.

Le conducteur jubile, les passagers exultent, et les passants se retournent sur le passage de la bête, avec un sourire approbateur. Une étoile est née… Les chiffres de vente de la marque ne devraient pas tarder à le prouver. D’autant que le prix des plus avantageux quand on le compare aux concurrentes, allemandes en partioculier. Vous en saurez plus avec l’essai complet que nous publierons dans notre numéro d’avril.
A partir de 41 600 euros

Jeep Wrangler : le plaisir à l’état brut
Lors d’une récente conversation avec l’équipe de Chrysler France, j’avais appris que, outre la 300 C, la Jeep Wrangler (www.jeep.fr/A_gamme/wrangler/default.asp) faisait aussi des étincelles au plan commercial. Pour percer le mystère, j’ai donc repris le volant de ce grand classique, dans sa toute dernière version. Il m’aura fallu moins de deux kilomètres pour comprendre pourquoi cette vieille dame indigne séduit les automobilistes français de 2006.

Quitte à respecter scrupuleusement les limitations de vitesse, autant ne pas s’ennuyer, non ? Eh bien justement, on n’est jamais en mal de sensations à bord d’un Wrangler. Cela vibre, vrombit, ondule, c’est spartiate mais jamais pénible. Les distances de freinage, la précision de la direction sont d’une autre époque, mais il suffit de s’en souvenir pour ne plus s’en inquiéter, car la bête n’est jamais piégeuse. La consommation est américaine, mais le gabarit parfaitement adapté à nos villes et nos départementales. La consommation en ville est pantagruélique, mais le prix d’achat est ultra-compétitif… Bref, pour chaque défaut, on trouve dix qualités, et au moment de ramener la bête on se prend à rêver de pouvoir la garder des années durant dans son garage…

La prochaine génération, annoncée pour 2007, devra faire très fort pour faire oublier celle-ci. Mais ce genre de défis n’effraie pas les gens de Chrysler. Tant mieux pour nous.
A partir de 22 600 euros

AILLEURS SUR LE WEB

Contenu proposé par Taboola

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori. En publiant vous acceptez la charte des commentaires

1 commentaire

Avatar de Nobili paul

Nobili paul

Je posséde une jeep type wangler, mais qui n’en est pas une! car arrosserie non spécifiée: année 88 véritable modéle U.S.A. jamais importé sur la C.E. 24 cv fiscaux 230 din 4.2L. C’est une ‘chose’ qui se vit, on vibre avec, plus on se fait peur plus on apprend à la ‘dompter’et plus on l’aime. Mais attention jamais à l’abrit d’une surprise en version conduite. Par contre pas de panne électronique, vous la laisser 5 mois en stand bail et par un beau matin de repos: Tiens, je vais me faire un ‘Kif’, no probléme si batterie O.K. vous tournez la clef et la ballade p. commencer. Plus je la laisse plus elle me manque et c’est vrai que chaque fois que je la remise, mon subconsient me suggére de ne jamais m’en separer. Mon fils de 5 ans en est fou et sur mes genoux la conduit déjà grace à sa direction de folie.

En ville, tranquille, pas 4 métres un braquage phénoménal, impec.
Pour la conso. il faudrait tracter un puit de rétention! mais on peut résoudre le probl. en mixtant G.P.L.

J’adore mes évasions: Maroc, Tunisie et mêmes les chateaux Cathares ou un dimanche de raquéte.
Je persiste et signe. Pour ceux qui s’inscrivent ds. le mouvement, le fun, le plein air, n’hesitez pas, elle vous comblera.

-Paul


Répondre

A propos du blog

Philippe Flamand

Philippe Flamand Le blog auto de Philippe Flamand, rédacteur en chef du magazine L'Entreprise.

Voir leurs profils

L'ENTREPRISE SUR LE WEB

S'abonner au flux de ce blog

[De quoi s'agit-il?]

Catégories
Derniers commentaires
Archives

Retour vers le haut de page